Faible mobilisation syndicale contre la politique gouvernementale

 |   |  299  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les Français se sont peu mobilisés ce mardi contre le plan d'austérité du gouvernement, conformément à ce que craignaient les syndicats.

Toutes les centrales, sauf la CGC, avaient appelé ce mardi à une journée d'action contre des mesures jugées injustes. Près de 200 défilés et rassemblements, accompagnés de grèves ponctuelles, étaient annoncés à l'appel des syndicats CGT, CFDT, FO, FSU et Unsa-Solidaires, qui voulaient faire entendre la voix des salariés à moins de cinq mois de l'élection présidentielle. Les manifestants étaient au nombre de 1.000 à 2.000, selon les sources, à Bordeaux comme à Nantes, mais il n'étaient que 150 à Lyon, 300 à Marseille et à peine plus du double à Toulouse.

La précédente journée d'action sur le même thème, le 11 octobre dernier, avait donné lieu à une mobilisation en demi-teinte, mais nettement supérieure à celle de mardi. Les Français, qui étaient descendus massivement dans la rue à l'automne 2010, les cortèges rassemblant jusqu'à trois millions de personnes, pour s'opposer à la réforme des retraites, semblent plus résignés face à la rigueur.

Aucun appel national à la grève n'avait été lancé. Il y a eu cependant quelques perturbations, notamment sur la ligne B du RER parisien, avec trois trains sur quatre en moyenne dans la matinée. Les syndicats avaient appelé à cette journée d'action après l'annonce, le 7 novembre dernier par le Premier ministre, François Fillon, d'un deuxième plan de rigueur.

Le gouvernement n'a cessé de répéter depuis qu'il n'y aurait pas de troisième plan de rigueur, malgré les menaces qui pèsent sur la note "triple A" dont jouit la dette publique française. François Fillon a cependant annoncé mardi qu'un nouveau projet de loi de finances rectificative serait présenté début 2012 au parlement pour tenir compte de l'accord conclu vendredi dernier par les dirigeants européens afin d'enrayer la crise de la dette dans la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2011 à 17:01 :
Toujours les mêmes à faire grève : les salariés et les syndicats de la fonction publique.
Bonjour le déficit de l'état entre les grèves, l'absentéisme, la faible productivité...
Pour le troisième plan de rigueur ?, il faudra faire le ménage comme l'ont fait le Canada (libéral) et la Suède (social) qui ont réduit à la plus simple expression les administrations publics depuis quelques années et qui aujourd'hui face à la crise s'en porte pas trop mal contrairement à la France.
Réponse de le 14/12/2011 à 5:27 :
Quand on sait que les représentants syndicaux posent une journée syndicale lors des grèves et donc qu'ils ne perdent rien sur leur salaire, il est toujours facile de critiquer et d'envoyer le petit peuple à l'abattoir. Si encore, les syndicats redistribuaient l'argent des cotisants au lieu de se goinfrer tel que le dénoncerait le rapport parlementaire "péruchot", peut être qu'il y aurait plus de monde à soutenir vos revendications.
a écrit le 13/12/2011 à 16:31 :
Qu'est-ce ces syndicats,qui se vautrent dans une médiocrité sans pareille????
Une seule préoccupation,détruire,casser,comme à France Soir ou Continental et bouffer du Patron,ou magouiller comme le laisse à penser le rappport impubliable de M.Perruchot.
Mais avec ces gens nous sommes au 19eme siécle/début 20eme,avec en toile de fond Sur les Quais et le fameux jimmy Honga.
Réponse de le 13/12/2011 à 17:08 :
les carottes sont cuites........vu la gestion trouble des responsables syndicaux

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :