Premier défilé du 14 juillet pour François Hollande

 |   |  354  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président de la République s'est inscrit dans la tradition française en ce jour de la prise de la Bastille. Son ministre de la Défense planche sur un livre blanc pour remettre à plat toute la politique de la défense française

 François Hollande a présidé samedi matin son premier défilé militaire du 14-Juillet sur les Champs-Elysées, avant de s'adresser à la mi-journée aux Français pour réaffirmer le lien entre la Nation et son armée. Le défilé 2012, qui s'inscrit dans la continuité, a mis à l'honneur les casques bleus servant dans le cadre des forces des Nations unies et les troupes rentrant d'opération extérieures (Opex). La fête nationale devait voir ensuite François Hollande renouer avec la tradition de l'entretien télévisé, délocalisé à l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, pour ne pas donner l'impression d'être enfermé dans le palais présidentiel.

Livre blanc sur la défense


François Hollande a lancé vendredi la préparation du nouveau Livre blanc de la Défense, qui doit redéfinir les menaces et les priorités stratégiques de la France pour les quinze années à venir. Une commission devra lui remettre "fin 2012" un rapport qui ouvrira la voie à une loi de programmation militaire (2014-2019) "qui sera soumise au parlement en 2013". Selon le chef de l'Etat, des évolutions comme la crise économique et financière ou de nouvelles formes du terrorisme dans le monde imposent à la France de redéfinir sa stratégie et les capacités de ses armées. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a écarté samedi "des coupes sombres, de manière aveugle" dans le budget de la Défense, tout en maintenant la nécessité de redéfinir les priorités à travers un nouveau Livre blanc. Jean-Yves Le Drian a également assuré que François Hollande "ne sera pas le président de la République qui remettra en cause la dissuasion nucléaire", critiquée par des personnalités socialistes. Pour le ministre, la force de dissuasion est "une priorité majeure" et "un élément essentiel" de la souveraineté française. "Il faut assurer dans ce monde instable une sécurité pour notre pays. C'est un instrument aussi de souveraineté au niveau mondial. Nous ne remettrons pas en cause ce concept", a-t-il dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2012 à 13:55 :
ça coûte combien un défilé + un feu d'artifice ?
a écrit le 15/07/2012 à 20:36 :
Oui mais il est allé lui parler.. Je trouve qu'il en fait trop et qu'il ne doit pas être si "gentil".. En tête de notre pays, on a besoin d'un président qui agit....
a écrit le 14/07/2012 à 21:24 :
Flamby a porté la shcoumoune à un parachutiste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :