Vers une baisse des prix des médicaments ?

 |   |  368  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Dans un rapport publié en début de semaine, l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) formule une série de recommandations pour relancer la consommation de médicaments génériques.

Intitulé «Evaluation de la politique française des médicaments génériques», le rapport de l?Inspection générale des affaires sociales (IGAS) relatif à l?évaluation de la politique française des médicaments génériques a enfin été publié. Remis à Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé en septembre, celui-ci a est enfin accessible au grand public. ?C?est un premier pas vers le retour de la confiance?, estime le Collectif interassociatif sur la santé (CISS).

Une consommation en baisse

Pour relancer la consommation de médicaments génériques, en baisse pour la première fois de leur histoire en 2011 selon une étude récente dévoilée par la Mutualité française. l?IGAS formule quinze recommandations.

Les plus marquantes? Diminuer le prix des médicaments génériques avec une nouvelle décote supplémentaire de 10% du prix du princeps, mettre en place un dispositif de révision systématique du niveau de prix des médicaments princeps en circulation une fois leur brevet tombé, allant au-delà de la décote actuelle de 20% et doter les pouvoirs publics d?un observatoire du médicament.

Bonus-malus pour les médecins

L?IGAS suggère également de déplafonner les remises sur achats octroyés par les fabricants aux pharmaciens et, en s?inspirant du modèle britannique, organiser le partage des gains ainsi obtenus entre les officines et l?assurance-maladie. Autres préconisations chocs : mettre en place un système de bonus-malus pour les médecins dans le cadre des objectifs de prescription dans le répertoire.

Pour renforcer la confiance des consommateurs, l?IGAS souhaite améliorer la qualité de l?information, notamment en mentionnant le lieu de fabrication et de conditionnement sur l'emballage, de renforcer les procédures d?inspection ainsi que la sécurité sur les matières premières à usage pharmaceutique utilisées pour les médicaments princeps et génériques. Enfin, tout simplement, l?IGAS suggérait de concevoir et mettre en place une campagne de promotion du médicament générique aurpès des professionnels et du grand public. La balle est désormais dans le camp de Marisol Touraine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2012 à 9:35 :
comme d'habitude, on va prendre un peu de la marge qui nous reste pour redonner à une autre profession de santé... cette année : en médecine de ville: augmentation globale des dépenses de soins malgré la baisse de la part liée au médicament...

Quand est ce que l'on va s'attaquer au vrais problèmes?...genre la gestion des hopitaux pour n'en citer qu'un seul...

Les médicaments princeps et génériques sont encore pour la plupart fabriqués en Europe et sont soumis aux mêmes normes...Mais cependant il est vrai que comme on préfère polluer chez les autres plutôt que chez nous les substances actives et excipients sont produits en Inde ou en Chine: ceci est vrai pour les génériques MAIS AUSSI pour les princeps...
a écrit le 22/12/2012 à 9:09 :
Ce rapport de l'IGAS ne m'inspire pas du tout confiance Il est certes partiel , mais pas seulement . Il me semble que la consommation réelle de médicaments mérite mieux ! Ne faudrait il pas aussi ( et en même temps ) ,évoquer ( par une étude comparative même sommaire ) ,les sujets qui "fâchent" tels que les ordonnances "forcées" auprès des médecins , la gabegie régnante omniprésente ,les menaces proférées par certains qui croient que "c'est gratuit etc etc Tandis qu'une partie des malades réels doit renoncer , en raison du coût nécéssaire Oui ,notamment compte tenu de la situation financière nous devons déjà payer nous mêmes tous les médicaments de confort( ou continuer à le faire )
a écrit le 21/12/2012 à 13:01 :
Est-ce que les génériques en tueront PLUS que les ""princeps"" comme le MEDIATOR et quelques autres ???
a écrit le 21/12/2012 à 11:25 :
Quand on connaît un tant soit peu le fonctionnement des autorités sanitaires et la filière du médicament, on ne peut en conclure qu?une incompétence et un laisser faire inimaginable.... ou une collusion politique/agence d?état/laboratoires digne de la haute finance. S?il existe encore un seul journaliste d?investigation, il pourrait pour ne donner qu?un exemple se pencher sur le dossier Avastin/Lucentis dénoncé par les plus hautes autorités médicales, avec à l?appui nombre d?études sérieuses Internationales, car non commanditées par les 2 labos en cause, parait'il liés financièrement. Si le journalisme d?investigation existe encore???Nous ne parlons pas de quelques euros, mais de 750 millions d?euros pour cette seule affaire.
a écrit le 21/12/2012 à 11:02 :
Personne n'évoque le nombre de pharmacies en France?
Où en est-on par rapport aux autres pays européens.
Dans la ville où j'habite, il y a bien une pharmacie tous les kilomètres minimum.
Dans d'autres, c'est une tous les 500 ou 800 mètres. (J'exagère un peu seulement).
Donc, il faut bien que les pharmaciens aient un revenu conséquent.
D'où le prix élevé des médicaments en France.
Enfin, c'est mon avis.
a écrit le 21/12/2012 à 9:01 :
Un bonus-malus pour les médecins ne peut jamais être une mesure juste, sans une analyse préalable ( et constante ) du la clientèle du médecin. Pénaliser les médecins avec une clientèle âgées serait contre-productif.
Une usine à gaz, qui impliquerait comme est en train de faire la Grande Bretagne ( aggravation prévue de la sitatuion présente ) , de.refuser des soins aux personnes âgées.

Cordialement,

giantpanda
a écrit le 21/12/2012 à 8:49 :
Il suffit d'obliger les médecins à prescrire en DCI ! Mais la connaissent-t-ils?
Réponse de le 21/12/2012 à 11:44 :
la piste est bonne a explorer....reste à determiner les responsabilites en cas d'allergie à un des constituants du medicament delivre ou au dosage(pas toujours equivalent au princeps,selon certaines etudes)....indemnisation par un fond d'etat ,rapide pour le patient "victime" puis judiciarisation??(il serait utile d'ameliorer la competitivite de notre systeme juridique et de responsabiliser les "experts"...)la prescription en DCI simplifierait tout l'enseignement en pharmaco des prescripteurs....pas forcement "le top" pour les pharmaciens....
Réponse de le 21/12/2012 à 16:23 :
apres lecture du decret 2012-860 du 05/07/12(paru au jo du 07/07/12)....il y a du boulot pour que cela evolue
a écrit le 21/12/2012 à 8:22 :
et c'est encore une commission, un collectif qui a trouvé ça.
alors, si on prend 2 boites, la deuxième est gratuite lol.
c'est vraiment nul, comme si on prenait des medocs comme des friandises
a écrit le 21/12/2012 à 7:49 :
Quel fantastique artifice de langage que de faire de la mise en place de mesures contraignantes ou coercitives un "retour de la confiance". Mais pas d'inquiétude! Je fais mes courses chez Fauchon et vous? Chez un hard-discounter! Tant mieux c'est beaucoup moins cher et les produits sont équivalents. La culture du Canada-Dry peut-être?
a écrit le 21/12/2012 à 5:31 :
je ne vois pas pourquoi les industries pharmaceutiques devraient baisser leurs prix.L'excellence se paye.Si les français veulent acheter des génériques chinois ,c'est a leurs risques et périls
Réponse de le 21/12/2012 à 10:46 :
servier ...n'est-ce pas celui qui produit(produisait ?) le MEDIATOR ??Mais il n'est PAS Chinois !!
a écrit le 20/12/2012 à 22:29 :
L'IGAS veut "relancer la consommation de médicaments" (génériques). Et ces clowns osent parler de santé publique ! L'IGAS, une bande de dangereux dealers à éliminer sans délai. Mais que fait la police ?
a écrit le 20/12/2012 à 19:41 :
Les médecins sont déjà notés en fin d'année par la sécu , si en plus on leur instaure un système de bonus-malus en fonction du médicament prescrit ; on se demande si la médecine ne va pas devenir à long terme comptable plutôt que curative sans parler de la préventive . Quant aux pharmaciens , il était un temps où ils touchaient des primes sur le montant des génériques vendus .
Réponse de le 20/12/2012 à 20:25 :
touchaient des primes c'est incroyable - yaklefric maintenant
a écrit le 20/12/2012 à 19:04 :
Il est loin le temps où l'on nous apprenait que " copier, ça n'est pas bien!..."
On favorise les charognards qui attendent que les brevets leur tombent tout cuits entre leur bec. Pendant ce temps, les labo ne cherchent plus!...
Avec quoi sera-t-on soigné ?
Le trou de la sécu est bien trop grand pour être comblé par de minables économies réalisées sur les médicaments !
Le débat sur les génériques reste un bel écran de fumée pour ne pas parler de l'inefficience des hôpitaux publics et de leur gaspillage.
Réponse de le 20/12/2012 à 20:28 :
en accord avec vos propos surtout que nous avions d'excellents laboratoires en FRANCE ou allons nous ce jour !!!!!!!
Réponse de le 20/12/2012 à 20:33 :
fait en Chine ou en amérique latine -pffffffffffffffffff ça devient du n'importe quoi
Réponse de le 21/12/2012 à 13:21 :
Ce n'est PAS qu'ils ne cherchent plus MAIS ils ne TROUVENT PLUS ! ET,ils rachètent tout petit "start-up qui a un semblant de découverte dite "prometteuse""!!! Faut pas rêver . On n'a pas inventé les génériques avant-hier !!!!!
a écrit le 20/12/2012 à 18:19 :
une seule solution juste et simple: remboursement par la secu des medicaments au prix du generique. libre au patient de choisir ce qu'il prefere ensuite
Réponse de le 20/12/2012 à 18:30 :
On se demande d'ailleurs pourquoi cette régle n'est pas appliquée depuis la création des génériques. La CPAM n'a qu'à rembourser qu'au prix du générique; les malades qui ne veulent pas de génériques paieront la différence...!!
Réponse de le 20/12/2012 à 18:57 :
parce qu on verrai que certains princeps sont moins chers que leurs generiques!!!!!!!
Réponse de le 20/12/2012 à 18:57 :
Les CPAM sont d'accord pour rembourser au prix du médicament le moins coûteux de la même classe therapeutique, mais ce ne sont pas elles qui décident. C'est l'Etat qui décide et ce faisant il a jusqu'à présent préférer faire payer plus chers des médicaments pour subventionner les laboratoires pharmaceutiques des que ceux ci menaçaient de délocaliser la production.
Autre demande des CPAM : payer le médicament au nombre de cachets nécessaires et non au nombre de boîtes. Le conditionnement ( nombre de cachet par boîte) est souvent supérieur à ce que les médecins prescrivent.
Réponse de le 20/12/2012 à 19:12 :
le conditionnement correspond a un protocole de prescription que le medecin ne maitrise pas, 30 jours n equivaut pas a 4 semaines!!!! ce n est pas le labo ce sont les docs dans l erreur et le pharma vend une boite de plus !!!!!le labo lui lui aurai plus d interet a vendre en vrac (pas d emballages pas de plaquettes donc moins de frais) alors oui ils se gavent ;et n oubliez pas qu il ya aussi une tva donc ce n est pas si simple que certains voudraient faire croire
Réponse de le 20/12/2012 à 20:27 :
doc01
Réponse de le 20/12/2012 à 20:38 :
Rembourser les médicaments en s'alignant sur le prix du moins cher permettrait d'économiser 1 milliards. Par rapport au déficit prévisionnel de l'assurance maladie qui est 6 milliards en 2012 , ce n'est pas suffisant mais non négligeable tout de même ! Un expert de la sécu, cité par L'expansion (" les pistes pour économiser des milliards a la sécu parle d'économies complémentaires de près de 2,3 milliards en jouant sur les quantités des médicaments inutiles)
Réponse de le 21/12/2012 à 10:54 :
J'ai entendu dire (Pr DEBRE!) qu'il y aurait quelques produits "inutiles" ET quelques produits ""pas bons""! Va savoir !
a écrit le 20/12/2012 à 18:02 :
on notera que personne ne parle jamais du cout des hopitaux; 10 boites de medicaments ou on economise 50 cents, ca ft pas lourd en comparaison du trou de 18 milliards annuel, dont tt le monde sait d'ou il vient...
Réponse de le 20/12/2012 à 18:56 :
75%de depenses de santé se font a l hopital ;25%en ville et le medicament represente environ la moitie de ces 12% chercher l erreur !!!
Réponse de le 20/12/2012 à 19:45 :
Les dépenses hospitalières pèsent pour 45 %, les dépenses de ville pour 25% , les médicaments pour 20% et le reste pour 10 % ( transports, optique...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :