Gouvernement, patronat et syndicats plancheront les 9 et 10 juillet

 |   |  580  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La grande conférence sociale aura lieu les 9 et 10 juillet. Elle se divisera en sept tables rondes sur des sujets très divers comme la politique salariale, l'emploi, les retraites, la formation tout au long de la vie, etc.... Michel Sapin, ministre du Travail, a précisé que le coup de pouce au Smic serait connu avant cette conférence. Il a également indiqué que le gouvernement devrait rapidement légiférer sur les licenciements.

A défaut de garden party le 14 juillet à l'Elysée, les organisations patronales et syndicales auront droit au Palais d'Iena, siège du Conseil économique, social et environnemental, les 9 et 10 juillet pour la grande conférence sociale annoncée par le candidat Hollande lors de la campagne électorale. Durant deux jours, les leaders syndicaux et patronaux, le président de la République, le Premier ministre et une kyrielle de ministres vont discuter des grands sujets sociaux du début du quinquennat. A l'issue de la conférence de méthode qui s'est tenue à Matignon ce 5 juin, il a été décidé que, après une introduction du Président de la République, cette conférence sociale donnera lieu à sept tables rondes, chacune présidée par un ministre et "une personnalité", a précisé le ministre du Travail, Michel Sapin. 

Sept thèmes en discussion, de l'emploi des jeunes à la compétitivité

Le premier thème concernera l'emploi, "en particulier des jeunes", (avec au menu, notamment, le contrat de génération, cher à François Hollande) le deuxième la "formation tout au long de la vie", le troisième  "les rémunérations et le pouvoir d'achat"... avec la question des nouvelles règles de revalorisation du Smic et des négociations salariales de branches. La quatrième table-ronde sera consacrée au "redressement de notre appareil productif" où il sera fortement question de la compétitivité, la cinquième à "l'égalité professionnelle hommes-femmes", la sixième aux retraites et à la protection sociale et enfin la septième à la fonction publique. Ces tables-rondes doivent servir à définir la méthode pour aboutir le plus rapidement possible à des solutions "concrètes", a expliqué Michel Sapin. A noter que, outre les cinq syndicats représentatifs, les trois organisations non-représentatives, la FSU, l'Unsa et Solidaires, ainsi que les collectivités locales seront aussi représentées.


Le montant du "coup de pouce au Smic" sera connu avant la conférence

Le niveau du "coup de pouce" au Smic, qui divise les syndicats et le patronat, sera finalement dévoilé avant cette conférence, a ajouté le ministre qui précise que « la concertation continue". Il est fort peu probable que ce coup de pouce soit de 5% comme le souhaitait Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO... Jean-Marc Ayrault invoquant "une hausse juste et raisonnée". Et la présidente du Medef, Laurence Parisot, a déjà tiré la sonnette d'alarme, enjoignant le gouvernement à ne pas s'orienter vers "ce qui pourrait être une augmentation du coût du travail".

Pas de retour généralisé à la retraite à 60 ans

Par ailleurs, une décision sur les retraites est attendue mercredi 6 juin en Conseil des ministres pour permettre aux salariés, ayant commencé à travailler tôt, de partir à 60 ans. Cependant, comme convenu, le débat global sur les retraites sera ouvert à l'occasion de la conférence de juillet. Michel Sapin a déjà prévenu qu'il n'y aurait pas un retour à l'âge de 60 ans pour tout le monde:  "chacun sait très bien qu'aujourd'hui ce n'est pas possible"... Ce n'était d'ailleurs pas une promesse du candidat Hollande. Enfin, Le gouvernement doit aussi agir dans l'urgence face à la crainte d'une rafale de plans sociaux, alors que chaque jour apporte son lot d'entreprises en difficulté. "On a va prendre chaque dossier l'un après l'autre" et "agir vite" par une loi sur les licenciements boursiers, a promis Michel Sapin Sapin.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2012 à 18:15 :
Pourquoi juillet on ne peut le faire avant : ah mais oui en juillet les vacances démarrent jusqu'en septembre, et à la rentrée beaux jours les dégâts, oui en fin de compte juillet c'est pas mal mais je pense que le résultat se feras attendre.
a écrit le 06/06/2012 à 12:08 :
Parodie paritaire, ou les complices d'hier se retrouvent pour fêter leur victoire sur la liberté d'entreprendre. Pour unr fois ils seront d'accord, mais pour ce que cela peut avoir d'utile, on peut zapper.
a écrit le 06/06/2012 à 7:55 :
Ils veulent agir, c'est louable, j'espère simplement que ces grandes messes organisées
pendant les mois de vacances déboucheront sur du concret .. le débat sur le doublement du livret de caisse d'épargne en 10 ans???? montre le poids des groupes
économiques....
a écrit le 05/06/2012 à 23:36 :
Vont-ils enfin penser aux polypensionnés ?????. Y'a des injustices bien plus criantes que les différences hommes/ femmes sur lesquelles on cherche à braquer notre attention pour la détourner des vraies inégalités .
a écrit le 05/06/2012 à 23:14 :
lol "le patronat du centre"
a écrit le 05/06/2012 à 22:41 :
Ce n'est pas un système équilibré d'avoir les syndicats du gauche et le gouvernement du gauche contre le patronat du centre.
Réponse de le 06/06/2012 à 7:09 :
Vous avez les législatives à votre disposition le 10 juin prochain et le 17 votez bien !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :