La situation de l'emploi se dégrade en Outre-mer

 |   |  385  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
L'emploi continue de se dégrader dans l'ensemble de l'Outre-mer français, notamment en Guyane et à La Réunion, où le chômage a atteint respectivement 21% et 29,5% en 2011. La Guyane et La Réunion sont particulièrement touchés.

La situation devient critique dans l'Outre-mer français. L'emploi continue de s'y dégrader, notamment en Guyane et à La Réunion, où le chômage a atteint respectivement 21% et 29,5% en 2011, selon Nicolas de Sèze, qui dirige à la fois l'Institut d'émission d'Outre-mer (IEOM) et l'Institut d'émission des départements d'Outre-mer (IEDOM). "Concernant l'emploi, la dégradation se poursuit dans la quasi-totalité des territoires ultramarins", a souligné devant la presse le directeur général de l'IEDOM-IEOM, qui agit pour les ministères de l'Economie et de l'Outre-mer, sous l'autorité de la Banque de France.

Crise sociale à Mayotte

Dans les DOM (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte, ndlr), la hausse du nombre de demandeurs d'emploi s'est poursuivie au 4e trimestre 2011 avec des augmentations de 1,7% en Martinique, +1,5% en Guyane et Réunion, +0,6% en Guadeloupe. A Mayotte le nombre de chômeurs à bondi pour atteindre +13% en raison de la crise sociale. Mais en même temps, concernant ce dernier territoire, "il y a très peu de temps qu'on est indemnisé en s'inscrivant au chômage", a-t-on précisé.

Depuis que Mayotte est devenu le 101e département français, il a connu une multiplication de conflits sociaux", avec 44 jours de conflit en octobre et novembre 2011. L'activité économique y est perturbée et la consommation des ménages se "contracte", selon l'IEDOM. "Une reprise à court terme paraît peu probable à Mayotte" a notamment souligné M. de Sèze.

Problème de confiance des acteurs économiques réunionnais

A la Réunion "l'économie peine depuis la crise à retrouver des relais de croissance efficace. Il y a un manque de lisibilité sur les perspectives économiques et il y a un problème de confiance des acteurs économiques", a relevé M. Sèze. Les secteurs réunionnais de l'industrie agro-alimentaire, de l'agriculture et du tourisme "ont bénéficié d'un certain regain d'activité, mais c'est plus mitigé pour l'industrie manufacturière et le commerce. Le BTP reste fragile" a ajouté le directeur général.

Dans les collectivités d'outre-mer (COM) du Pacifique, la situation est plus contrastée. En Polynésie française l'emploi se dégrade tandis qu'en Nouvelle-Calédonie il reste favorable, même si le marché du travail commence à pâtir de la fin des recrutements pour les grands projets, selon une note IEDOM-IEOM.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2012 à 9:23 :
Quand la France oublie ses Français dans son programme. De toute manière, il ne s'occupe déjà plus des Français de Métropole depuis la création de l'Europe qu'a imposé Sarkozy en 2007, malgré la volonté du peuple en 2005.
a écrit le 16/03/2012 à 17:18 :
Guyane et Réunion sont soumises à une immigration incontrolable ce qui génère évidement du chômage ,puis la présence de fonctionnaires métropolitains n'arrangent rien ,les jeunes diplomés attendant à la porte pendant qu'on surpaye les metros, reste le tourisme pas assez exploité et une aide à l'exportation des produits ,ou au moins se débarrasser de l'octroi de mer qui empêche toute évolution et compétivité à l'international.
Réponse de le 21/03/2012 à 13:53 :
Vous oubliez la nonchalance de ces populations,le confort de nos assistanats,l'endoctrinement gauchiste surtout aux Antilles et à la reunion,et ce probléme des Comores!!!!
une remise à plat de notre plan économique doit se mettre en place dés l'election achevée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :