Etudiants : Wauquiez et Baroin entretiennent le flou sur le 10e mois de bourse

 |   |  557  mots
Copyright Reuters. Laurent Wauquiez, le successeur de Valérie Pécresse à l'Enseignement supérieur, n'a pour l'heure pas donné de garanties sur le versement en septembre 2011 du 10e mois de bourse.
Copyright Reuters. Laurent Wauquiez, le successeur de Valérie Pécresse à l'Enseignement supérieur, n'a pour l'heure pas donné de garanties sur le versement en septembre 2011 du 10e mois de bourse. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Contrairement aux promesses de Valérie Pécresse, le versement intégral du 10e mois de bourse aux étudiants dès cette rentrée n'est pour l'heure toujours pas garanti.

Promesses, promesses. Alors que le nouveau ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a déjà dû s'expliquer dès sa prise de fonction sur la hausse du coût de la rentrée universitaire (ticket RU, droits d'inscription...) et faire une mise au point sur le calcul des bourses pour 2011, il a jeté le trouble en fin de semaine dernière sur le versement du 10e mois de bourse. Indiquant sur France Inter "travailler" sur le sujet, il n'a pas voulu s'engager sur un calendrier précis, souhaitant au préalable s'assurer que le gouvernement soit "capable de le faire et de bien le faire". Le ministre de l'Economie et des Finances l'a soutenu ce lundi sur la même antenne. Refusant de s'engager et de donner des précisions sur un éventuel calendrier, François Baroin a indiqué que le budget 2012 n'aura pas pour objectif "d'additionner des chèques pour faire plaisir à telle catégorie de population".

80 millions d'euros manquent à l'appel

Pourtant, le 10e mois de bourse, vieille revendication de l'Unef, la principale organisation étudiante, est une des mesures du plan "Agir pour la jeunesses" annoncé par Nicolas Sarkozy il y a 2 ans. Cette mesure, évaluée à 160 millions d'euros, est destinée à compenser l'allongement de l'année universitaire. Fin 2009, Valérie Pécresse et Martin Hirsch, alors haut-commissaire à la Jeunesse, avaient installé un groupe de travail sur le sujet. L'ancienne locataire de la rue Descartes avait même octroyé dès la rentrée 2010 un demi-mois supplémentaire (soit 80 millions d'euros) aux 463.100 boursiers des échelons 1 à 6. Le versement d'un 10e mois complet, conditionné à l'allongement effectif de l'année universitaire à 10 mois (ce qui devrait être le cas dans les 83 universités à la rentrée), devait intervenir en septembre 2011, avait-elle assuré.

« Panier de l'étudiant »

Or, l'enveloppe supplémentaire de 80 millions d'euros nécessaire au versement cette année du second demi-mois supplémentaire ne figure pas dans la loi de finance 2011. Depuis plusieurs mois, l'Unef réclame au gouvernement le déblocage de cette somme. Elle a réitéré sa demande dans un communiqué jeudi dernier tout en mettant "fermement en garde le gouvernement contre toute tentative de jouer avec le feu". Pour son président Emmanuel Zemour, "le sujet est trop explosif » pour que le gouvernement n'agisse pas, quitte à déclare d'autres dépenses en cette période de fortes contraintes budgétaires. Dans un communiqué publié ce mardi 2 août, la FAGE demande de son côté au gouvernement de "budgétiser dès les prochaines semaines" ce 10e mois de bourse et "appelle à des arbitrages pertinents permettant" son financement. Dans l'entourage de Laurent Wauquiez, on confirme que le sujet est en cours de réflexion et que le ministre devrait intervenir sur le sujet fin août. Une fenêtre de tire opportune puisque c'est à ce moment, aux alentours du 25 août, que l'Unef publie son enquête annuelle sur le pouvoir d'achat des étudiants et les conditions de la rentrée universitaire (le fameux "panier de l'étudiant"). A moins d'un an de l'échéance électorale présidentielle, il serait étonnant que le gouvernement coure le risque de faire descendre dans la rue la population étudiante. Reste à savoir si la promotrice de cette mesure, Valérie Pécresse, désormais au budget, sera en mesure de faire plier Bercy.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :