Défense : des recettes exceptionnelles plus importantes que prévues

 |   |  250  mots
Copyright Reuters
La vente de fréquences de très haut débit mobile (4G) a rapporté un peu plus que les prévisions du ministère de la Défense. Du coup l'Hôtel de Brienne négocie pour garder le surplus de 86 millions d'euros.

La vente des fréquences de très haut débit mobile, qui appartenaient au ministère de la Défense, est une très longue histoire. Le produit de cette cession, pilotée par l'Arcep, le régulateur des télécoms, et reportée de budget en budget depuis 2009, devrait enfin bénéficier en 2012 à la défense... Le premier round d'enchères va rapporter à l'Etat 936 millions d'euros... bien loin des 600 millions escomptés en 2009 par l'hôtel de Brienne, qui depuis avait réévalué à 850 millions.

" Nous avons un créance de 850 millions d'euros ", explique-t-on au ministère de la défense, qui, du coup, lorgne avec gourmandise ce bonus de recettes exceptionnelles de 86 millions d'euros. Les négociations sont en cours avec Bercy, qui va devoir ferrailler avec l'Hôtel de Brienne sur le dossier de la cession du système de satellites de télécommunications Syracuse, qui, selon les projections du ministère de la Défense, doit rapporter 400 millions d'euros. Le produit de cette vente, qui est attendue depuis 2009 également, profitera-t-il à la défense ? A suivre.

En revanche, le ministère profitera en 2012 du fruit de la vente d'actifs immobiliers, dont la caserne Lourcine (Paris 13) cédée pour 80 millions d'euros environ au ministère de l'Enseignement supérieur, à hauteur de 160 millions d'euros, à l'image du budget 2011. Des logements étudiants remplaceront les lirts au carré des militaires. En 2012, ce sera au tour de vente de la caserne de Reuilly-Diderot (Paris 12) puis, en 2013, de l'ilot Saint-Germain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :