L'emploi et le pouvoir d'achat en berne

 |   |  462  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
L'institut national de la statistique, dans sa dernière note de conjoncture, remarque que la "fièvre tombe mais que le rétablissement sera lent". De fait, le pouvoir d'achat et l'emploi, les deux principales préoccupations des Français, vont très nettement marquer le coup au moins jusqu'en juillet.

"La fièvre tombe, le ralentissement sera lent". Tel est le constat dressé par les statisticiens de l'Insee en présentant jeudi leur dernière note de conjoncture qui couvre le premier semestre 2012. Il apparaît, sauf aléas géopolitiques et/ou hausse importante des produits pétroliers que la situation conjoncturelle devrait très progressivement s'améliorer dans la zone euro en général et en France en particulier. L'Institut national de la statistique rejoint en cela les prévisions du centre CEO-Rexecode parues mercredi. Cependant, l'Insee insiste davantage sur l'extrême lenteur de ce redémarrage, la France s'enfermant dans une sorte de croissance molle.

Une croissance limitée à 0,2%

Pis, la situation de l'emploi et le pouvoir d'achat - les deux principales préoccupations des Français - vont même connaître une dégradation au moins jusqu'en juillet prochain.... C'est-à-dire en pleine campagne électorale. Non seulement la présidentielle mais ensuite les législatives du mois de juin. Et les données fournies par l'Insee vont avoir de quoi alimenter les débats et nourrir les polémiques. Alors certes, la France a techniquement évité la récession et fait même plutôt un peu mieux que ses voisins européens en matière de progression du PIB. La croissance serait nulle au premier trimestre dans l'Hexagone (- 0,1% en moyenne dans la zone euro), et enregistrerait un petit 0,2% au deuxième trimestre (0,1% dans la zone euro).

18.000 emplois perdus et un taux de chômage à 10,1%

Bien entendu, d'aussi faibles niveaux de croissance ne peuvent qu'avoir des répercussions sur le chômage et l'emploi. Ainsi, au premier semestre, la hausse du chômage devrait se poursuivre pour atteindre 10,1% (y compris les DOM) à la fin juin. Il était de 9,8% fin 2011. La situation reste d'autant plus préoccupante que la France devrait perdre au total, lors du premier semestre de cette année, environ 18.000 emplois, alors que la population active devrait continuer de croître à un rythme soutenu (+ 69.000). Il va falloir aux candidats à la présidentielle réviser leurs classiques et, sans doute, mettre un peu plus en avant qu'ils ne le font jusqu'ici leur recette pour faire baisser le chômage.

Une première: la consommation des ménages reculerait

Un mal n'arrivant  jamais seul, le pouvoir d'achat, lui aussi, va être en berne. Il reculerait même de 0,3% au premier semestre 2012, une première depuis 2008. L'explication réside dans le regain d'inflation (+ 1,3% au premier semestre après +1% au second semestre 2011) et du ralentissement des revenus d'activité (+0,8) du fait de la détérioration de la situation du marché du travail. Résultat : la consommation des ménages, moteur traditionnel de la croissace en France, s'essoufflerait avec une très faible progression de 0,2% au premier trimestre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2012 à 15:28 :
"Il apparaît, sauf aléas géopolitiques et/ou HAUSSE IMPORTANTE des produits pétroliers que la situation conjoncturelle devrait très progressivement s'améliorer dans la zone euro ..." : et ben au train où augmente le pétrole, çà m'étonnerait que la situation conjoncturelle s'améliore après juillet ...
a écrit le 23/03/2012 à 10:05 :
A mon avis, le pouvoir d'achat et le chômage sont les vrais sujets de compagne. On veut avoir une vraie compagne sur les grandes promesses de SARKO. S'il a pu faire ce qu'il a dit en 2007, il est préférable de continuer mais si c'est le contraire, il doit rentrer chez lui pour faire de l'argent comme il a dit il n'y a pas longtemps.
a écrit le 23/03/2012 à 9:15 :
"De fait, le pouvoir d'achat et l'emploi, les deux principales préoccupations des Français, vont très nettement marquer le coup au moins jusqu'en juillet."
Jusqu'en juillet au moins, mon dieu que c'est rigolo, et en juillet les chiffres seront revus à la baisse encore.
a écrit le 23/03/2012 à 8:17 :
Après avoir fait de la croissance, de l'emploi et du pouvoir d'achat ses priorités de l'élection de 2007n sans AUCUN REULTAT, NS nous bassine avec la sécurité.
C'est un argument bon pour les vieux inactifs terrorisés par un islamiste fou.
Les actifs et dirigeants de PME attendent plus sur la croissance. Mais bon, depuis cinq ans, c'est une politique de vieux rentiers qui est menée en France.
Réponse de le 23/03/2012 à 16:48 :
J'approuve totalement votre commentaire! Depuis Sarkozy, toute sa politique est basée sur la satisfaction de la gérontocratie trouillarde, mais le pire c'est que les jeunes ne se mobilisent absolument pas pour ces présidentielles afin d'éjecter celui (Sarkozy) et ceux (les vieux) qui sont en train de les saigner à blanc. Bougez les jeunes, bougez bordel!!!!
a écrit le 23/03/2012 à 7:11 :
Pas étonnant que la consommation va baisser a force de voir tout augmenter, notamment les carburants. Aucun politique, par contre, ne propose vraiment une diminution du train de vie de l'état, par exemple abaisser le nombre de députés, de
sénateurs, de ministres...ainsi que le montant de leur rémunération. Pourquoi ne pas remettre en cause leurs retraites très confortables comme l'a fait SARKOZY pour le peuple ? SARKO a bien diminué le nombre de fonctionnaires, pourquoi ne pas diminuer le nombre d'élus qui, eux, coutent beaucoup plus cher ?
a écrit le 23/03/2012 à 2:16 :
il faut bien reconnaitre que l'INSEE et autres politiques sont d'une parfaite inutilité : car nul n'est besoin de ces inutiles : cela fait 50 ans que les activités s'arrêtent pour la présidentielle ! cela fait 50 ans que les politiques de tous bords créent des commissariat aux plans aussi coûteux qu'inutiles : que n'ont-ils pas financer
- la maison Passive il y a 20 ans quand elle apparaissait en Allemagne
- les systèmes photovoltaïques personnels laissant à moitié moins ce centrales nucléaires le soin de produire pour le publique
- 4 grands canaux nord sud et est ouest au niveaux européens

mais non il fallait faire du social pour être réélu et pour engraisser les politiques et hauts fonctionnaires !! la population, il s'en moquent pas mal !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :