La Banque de France souligne un ralentissement du crédit aux entreprises

 |   |  260  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
La croissance des encours de crédits aux entreprises a continué de ralentir en novembre, en particulier pour les PME et micro-entreprises, selon la Banque de France.

Les craintes d'une raréfaction du crédit bancaire se matérialisent. Les encours de crédits aux entreprises se sont élevés à 1.068,5 milliards d'euros en novembre, selon les statistiques publiées mercredi par la Banque de France. Ce qui correspond à une croissance de 3,7% sur un an, soit la plus faible progression depuis février.

Les PME en première ligne

Les petites entreprises sont particulièrement touchées. Les encours de crédits aux PME et aux micro-entreprises ont augmenté de 3,3% sur un an. Il s'agit là de la progression la plus médiocre en quatorze mois. Pour mémoire, Ils avaient crû de 4% sur un an en octobre et de 4,5% en septembre.

Le Premier ministre avait exhorté les banques à poursuivre leurs prêts

Pourtant, après les plans de recapitalisation des banques européennes décidés dans le cadre du projet de sauvetage de la Grèce échafaudé par Bruxelles le 27 octobre, le Premier ministre François Fillon avait convoqué les principaux établissements bancaires français à Matignon, afin de leur signifier que le renforcement de leurs fonds propres ne devait pas se faire au détriment du financement de l'économie du pays.

L'EBA exige des banques un ratio de fonds propres durs de 9% au moins

Reste qu'il n'est guère aisé pour les banques de se plier aux exigences de l'Autorité bancaire européenne (EBA), qui exige d'elles un ratio de fonds propres durs de 9% au minimum au 30 juin 2012, et de continuer à prêter dans les mêmes proportions qu'avant aux entreprises et aux ménages.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2012 à 17:11 :
Normal, les PME sont au bord du précipice, alors pourquoi se noyer davantage !!!
a écrit le 05/01/2012 à 16:07 :
SARKOZY ne nous a t-il pas promis des sanctions en cas de "credit crunch" il y a peu de temps. Avec tout ce qu'il promet je ne sais plus ou j'en suis. Et oui les banquiers sont avides d'argent et de pouvoir. Nous sommes les responsables. Nous avons accepté en refusant de voir ce qui se jouait, trop absorbé par notre petit quotidien et notre propre avidité. Allez on est pas loin de la catastrophe. Les choses devraient revenir dans l'ordre naturel sous peu. La maison craque. Un petit vent un peu plus fort et il en sera fini. Le monde a changé. Bon courage.
a écrit le 05/01/2012 à 16:05 :
Pas de panique, selon son président la situation devrait nettement être meilleure dans dix ans avec un euro fort !
a écrit le 05/01/2012 à 12:32 :
Une récession ne née pas du fait de la malchance, elle a été déclenchée par l'avidité, l'hypocrisie et l'orgueil des banquiers !
ils préférerons nous voir mourir de faim plutôt que de renoncer à leurs privilèges !
mais a quoi à un homme de posséder tout l'argent s'il y perd son âme...
Réponse : c'est gens là n'ont pas d'âme
a écrit le 05/01/2012 à 12:27 :
La BCE n'a qu'à prêter de l'argent au PME comme elle le fait pour les banques, est le problème sera définitivement réglé, mais les banquiers feront tous ce qu'il faut pour garder leurs privilèges et notamment celui de "créer de la monnaie" a partir du crédit mais vu que cela leur rapport de juteux bénéfices, via les intérêts (appelé autrefois USURE) cela ne risque pas d'arriver, surtout avec un gouvernement a la solde de ces gens là !
a écrit le 05/01/2012 à 10:18 :
Allons nous encore venir à l'aide quand les banques vont définitivement couler trop absorbés à gérer les milliards prêtés par la BCE hors de l'économie réelle?
a écrit le 05/01/2012 à 7:30 :
Petit cours de logique politique : l'Etat porte secours aux banques plus d'une fois donc leurs fait crédits à un taux très favorable, pousse la BCE a faire de même pour sauver l'économie réelle donc permettre aux entreprises d'avoir accès aux crédits. Résultat, les banques continues de se verser de gros bénéfices et coulent les PME, PMI, Artisans et etc... en refusant des prêts pour sauver leurs peaux. On marche sur la tête. L'Etat appartient au peuple donc le peuple ordonne à l'Etat de fermer le robinet à ses requins cupides et sans scrupules. Qu'ils gouttent aux chômages eux aussi pour qu'ils reviennent à la réalité.
a écrit le 05/01/2012 à 6:29 :
Plutôt que d exhorter les banques à prêter plus ou à phantasmer sur une grande banques d 'état, il est à absolument nécessaire de débattre sur l opportunité de maintenir les normes prudentielles (bal 3) dont l application à venir restreindra plus encore l'accès au crédit pour les petites entreprises.
a écrit le 04/01/2012 à 19:34 :
slt comma sa va
a écrit le 04/01/2012 à 15:51 :
la récession est installée, ancrée ... la récession va s'accentuer fortement et durablement plusieurs années ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :