Emploi : ce que peut faire Ayrault

 |   |  950  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jean-Marc Ayrault a débuté ses consultations afin d'organiser la conférence sociale de la mi-juillet. L'emploi s'impose comme la principale préoccupation et devrait être au centre des débats alors que, selon la CGT, 45.000 postes sont menacés. Le Premier ministre utilisera-t-il l'arme législative pour freiner les licenciements économiques? Rien n'est moins sûr. En tout état de cause, deux textes sont déjà prêts.

Il sont venus, ils sont tous là. Au total, ce sont huit organisations professionnelles, cinq syndicales (CFE-CGC, CFDT, CFTC, CGT et FO) et  trois patronales (CGPME, Medef et UPA),  qui se sont succédées mardi 29 mai à Matignon pour présenter leurs doléances au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Un premier tour de table qui sera suivi, dès le 5 juin, d'un deuxième (une réunion plénière cette fois) pour définir la méthode de travail pour la troisième étape : la grande conférence sociale qui se tiendra à l'Elysée avant le 14 juillet. Au menu, on le sait déjà : le Smic, la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans, les règles du dialogue social et..., surtout, l'emploi.

L'emploi, la principale préoccupation

C'est sur ce sujet que tous les acteurs sont les plus inquiets, même si la présidente du Medef, Laurence Parisot, a tenu à minimiser l'ampleur du phénomène. Il n'en reste pas moins que, selon un sondage Harris Interactive publié par l'Humanité (29 mai), 58% des Français estiment que l'emploi doit être le sujet principal de la prochaine conférence. Et ce n'est pas la publication, jeudi 31 mai, des derniers statistiques sur le nombre des demandeurs d'emploi qui devrait rassurer...

Le gouvernement sait d'ailleurs très bien que c'est sur le front de l'emploi qu'il va être immédiatement attendu. C'est pour cette raison que, à peine nommé, le ministre du " Redressement productif", Arnaud Montebourg, a fait preuve d'un volontarisme appuyé en essayant de régler certains problèmes de fermetures de sites, comme chez Fralib à Gémenos ou chez Technicolor à Angers. Pour l'instant, rien de concret même si le ministre a réussi à remettre autour de la table patronat et syndicats de ces sites. Il doit aussi, dans les prochaines semaines, remettre à Jean-Marc Ayrault un plan de "reconquête industrielle" et une mission intermininistérielle pourrait voir le jour .

La CGT évoque 45.000 emplois menacés

De fait, le problème est d'ampleur puisqu'un certain nombre de plans sociaux risquent de se produire après être restés sous le tapis le temps de la campagne électorale. Ainsi, Bernard Thibault (CGT) est arrivé chez le Premier ministre avec une liste de 46 entreprises en redressement ou liquidation, soit environ 45.000 emplois menacés dans de très nombreux secteurs : Banque, presse, métallurgie, agroalimentaire, etc.

Que peut alors faire le gouvernement s'il ne veut pas revivre le syndrome Jospin et son  "en matière d'emploi, l'Etat ne peut pas tout ", lancé en 2001 après l'annonce d'un plan social chez Michelin ? Le Parti communiste propose, lui, un " moratoire » sur les licenciements jusqu'à l'entrée en vigueur de l'Assemblée nationale", soit le 20 juin. Juridiquement, cette proposition semble peu fondée. En revanche, durant la conférence sociale, il est certain que la question des moyens accordés à Pôle Emploi pour mieux assurer le suivi des chômeurs sera sur la table.

Il en va de même de la formation et de l'indemnisation des demandeurs d'emploi. L'actuel mécanisme du "contrat de sécurisation professionnelle"(CSP), qui assure durant 12 mois 80% de leur ancien salaire à des licenciés économiques suivant une formation, sera sans doute " boosté". Le fameux "contrat de génération" (300.000 sont prévus sur la durée du quinquennat), cher à François Hollande, sera aussi discuté.  Reste l'épineuse question du droit des licenciements. On sait le Medef très sensible et toutes griffes sorties à l'évocation d'un durcissement des règles en vigueur, réclamé non seulement par le Front de Gauche mais aussi souhaité, plus discrètement, par une partie de l'aile gauche du PS. Pour ce faire, s'il le décide, le gouvernement à deux instruments à sa disposition.

Le projet de loi Royal contre les "licenciements boursiers"

Le premier émane de... Ségolène Royal qui avait rédigé un "projet de loi relatif à l'interdiction des licenciements boursiers"  lors de la bataille des primaires socialistes. Ce texte ne concernerait que les entreprises de plus de 250 salariés. La loi actuelle serait modifiée pour préciser que " ne constituent pas des licenciements pour motif économique les suppressions d'emplois qui ont pour objectif de privilégier le niveau de rentabilité de l'entreprise". Sachant, notion différente, que la jurisprudence reconnaît la validité d'un licenciement économique pour "sauvegarder la compétitivité". Dans le projet de Ségolène Royal, le caractère économique - voire boursier - d'un licenciement devrait pouvoir être examiné "dès l'examen du plan de sauvegarde de l'emploi" (PSE)... Ce que vient de refuser la Cour de Cassation dans le récent arrêt Viveo.


La proposition de loi... Hollande  contre les fermetures de sites

Le second instrument émane de... François Hollande qui avait a déposé, en février 2012, au nom du groupe socialiste, une proposition de  loi à l'Assemblée visant à obliger un industriel se désengageant d'une usine française à la céder à un repreneur. Ce texte avait été repoussé par la majorité. Concrètement, a chaque fermeture d'un site, l'entreprise devra en informer le Tribunal de commerce qui désignera un mandataire chargé de trouver un repreneur. Si l'entreprise cédante refuse toute proposition de reprise (de crainte de voir un concurrent "écupérer" une usine rentable), le Tribunal pourra imposer un plan de cession à l'entreprise. Le texte, donc, n'interdirait pas une fermeture d'usine mais obligerait à leur cession si elle s'avère rentable et qu'un repreneur se présente.
Le gouvernement utilisera-t-il la voie législative? Tout va dépendre de la majorité qui sortira des urnes le 17 juin. Si la gauche se retrouve avec une majorité étriquée, il est alors peu probable qu'elle se risque à le faire.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2012 à 22:52 :
Un mec de gauche qui ne comprend rien a l'economie ne peut que la detruire...
a écrit le 31/05/2012 à 15:13 :
Il faut aussi remettre au travail les chômeurs qui le refusent !
a écrit le 30/05/2012 à 23:10 :
Bah la meilleure solution serait celle que le régime a toujours mis en place, rajoutons dix ans aux études, faisons la retraite à 40 ans et puis doublons les effectifs de la fonction publique, comme d'hab.
a écrit le 30/05/2012 à 22:55 :
Et le R2F sera til revalorisé?Sinon nous serons nombreux a devoir arrêter notre formation, à se retrouver sans qualification et aux portes de l'exclusion sociale!
a écrit le 30/05/2012 à 22:51 :
Alors je suis chômeur depuis toujours, ça doit faire 14 ans, j'ai fait 7 ans d'études en recherche, pensez-vous que je suis utile à la société?
Réponse de le 07/06/2012 à 22:51 :
Non
a écrit le 30/05/2012 à 18:28 :
Le gouvernement doit agir sur les 3 fronts en même temps
1-limiter les plans futurs (tous les secteurs confondus)
2-traiter l'urgence des chômeurs < 1 an (tous ages confondus)
3-traiter l'urgence des chômeurs > 1 an de chômage (tous ages confondus)

Il faut cessez de pense aux âges et aux secteurs...tous les âges et secteurs sont touchés!!!
a écrit le 30/05/2012 à 16:57 :
Créer des emplois c'est exporter ,ou exporter plus ce qu'on sait très bien faire.
On a des tas de produits sympa fabriqués localement qui ne dépassent pas l'hexagone.
Je suis en admiration devant le site d'alibaba.com ,un site de vente internet chinois ,la moindre entreprise peut être jointe les produits expédiés.
Il nous faut le même sur le même principe ,et on doit se battre pour que la moindre entreprise de 10 salariés soit capable d'y répondre.
Ils ont l'informatique! le multimédia! ,et alors on a le "pinard" les produits alimentaires , des outils étranges ne servant qu'à certains usages ,des objets de collection ,des voitures anciennes la liste est longue.
On est à cause d'ebay habitués à acheter et vendre dans le monde entier en tant que particuliers ,quid des professionnels.
Et trouver un nom qui sonne bien français.
Réponse de le 30/05/2012 à 18:30 :
supers arguments positifs pemmore! bravo il faut communiquer votre enthousiasme ..je crois comme vous que la france peut réussir...changeons nos mentalités
Réponse de le 30/05/2012 à 23:16 :
Exporter, vous nous faites bien rire. Entrons donc dans la danse!
a écrit le 30/05/2012 à 13:09 :
cela fait depuis noel qu'on est en période d'elections.pendant ce temps l'économie coule mais les français attendent les résultats.les flambyistes et l'ump ne l'ont pas encore compris
a écrit le 30/05/2012 à 13:06 :
Que faire de la triste réalité que le plus que l?on protège l?emploi, le plus qu?on freine la création d?emploi ?
Réponse de le 30/05/2012 à 23:13 :
Mais que faire de la triste réalité que l'europe du sud y arrive pas et l'allemagne y arrive? Sommes-nous condamnés au chômage par les politiciens?
a écrit le 30/05/2012 à 12:50 :
Hollande ne peut rien faire car il n'a pas la volonté de penser autrement que ce que lui imposent les dirigeants européens. Pour sauver nos emplois, il faut sortir de l'UE, sortir de l'Euro, rétablir un contrôle des mouvements de capitaux et rétablir un protectionnisme intelligent et respectueux de l'environnement. C'est la seule issue acceptable.
a écrit le 30/05/2012 à 12:39 :
Demander ce que peut faire Ayrault pour l'emploi est la bonne question. Comment donc va-t-il s'y prendre pour détruire les emplois par millions ? Facile de répondre : un choc fiscal de plus de 50 milliards sur les entreprises et des réglementations ubuesques encore aggravées pour décourager définitivement les derniers entrepreneurs.
a écrit le 30/05/2012 à 9:56 :
La première chose à faire c'est que l'Europe rachète à Mittal sa sidérurgie qu'elle n'aurait jamais du vendre, idem pour des tas de secteurs stratégiques et investir dans les technos de l'information ou les biotechs ou les cleantechs, et les énergies renouvelables avec verrouillage du capital de sociétés.. Et licenciements boursiers ou financiers INTERDIT sauf mises à la retraite anticipée avec prise en charge intégrale des coûts directs et indirects par l'entreprise en question qui devra apporter des garanties financières.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:03 :
et ouais c'est sur, on pourrait également apprendre à faire pousser des saucissons sur les les arbres, ça pourrait être utile en temps de crise
Réponse de le 30/05/2012 à 12:13 :
Les licenciements boursiers ou financiers, ça n'existe pas. Les licenciements concernent des emplois dont le maintien entraînerait un coût inadapté au gain espéré. Il n'y a pas grand chose d'autre à en dire. Le bon sens consiste à proposer un environnement où les gains à l'embauche sont supérieurs aux coûts, à l'exact opposé de ce qui est fait en France depuis plusieurs décennies.
Réponse de le 30/05/2012 à 13:02 :
ouais eh bien commençons par les banques et les administrations publiques, pas de gain pour les premières (sans fraude, sans spéculation, sans risques ou hauts risques donc on vire les 3/4 ou les 4/5 dans la banque d'investissement et la moitié dans la banque à réseau) idem pour l'administration centrale ou territoriale ces gens là ça sert rien, toutes les démarches.... par internet, école publique et facs publiques 0, on passe au privé, idem pour les hôpitaux, ben voilà c'est ça les licenciements boursiers...en voulez vous Messieurs Dames.Remarquez parfois, les licenciements boursiers,ça a du bon; on vire les nuls et les rentiers, et Dieu sait s'il y en a.
Réponse de le 30/05/2012 à 13:07 :
ce que tu dis est stupide .beaucoup de licenciements sont juste un exercice de downsizing qui permet de se verser de meilleurs benefices mais qui tue la société qui licencie a petit feu.voila c'est la mode des économies a tout prix,meme si l'entreprise en meurt,c'est la mode.carrefour en est un bon exemple
a écrit le 30/05/2012 à 9:47 :
Que de critiques dans vos commentaires alors que pour l'instant, rien ou presque n'a été fait... Attendons quelques mois et jugeons du résultat, comme on l'a si bien fait avec M. Sarkozy. Que vous ne digériez pas la défaite, très bien, mais abstenez vous avec vos critiques aveugles...
Les législatives arrivent, le jeu de la démocratie repart. Les français on déjà sanctionné l'ancien Président. Si la ligne politique actuelle ne parait pas légitime, les français la sanctionneront de la même façon.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:15 :
Le jeu démocratique est bien abîmé du fait de l'absence de véritable opposition politique, les principaux partis prônant peu ou prou la même politique. Jeu de dupes ?
a écrit le 30/05/2012 à 9:41 :
Je n'ai pas fait d'etude d'economie, ni de philosophie. Je ne sais pas tout. J'essaye juste quand je vote et quand j'agis de faire aller les choses dans le bon sens. J'espere ( s'il vous plait donner moi la confirmation) qu'il y a autant d'energie depenser pour la creation d'emploi - que pour l'interdiction des licenciments. Il faut 2 jambes pour avancer. J'espere simplement qu'il s'agit d'un travers mediatique que de preferer susciter des reactions en ne parlant ici que des mesures "anti".
Réponse de le 30/05/2012 à 12:05 :
Pas besoin d'être un expert pour se demander pourquoi je prendrais le risque de vous embaucher si je ne peux pas vous licencier ou si le coût de votre embauche dépasse le gain que je peux espérer en vous embauchant.
Réponse de le 30/05/2012 à 18:36 :
votre rôle de chef d'entreprise est de penser POSITIF!
et pour le risque, je le comprends et je le partage sans problème avec vous. Je vous propose la méthode suivante:
vous m'embauchez, en contrepartie d'un salaire de 7000 euros net /mois qui inclue que vous pouvez me licencier d'un mois à l'autre sans autre dommage.
Gagnant/Gagnant = partage du risque.
Alors on signe chef?
a écrit le 30/05/2012 à 9:19 :
Blablabla, les socialistes ne feront rien, car ce n'est pas au gouvernement de créer ou de maintenir artificielement des emplois. Il peut en revanche mettre en place les conditions juridiques et fiscales favorisant la création d'emploi. Cela s'appelle la flexibilité, la modération fiscale, et la baisse des dépenses publiques, pour redevenir compétitif. Mais là, pour eux, on parle du Diable. Ils n'ont rien appris, ni rien compris. Echec assuré.
a écrit le 30/05/2012 à 9:19 :
Comme si une mission interministérielle (pour caser les copains qui n'ont pas encore de planque) allait tout arranger. Qui peut avoir encore confiance en la France où tout change sans arrêt. Ce qui était vrai il y a un mois ne l'est plus aujourd'hui. Il y a bien d'autres opportunités ailleurs.
a écrit le 30/05/2012 à 9:06 :
Imaginez vous être PDG d'une entreprise américaine qui doit ouvrir une filiale de production en Europe. Allez vous investir en France, avec une promesse de 45 milliards d?impôts nouveaux sur les entreprises, puis des lois interdisant une restructuration parce que la maison mère gagne de l'argent, etc?
Réfléchissez!
Réponse de le 30/05/2012 à 18:40 :
vous aussi réfléchissez svp...le coaching de la pensée positive vient des USA!!! alors quand une boite américaine s'installe s'est qu'elle sait qu'il y a du bon business à faire!! plus elle paye d'impôt...plus elle gagne....pas d'émotions dans le business svp
Si votre boite ne s'installe pas en France il faut qu'elle se dise qu'elle n'aura pas l'opportunité du business français...et puis voilà!!
====> la négociation ce n'est pas du chantage
a écrit le 30/05/2012 à 8:20 :
Comment s'occuper, défendre l'emploi et la réindustrialisation en augmentant les coûts salariaux (retraite à 60 ans pour certains, augmentation du SMIC déjà,le plus élevé d'Europe, en ne réduisant pas les dépenses de l'état, en mettant 22 Milliards d'impôts et charges sur les entreprises, en refusant toute évaluation des fonctionnaires et enseignants. Quand s'inspirera-t-on des exemples qui ont marché: Canada, Suéde et Allemagne?
La pire absudité est la répartition du gain de productivité réalisé par la RATP entre les salariés! Ces salariés ne sont-ils pas déja superprivilégiés? A qui appartient La RATP? Fait-elle tant de bénéfice? N'a-t-elle pas besoin d'investir? Qu'en sera-t-il dans quelques années quand elle sera mise en concurrence? Le président de cette société vaut surement moins de 300 000 euros par an! Il est vrai que ce fut aussi le cas pour la RGPP: les fonctionnaires ne gagnent que 20% de plus que dans le privé!
Réponse de le 30/05/2012 à 9:05 :
"La critique est aisée, mais l'art est difficile".
@Libéral: Pour vous, il faut encore aggraver les inégalités, faire encore plus d'austérité...Pour des salaires à la Chinoise, qui soit dit en passant commencent à être considérés trop élevés par les entreprises ayant délocalisé et cherchent à délocaliser à nouveau dans des pays où coût du travail et législation sont plus intéressant.Un modèle économique qui génère toujours plus de précarité ça ne vous gêne pas. 5millions de chômeurs qui seraient tous de feignants et un secteur public surpayé non plus.La droite a perdu à cause de ses idées trop inspirées du néo-libéralisme. Qu'elle continue dans cette voie, elle n'est pas prête de revenir au pouvoir.
Réponse de le 30/05/2012 à 9:18 :
La faille de l'explication de JB38 est que les 5 millions de chômeurs, la précarité, la pauvreté, sont la conséquence d'une économie qui ressemble de plus en plus à une économie dirigée qu'à une économie libérale (pratiquement 60% du PIB sont consacrés aux dépenses publiques). La droite a perdu parce qu'elle a adhéré aux idéologies constructivistes au lieu de les combattre sans merci et, qu'entre la copie et le modèle socialiste, puisqu'il n'y avait pas le choix, autant voter pour le modèle socialiste. La droite gagnera si elle fait, enfin, le choix de la liberté contre la spoliation.
Réponse de le 30/05/2012 à 9:25 :
Précarité ? Aujourd'hui les chômeurs ont tous un portable dans les mains !! Faut pas exagérer non plus, le chômeur d'aujourd'hui n'a plus rien à voir avec celui des années 80.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:38 :
la question n'est plus de savoir si la droite reviendra, la question est de savoir à quel moment nous deviendrons la Grèce !!
Réponse de le 30/05/2012 à 18:47 :
Vous faites erreur "libéral" SMIC européen plus élevé en allemagne!!!
Réponse de le 30/05/2012 à 18:52 :
@Rep: les chômeurs ont le portable en main car ils sont OBLIGES !!
sachez qu'un chômeur sans portable et sans mail est voué à le rester. Vous aussi vs devez vivre avec votre temps.....
Tout les FAI l'ont compris...c'est pour cela que l'ANPE à développé application pour pointer via smartphone...et les FAI des offres GSM pour les pauvres...

Incroyable de voir que les vieilles croyances françaises ont la vie dure!!! pensez qu'un chômeur avec un tél portable est un chômeur heureux...c'est nier l?existence même de la pauvreté grandissante en france. Réveillez vous svp ça va mal en france
Réponse de le 01/06/2012 à 1:32 :
@ VU : En Allemagne il n'y pas de SMIC
a écrit le 30/05/2012 à 8:08 :
Alors la proposition de zéroland c'est de trouver un repreneur à un site rentable
Dans le cas ou ce dernier veux arrêter
Et ben ça va être du changement!!!!
a écrit le 30/05/2012 à 0:57 :
Le changement c'est pour demain... le transfert des militaires français directement d'afghanistan en syrie, le smic + 0,0001 % avec charges et le renversement de la courbe du chomage à la saint glin glin.... Mea culpa je vote à droite cette fois-ci...!
Réponse de le 30/05/2012 à 9:07 :
Il n'est jamais trop tard pour reconnaitre ses erreurs, mais comme beaucoup de français vous avez été floué par un bonimenteur, un menteur, voire son intervention sur France 2 hier soir, cet homme qui n'a jamais eu des responsabilités, se comporte comme un "gamin" à qui l'on confie les clefs de la maison....il transpire de suffisance.....quand il s'agit d'augmenter les impôts des français...il sera excellent...mais une majorité "étriquée" de français ont choisi de sortir l'ancien président....à leurs risques et périls....
Réponse de le 30/05/2012 à 11:20 :
''Gamin'' ? Décidément après Nico l'agité, Flamby le menteur : les ados soixant'huitards continuent à nous les briser !
a écrit le 30/05/2012 à 0:36 :
Mettre en retraite HOLLANDE à 60 ans ! C'est à dire dans 2 ans..... s'il est encore là....
Réponse de le 30/05/2012 à 7:43 :
pourquoi un si long délai?
Réponse de le 30/05/2012 à 9:08 :
Ces commentaires pour dire quoi? Rien, pas étonnant, la droite n'a plus rien d'intéressant à dire et encore moins à proposer.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:40 :
la droite n'est plus au pouvoir, mais la gauche a moins d'1 mois pour faire des propositions, puisque m hollande n'avait aucun programme que celui d'augmenter les impôts !!!
a écrit le 30/05/2012 à 0:20 :
Les technologies progressent tous les 6 mois, et le système n?a pratiquement pas évolué. 45000 emplois sont menacés, aucun mécanisme n?est en place pour modifier la structure du marché du travail en fonction de l?environnement.
Les sociétés préfèrent mettre la clef sous la porte, ne pourrait-on envisager un système qui prévoirait la conservation des emplois pour une durée de travail réduite ce qui permettrait : de conserver l?outil industriel ; le reste du temps de travail effectif serait consacrer à une formation choisie par les salariés pour s?adapter aux mutations pendant le temps de sauvegarde, dès lors que l?entreprise est en danger ou autre. (reste que je ne sais pas par quel biais les formations pourraient être financées?)
Ce serait une sauvegarde de l?emploi et de l?entreprise, en prévision de la transformation de l?entreprise, du salarié ou de l?environnement pendant une période définie.
En cas de fermeture, ce serait permettre aux salariés de rebondir vers un emploi d?une filière porteuse, ce serait également permettre au salarié d?avoir le temps de rechercher un autre emploi en continuant à percevoir un salaire même réduit pendant la période de sauvegarde?
Réponse de le 30/05/2012 à 9:02 :
Le paiement d'allocations chômage pendant 23 mois, n'est il pas le système que vous proposez?
Réponse de le 30/05/2012 à 9:17 :
et la première partie ça s'appelle le chomage partiel et c'est ce que pratique avec une certaine réussite les entreprises allemandes. La part du temps de travail réduite (et donc chomée) est prise en charge par l'état.
C'est simple, souple et ça permet aux entreprises de passer des caps difficiles.

En france ça existe aussi mais c'est ingérable, impratiquable et les autorisations adminsitratives quasi-impossibles à obtenir.
Réponse de le 30/05/2012 à 12:46 :
le problème MAJEUR de ce pays, vient de la NULLITE de la formation !!!
que ce soit les patrons ou les salariés, les formations sont NULLES !!!
le chômage est bien souvent dû à une mauvaise analyse des besoins en salariés : donc on licencie ! alors qu'il faudrait mieux prendre moins de salariés et mieux les payer
a écrit le 29/05/2012 à 22:24 :
Que vont ils faire? de l'inquisition,et l'atteinte à la liberté d'entreprise pour faire fuir les quelques investisseurs qui croyaient encore au changement de mentalité.
Réponse de le 30/05/2012 à 6:12 :
Bah c'est sûr : il faut bien payer les rentiers et donc taxer actifs et entrepreneurs ...
Réponse de le 30/05/2012 à 8:30 :
Non Henri ce n'est pas cela! Rien ne nécessite de rétablir la retraite à 60 ans quand l'orientation est de la porter à 67 ans pour les autres? Est-ce à l'Etat de décider de telles choses quand la gestion des retraites est paritaire?
Les dépenses publiques représentent 56% du PIB et les prélévements obligatoires 46%. Ne croyez vous pas qu'il y ait des gains de productivité à faire?
Réponse de le 30/05/2012 à 9:34 :
En tant que libéral, je suis pour la retraite par points et à la carte
Ras le bol des rentiers de la retraite comme les régimes spéciaux...
Réponse de le 30/05/2012 à 11:13 :
D'accord avec Henri. La retraite par répartition devrait couvrir un minimum de survie (pour ne pas devenir SDF) et tout ce qui est au-dessus devrait être volontaire et privé.
a écrit le 29/05/2012 à 22:02 :
Le changement ce n'était pas maintenant ? Faut-il toutes ces réunions du Polit Buro ...?
a écrit le 29/05/2012 à 21:41 :
Ayrault, avec tout son gouvernement en cercle, va tenter une danse magique pour faire pleuvoir les emplois du ciel après 3 décennies de sécheresse. Un sacrifice ministériel est même prévu pour apaiser la colère des Grands Esprits socialistes : une géographe, spécialiste de l'hémisphère sud, aurait été désignée dans ce but.
a écrit le 29/05/2012 à 21:24 :
Si seulement il existait une recette miracle... Celà fait plus de 30 ans que tous nos plus brillants esprits de gauche comme de droite se sont heurté au problème.

Et il faut bien avouer que les maigres résultats obtenus étaient plus dûs à des circonstances économques favorables qu'à une politique pour l'emploi.

Soit on se dit que tous ces hommes et femmes sont des ânes, qu'ils ne comprennent rien à l'emploi etc... Il y a peut-être un peu de celà (qu'ils ne connaissent pas les entreprises).

Soit il faudra bien arriver à regarder les choses en face. Le monde a évolué, on accepte par exemple aujourd'hui que le mariage ne représente plus l'institution qu'il a été il y a 20-30 ans. Alors pourquoi pas le travail et l'organisation de ce dernier?

Les technologies, la Science, tout a évolué à pas de géants. Et force est de constater que beaucoup de personnes ne sont pas formées, pas adaptées, pas préparées à ce nouveau monde complexe, mouvant et diaboliquement rapide. Fini le temps où un garagiste pouvait régler à lui seul un problème sur une voiture par exemple. Maintenant la complexité est partout, il y a une myriades de micro-processeurs dans chaque voiture, cafetière (même les raquettes maintenant). Les docteurs ne suivent plus, les usagers de téléphones, télévisions et autres gadgets ne maîtrisent quasiment pas la moitié des fonctionalités. Alors que dire de la compréhension des techniques sous-jacentes?

Aujourd'hui on n'a plus un tourneur/fraiseur. On a un conducteur de machine CN bac +2 pour faire ce métier. Et sa rémunération correspond à celui d'un tourneur/fraisier auparavant dans l'échelle salariale. Que deviennent ceux qui n'ont pas cette capacité à maitriser ces technos? Exit au chômage malheureusement

Alors arrêtons de blâmer les Chinois, Indiens et autres patrons avides (il y en a mais certainement pas autant que la gauche veut nous le faire croire). Réfléchissez bien à ce que j'ai écrit et vous verrez que le courage sera à terme de s'avouer que l'humain se divisera entre ceux qui suivront et ceux qui n'auront pas cette capacité. Sans méchanceté, ni arrière-pensée juste une constatation.
Réponse de le 29/05/2012 à 22:47 :
Bravo, enfin une manière différente d'aborder le problème! Et on a beau dire que la solution réside dans la formation, tout le monde n'a pas les capacités cognitives nécessaires. L'ultra mécanisation et les délocalisations des emplois ingrats a mis à jour cet état de fait. Cette complexification touche quasiment tous les métiers non délocalisés (non délocalisables?), du restaurateur (normes sanitaires, lois sociales...) au mécanicien (électronicien?) au plombier (normes environnementales) au juriste (maquis de textes de plus en plus inextricable)....
Réponse de le 29/05/2012 à 23:23 :
Il y a du vrai dans ce que vous dites, et nous aurions tort de ne pas prendre cette évolution en considération. Maintenant, il va aussi falloir être attentif à ne pas fabriquer trop de laissés pour compte.
Réponse de le 29/05/2012 à 23:56 :
En effet, je suis bien conscient que je ne résouds en rien le problème. Mais je pense que porter l'attention dessus pourrait permettre de trouver un fonctionnement nouveau à notre Société humaine avec une place honorable pour chacun en fonction de ses possibilités. Il va falloir aussi le faire accepter et arrêter de promettre tout et n'importe quoi à tout un chacun.
Réponse de le 30/05/2012 à 7:13 :
le diagnostic est simple:quand un patron de café veut embaucher des musiciens pour un concert:il doit faire une déclaration préalable d'embauche et déclarer et payer chaque morceau joué a la mafia de la sacem.vous croyez qu'il va embaucher des musiciens?non il met un disque.voila résumé l'etat du marché du travail en france
Réponse de le 30/05/2012 à 12:58 :
vos reflexions sont tout à fait pertinentes : permettez-moi d'y apporter ma version :
je suis resté en France, car il y a d'énormes besoins, que dis-je, de gigantesques besoins : en énergie, en logistique, en logement etc... ce qui veut dire du travail pour chacun d'entre nous !
Réponse de le 30/05/2012 à 13:01 :
mais pour cela, il faut que la formation corresponde aux besoins des entreprises et non aux envies des profs. quand Hollande va rendre visite à Marie chercheuse dans le nucléaire et qu'il parle de connaissance, il est à coté de la plaque : ce ne sont pas des connaissances dont nous avons besoin, mais de savoir-faire
Réponse de le 30/05/2012 à 20:34 :
nouveau monde complexe, mouvant et diaboliquement rapide dites vous!!!!!!!!!!!!!
arrêter de nous faire rire!!!!
beaucoup de ce que vous appelez modernité........existe depuis des lustres!!!!!
exemple: puits canadien, table de camping pliante faite an allu depuis 1946...lean...méthode toyota....
La complexité d'aujourd'hui n'est en vérité qu'un cache misère!!!

La chanson...même là y a remix du remix.....

a écrit le 29/05/2012 à 21:24 :
il faut diminuer et plafonner fortement les retraites actuelles pour défiscaliser le travail et libérer du pouvoir d'achat aux actifs et des marges d'investissement pour les entreprises. Marre de se faire saigner par les boomers partis à 50 ans en préretraite qui coulent notre économie, notre pays, nos entreprises, nos jeunes ...et que se fiche de tout, tant qu'on leur paye leur croisière costa et leur thalasso à st Gervais. les lecons de morale de la part d'une classe d'age qui a ruiné tout un continent, ca suffit.
Réponse de le 30/05/2012 à 0:32 :
Pôvre réflexion! J'ai pris ma retraite à 65 ans et 3 mois. Avec 44,5 ans de cotisation. Et maintenant j'ai ma retraite et ne fait pas de voyage en Costa ni de Thalasso. L'évolution des pays émergeant est bien notre problême, car il deviennent concurrents et sont moins cher que nous ! Voila la vérité. Ce n'est pas la faute des moins jeunes... Bien le bonsoir cher "...?" on ne signe pas ? (@diminuer les retraites)
Réponse de le 30/05/2012 à 1:05 :
@diminuer les retraites
."....du pouvoir d'achat aux actifs.....".. Apprenez à gérer votre budget, on ne vit pas au dessus de ses moyens.....!
Réponse de le 30/05/2012 à 9:21 :
diminuer les retraites est peut être outrancier mais il met le doigt là ou cela fait mal. A coté de retraité comme la vérité rétabli qui on cotisé plus que nécessaire et qui mérite amplement s aretraite il y a d'autre personnes qui ont une retraite calculée sur 150 trimestres et sur le revenu des 10 meilleurs années et qui sont partis en pré retraite entre 53 et 60 ans. ces personnes se baladent en camping car. si elle s aident leurs enfant c'est une circonstance atténuante mais pour d'autres il en profitent égoîstement. Que dire également des retraites agricoles évidemment elles sont faibles et il ne faut pas les réduire mais la vraie question est le mode de calcul des retraites agricoles.
a écrit le 29/05/2012 à 21:02 :
La proposition de Hollande est très bonne , car les groupes qui veulent fermer des sites rentables ne voudront pas qu'une concurrence même locale ne s'installe et pourtant le libéralisme voudrait qu'une saine concurrence entre les acteurs économiques existe ... mais elle est actuellement dévoyée au profit des plus puissants .... et au dépend des citoyens et des consommateurs (pas encore chômeurs ...)
Réponse de le 30/05/2012 à 13:06 :
si une entreprise veut fermer un site, c'est qu'il n'est pas rentable, sinon pourquoi le fermer ? ah oui, la CGT dit qu'il est rentable ? oui mais comme les cgtistes ne savent pas lire une comptabilité ils ne peuvent que s'opposer !!
a écrit le 29/05/2012 à 20:46 :
Lorsque j'ai vu qu'Hollande et Sarkozy étaient les têtes de liste du premier tour, je me suis vraiment dit que les français croyaient au père noël. Enfin, ils vont être nombreux devant la cheminée vide et froide dans les mois qui viennent.
a écrit le 29/05/2012 à 20:21 :
Ah on va bien "rigoler" de voir la gauche au pouvoir, comme la droite, elle ne sait que rajouter toujours plus d?impôts, de taxes et de contraintes sur les entreprises et l'économie, tout en dépensant toujours plus pour ses électeurs collectivistes. Allez courage français vous en aurez bien besoin.
a écrit le 29/05/2012 à 19:51 :
Le meilleur moyen de relancer l'emploi est de faire travailler les chômeurs qui préfèrent recevoir leurs subventions que de se remettre à l'ouvrage !
Il s'agit d'une constatation qui en scandalise plus d'un, et à laquelle il faut mettre fin !
Réponse de le 29/05/2012 à 21:04 :
Mais bien sûr ... et de les faire travailler pour quoi ? il faut une structure , une hiérarchie (des chefs), un appareil de production (a moins qu'on ne les fassent gribouiller sur du papier journal) ... et tout cela qui va le faire ? pas le privé puisqu'il ne veut plus de ces ex-salariés, alors la fonction publique ???
Réponse de le 30/05/2012 à 13:43 :
d'accord avec voui, j'ai ete licenciée pour delocalisation je peux pretendre a 23 mois de chomage et quand je vois les salaires proposé...vous yriez travaillé pour perdre 300 euros part mois,quand ont a une maison a remboursé ont ne peut pas ce le permetre si vous avez une meilleur idée faite le savoir ...
Réponse de le 30/05/2012 à 15:38 :
Hé bien, vous louez votre maison, comme les loyers sont très élevés, vous ganerez de l'argent. Et puis vous allez postuler dans une région où il y a de l'emploi, là où vous louerez un petit appartement ancien. Et puis vous trouvez un petit boulot d'appoint car 35h par semaine çà laisse presque le temps de faire 2 boulots,. De nombreuses professions font au moins 50h par semaine. Et comme çà vous aurez plein d'argent.
Réponse de le 30/05/2012 à 20:43 :
he l(ami gustave: 50h/semaine!!!! ce n'est pas de la modernité là.....
si tu veux mourir vite ça te regarde!! moi non....

Ma richesse c'est ma famille!!
d?ailleurs la richesse d'un pays n'est elle pas ses enfants???????????????
@bibiche: je te donne raison!! il faut tirez vers haut pas vers le bas...

====> cette france est un pays bizarre...un coup moderne...un coup ringarde....
on veut le progrès technique...et en même temps on veut mourir au travail...
bizarre.......
de plus: 23 mois de chômage en touchant 47% de son brut...je ne te dis pas!!!
sachez qu'apres 1 ans après fin d'indemnisation...tu perd sécu...il faut aller mendier CMU même si t'as travaillé 25 ans avant d'être au chômage...
Perso 25 ans de cotisation ASSEDIC...ça fait + de cotisation que ce que je touche au chomage pendant 23 mois...
alors où est l'erreur?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :