Des mesures habiles, mais l'addition risque d'obérer la croissance

 |   |  562  mots
Copyright Reuters
François Hollande exclut habilement toute hausse générale d'impôt, mais l'accumulation de prélèvements supplémentaires pèsera lourdement.

« Certes, il y a des hausses d'impôts, mais ce n'est pas un plan de rigueur que nous préparons, puisque nous ne touchons pas la consommation, moteur de la croissance. » Pour le président (PS) de la commission des Finances, Jérôme Cahuzac, qui a largement contribué au volet finances publiques du projet de François Hollande, les hausses d'impôts prévues par le candidat socialiste, n'auront donc pas d'impact négatif sur l'activité. Difficile de contester, pour autant, leur ampleur. Alain Juppé avait été accusé de « casser » la croissance en 1995 avec un plan d'augmentation de la fiscalité légèrement inférieur à 25 milliards d'euros actuels. Pour ramener le déficit public à 3 % du PIB dès 2013 (contre 4,5 % en 2012) François Hollande prévoit, lui, 29 milliards d'euros d'impôts supplémentaires dès 2013, auxquels il faut ajouter 15 milliards destinés à financer son programme (20 milliards d'euros, à l'issue du quinquennat). Un total de 44 milliards, soit plus de deux points de PIB.

L'économie française peut-elle supporter un tel choc fiscal ? Il est vrai que les mesures prévues - qui ne figurent pas sur des documents « officiels » - sont habilement choisies. Aucune hausse générale d'impôt n'est envisagée. Ni TVA, ni CSG au programme. Un argument de moins pour Nicolas Sarkozy, qui ne manquera pas de dénoncer le « matraquage fiscal » annoncé par le PS.

Les niches fiscales sont principalement visées. C'est la moins mauvaise façon d'augmenter les impôts, celle qui obère le moins la croissance, estiment la plupart des économistes. Car l'efficacité des niches s'avère douteuse, elles sont souvent à l'origine d'effets d'aubaine : des investissements aidés par des niches auraient eu lieu de toute façon.

Habilement choisis, ces prélèvements obligatoires supplémentaires représenteront tout de même autant de sommes retirées de la poche des agents économiques. Des sommes qui ne pourront plus être dépensées ou investies. Et l'argument avancé par le PS, de la préservation des revenus de l'immense majorité des Français, y compris les classes moyennes, peut être contesté. En effet, quand l'épargne salariale sera soumise à toutes les cotisations sociales dites non contributives, les employeurs ne seront-ils pas tentés d'en réduire le montant ? Les accords d'intéressement peuvent être revus à la baisse. Ce serait là un revenu en moins pour les salariés bénéficiant de ce système. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont nombreux : 5,5 millions de personnes touchent de la participation, 4,3 millions de l'intéressement (selon l'Insee).

De même, des célibataires pas forcément fortunés atteignent rapidement l'avant-dernière tranche d'impôt sur le revenu (30 %), ou la dernière (41 %), taux auxquels il faut ajouter 13,5 % de prélèvements sociaux. Leurs revenus de l'épargne seront donc nettement plus taxés qu'aujourd'hui. Avec toutes ces hausses d'impôts sera-t-il possible d'atteindre 1,7 % de croissance du PIB en 2013, puis 2 % en 2014, comme le prévoit François Hollande ? Alors que, partout en Europe, de telles potions amères sont administrées aux contribuables, le risque existe d'une longue stagnation de l'économie. Dans ce cas, la réduction programmée du déficit, censée être diminuée de 1,5 point en 2013 - du jamais-vu - ne serait pas au rendez-vous, les recettes fiscales étant obérées par la chute de l'économie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2012 à 18:16 :
Pourquoi tant de discussion pour du "pognon" dont on ne sait même plus ce qu'il vaut et dont nous ne sommes même pas sûr qu'il existe vraiment dans les banques. D'ailleurs ce "pognon" ne vaut que par la promesse des banques de nous le donner si on le demande.Pour ça, il faudrait qu'elles aient suffisamment de liquidités en caisse; ce qu'elles n'ont plus et si demain 20% des clients d'une Banque retiraient leur "pognon" en même temps, la Banque ferait faillite immédiatement. En réalité, on a déjà supprimé le "pognon", il suffirait de le dire clairement et tous les problèmes seraient réglés.
a écrit le 27/01/2012 à 8:31 :
en fusionnant IRPP et CSG , 12 millions de personnes seules vont donc être matraquées. Qu'on se le dise ! c'est absolument certain. Hollande est en train de monter les français les uns contre les autres en opposant les prétendus riches(c'est à dire les classes moyennes) aux prétendus pauvres ( pourtant les plus aidés au monde par l'état c'est à dire par la redistribution des impôts des premiers). il va falloir qu'il y regarde de plus près car cela n'est absolument pas le rassemblement .Cependant , pour ceux qui se trouvent vraiment en haut de l'échelle des salaires , certaines de ses remarques sont recevables . Hier il s'est montré totalement différent de ce que l'on dit qu'il est . Est-ce contrôlé ? est-ce naturel? en tout cas, çà cache quelque chose. on le retrouve constamment en train de ventiler les mêmes images basiques qui plaisent et qui rapportent en voix. il est donc dans le "plaire" .Pour autant, la croissance ne sera absolument pas au rendez-vous. Jusqu'à 2 % il n'y a pas de rentrée d'argent dans les caisses du trésor pour l'investissement mais seulement pour le fonctionnement. l'énergie va terriblement augmenter dans les 5 années qui viennent. l'inflation va s'amplifier et les salaires ne suivront pas car le but de l'europe est de les bloquer pour la compétitivité. l'Italie, l'Espagne et la Grèce ainsi que l'Irlande vont baisser leurs prix pour exporter et survivre. ils seront moins chers que nous . pas besoin des chinois pour concurrencer notre commerce. le monde évolue chaque jour et dans tous les sens. les propositions qu'il fait sont elles très figées sur une idéologie , sur des idées, sur un constat. mais l'économie est toujours en mouvement et l'état des lieux d'aujourd'hui est déjà d'hier. le monde de demain n'est jamais celui que l'on veut croire aveuglément qu'il sera. c'est un monde de changements et d'incertitudes auquel on doit s'adapter pragmatiquement. cet exercice lui sera très difficile (à lui comme à d'autres) F.Hollande est actuellement trop sûr de lui .il n'a pas dit comment il faisait de la croissance. la croissance ne se décrétant pas , il en est donc bien incapable. le personnage est intelligent et respectable mais il demeure quasiment impossible de croire qu'il va aller dans la bonne direction , même s'il y croit honnêtement . il campera sur son projet qui sera très très vite dépassé ou inadapté . il ne dit jamais non plus comment il remboursera la dette ni comment il fera de la croissance ni comment il réduira les dépenses abusives.
Réponse de le 27/01/2012 à 9:53 :
En gros pour vous il n'y a que de faux riches et des faux pauvres. Un petit coup d'oeil sur une courbe de Gini vous ferait du bien!
Réponse de le 27/01/2012 à 12:37 :
Il n'a pas dit qu'il n'y avait que des faux riches, il a dit que c'est sur eux qu'on tape.
Réponse de le 27/01/2012 à 14:11 :
Donc les vrais riches sont exonérés...Eux on ne leur tape (TEPA)
pas dessus.
J'avais bien compris quels intérêts étaient défendus!
Il faut savoir lire entre les lignes (idéologiques).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :