Médicaments génériques : les Français les boudent

 |   |  748  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En 2011, pour la première fois de leur histoire, les médicaments génériques ont vu leurs ventes reculer en France. La Mutualité française formule dix propositions pour relancer leur consommation, ce qui permettrait de réduire le déficit de la Sécurité sociale.

C'est l'une des ambitions de Marisol Touraine, la ministre de la Santé, pour réduire le trou de la Sécu: augmenter la consommation de médicaments génériques. La tâche ne paraît pas si facile. En 2011, pour la première fois de leur histoire, les médicaments génériques ont vu leurs ventes reculer en France alors que le répertoire des médicaments génériques continuait d'accueillir de nouvelles molécules, selon une étude dévoilée par la Mutualité française.

«En France, moins d'une boîte délivrée sur quatre (22%) est un médicament générique inscrit au répertoire. Or, les ventes de génériques atteignent les deux tiers au Royaume-Uni (66%) ou en Allemagne (64%) et les trois quarts aux Etats-Unis (75%). Et pourtant, nos voisins européens et d'outre-Atlantique n'en sont pas moins bien portants!», note l'étude.

Une députée EELV s'est saisie du dossier

Quelques jours avant la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), lors d'une conférence de presse, la députée européenne Europe Ecologie Les Verts (EELV) Michèle Ravasi plaidait la mise en place d'une véritable politique de développement des médicaments génériques. Reprenant l'exemple du Plavix, un antiagrégant plaquettaire commercialisé au tarif de 37,11 euros -contre 18,35 euros en Italie et 16 euros au Royaume-Uni-, elle rappelait que le prix de son générique s'élevait à 16 euros en Italie et à 2,26 euros au Royaume-Uni...

«A eux trois, le Tahor, un médicament contre le cholestérol, l'Inexium, un médicament anti-ulcéreux et le Plavix qui sont les molécules les plus vendues en France auraient «coûté» 1,2 milliard à l'assurance-maladie en 2010 alors que leurs génériques peinent à être prescrits», expliquait l'élue.

Dix propositions pour relancer les génériques

«La prescription des médicaments génériques est pourtant majeure dans l'amélioration de l'accès à des soins innovants, grâce aux économies, à efficacité et sécurité strictement égale, que ces médicaments permettent de générer. Ainsi, en 2011 près d'un milliard d'euros d'économies supplémentaires auraient pu être réalisées grâce aux génériques si le taux de substitution avait atteint 100%», explique la Mutualité qui formule dix propositions pour que la consommation de génériques reparte à la hausse.

Parmi ces recommandations, on peut citer la mobilisation des médecins comme acteurs majeurs de la politique des génériques; donner une meilleure visibilité sur les dates d'expiration des brevets, ainsi que leur nature, afin de limiter le nombre de recours; élargir le champ du répertoire des génériques aux médicaments sans spécialité de référence et aux formes pharmaceutiques destinées à une administration par voie respiratoire; créer un répertoire des équivalents thérapeutiques et un observatoire du marché des médicaments génériques, au sein de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), pour mieux identifier les transferts de prescriptions et déceler les stratégies de contournement.

Une politique de prix plus transparente

La Mutualité suggère également de développer une politique de prix plus transparente et dynamique compatible avec le développement de l'offre générique, de s'opposer fermement à toute déconnexion du prix réel et du prix facial des médicaments, quel que soit leur statut brevetaire, de mettre en place une campagne d'information multipartenariale pour restaurer la confiance du grand public dans les génériques. «Comme aux Pays-Bas, il faut que l'Etat fasse des appels d'offre pour que les laboratoires de génériques se fassent réellement concurrence sur les prix. Actuellement, ceux-ci sont fixés par la loi, c'est aberrant», suggérait Michèle Ravasi en septembre.

Pour favoriser le développement des médicaments biosimilaires -copie d'un médicament biologique, une substance qui est produite à partir d'une cellule ou d'un organisme vivant ou dérivée de ceux-ci, de référence et qui a déjà été autorisé en Europe-, la Mutualité française suggère de la création d'un répertoire des médicaments biosimilaires notamment pour faciliter leur prescription et la mise en place d'une politique de prix compatible avec le développement de cette offre. Pour mémoire, le principe de biosimilarité s'applique à tout médicament biologique dont le brevet est tombé dans le domaine public.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2012 à 17:05 :
il faut se méfier des génériques,sourtout fabriqués en chine.n'hésitez pas a acheter les grandes marques françaises de médicament,c'est plus sur!
Réponse de le 13/12/2012 à 11:21 :
Du "mediator" par exemple?
a écrit le 11/12/2012 à 13:07 :
J'entends tellement d'idioties dans vos commentaires. Comme le dit "oui et non" le principe actif est identique parfois les excipients sont différents entrainant des effets secondaires mineurs. Ceux qui disent que les génériques sont mauvais, pas identiques, fabriqués en Chine etc... sont des imbéciles. Le droit de produire un médicament identique et moins coûteux une fois les brevets expirés est une bonne chose. L'industrie pharmaceutique se gave sur le dos des patients depuis très longtemps. Combien de nouveaux médicaments vraiment plus efficaces que les produits 20 ans en arrière? quasiment aucun ! Mais ils ne sont pas les seules à se gaver, le monopole des pharmaciens en France est aussi une source de dépenses supplémentaires de nos dépenses de santé. Permettre aux grandes surfaces de vendre des médicaments entrainera une baisse immédiate de 15% du prix de TOUS les médicament. Le soit disant conseil au patient offert par les pharmaciens peut facilement être remplacé et amélioré par le dossier médical informatisé et une base de donnée regroupant toutes les interactions médicamenteuses répertoriées. Regardez donc quand vous rentrez dans une pharmacie les boites sur les étagères: les pharmaciens sont surtout là pour vous refourguer leurs huiles essentiels et autres placebos dont les allégations santé sont non prouvés et n'offrent que la paix de l'esprit. Ils utilisent avant tout la confiance que vous avez en eux pour commercer avant de conseiller utilement. Oui aux génériques oui à la fin des monopoles.
Réponse de le 11/12/2012 à 13:43 :
+10000, enfin un discours vrai, mais bon en matiere pharmaceutique, comme en auto ou en produit high tech les francais sont des veaux ou des beaufs, ils achetent la marque et rien d autre et derriere se plaignent que la sante et la vie c est cher.....
Réponse de le 11/12/2012 à 13:57 :
Les pharmaciens sont des commerçants. Ils vendent surtout des produits où leur marge est confortable.
a écrit le 11/12/2012 à 10:28 :
Il peut arriver que les génériques causent des effets secondaires indésirables. Par ailleurs, en ce qui concerne les prix il serait bon de comparer ce qui est réellement comparable. Dans les boites des génériques, le nombre de médicaments et souvent moins important que dans les médicaments, le gain financier ramené à l'unité s'avère dérisoire voire parfois plus chère pour les génériques.
a écrit le 11/12/2012 à 10:11 :
Le principe actif est le meme mais il y a peut etre une petite marge de tolerance au niveau du dosage et surtout ce qu'il y a autour de la molecule de principe actif peut etre tres diferent ce qui peut sans doute un peu modifier les effets et surtout les effets secondaires sur lesquels les labos d'origine, eux , ont planché longtemps. Du coup, certains génériques seront tres bien toleres et d'autres pas du tout.Il ne s'agit surtout pas de refuser systématiquement les generiques mais plutôt de les prendre en fonction de ceux qu'on tolere ou non.Ceux qui ne veulent plus qu'on rembourse les vrais medicaments sont sans doute des gens en bonne sante et qui n'en ont besoin qu'occasionnellement,s'ils avaient une maladie au long cours ou chronique, ils s'inquieteraient davantage des effets secondaires.
La solution est d'obliger les fabricants à produire exactement le meme medicament ,et à ce moment, les gens ne seront plus réticents pour les prendre, commençons par là.
a écrit le 11/12/2012 à 8:28 :
Encore faudrait il que les génériques soient vraiment a l'identique des originaux et ne posent pas de problèmes ce qui est le cas aujourd'hui
Qu'on arrête de les fabriquer en Chine dans des conditions parfois discutables
Alors oui nous pourrons faire confiance aux génériques
a écrit le 10/12/2012 à 22:26 :
Mon épouse prends du levothirox suite à l'ablation de la thyroïde (Tchenobyl).
Son médecin lui a dit de ne JAMAIS accepter du pharmacien un générique de ce médicament.
Réponse de le 10/12/2012 à 23:39 :
avec votre docteur les generiques n'ont pas la meme composition je suis entierement contre d'ailleurs -que nos gouvernants fassent donc des économies sur les eclairages des champs-elysees ou autres ,tenez sur le standing
Réponse de le 11/12/2012 à 4:07 :
Faux et encore faux.
Les génériques sont des copies identiques du médicament. Seul l'enrobage peut changer ou la couleur du colorant. Les génériques que l'on trouve en France sont fait pour la plupart dans les mêmes usines que les originaux.
Le problème est que si on a un avis contraire cela a un effet négatif lorsqu'on en prend. Beaucoup de médecins sont influencés par les laboratoires, surtout en France premier marché mondial. Et oui avec les génériques c'est fini les vacances pendant les colloques dans les Antilles, en Australie ou dans un pays d'Amérique du Sud.
Réponse de le 11/12/2012 à 5:51 :
Faux les génériques peuvent être simplement des molécules équivalentes et donc ne sont donc pas une copie au sens stricte du terme. De plus si l'enrobage change , qui prouve que cela n'a aucune incidence puisque il n'y a pas de test.
Dans le cas du lévothirox c'est encore plus drôle le générique est quasiment au même prix que le médicaments normal ( quelques centimes d?écart) donc !!
Enfin rappel le prix des médicaments rembourser est fixé par la Sécu je crois, donc on peut se demander pourquoi il n'y à pas de renégociation périodique.


Réponse de le 11/12/2012 à 10:54 :
Dans le cas du lévothirox, c'est un des rares médicaments non stable pour lequel il n'est pas indiqué de prendre son générique.Je me bats souvent avec les pharmacies qui veulent me vendre "leur générique" alors même que mon médecin et le chirurgien qui m'a extrait la tyroide m'ont toujours indiquer que dans cette pathologie à long cours il était préférable d'éviter de changer de molécule en cours de route...J'en viens même à payer cash le lévothyrox quand un pharmacien m'impose le générique...heureusement le coût est modique chaque mois...
a écrit le 10/12/2012 à 22:11 :
Mon médecin m'avait prescrit un antibiotique il y a un mois environ.
Le pharmacien m'a donné le générique.
Quand je suis retourné voir mon médecin en lui disant que les antibiotiques génériques avaient mis 5 jours à faire effet, il a été très surpris me disant que mes maux auraient dû cesser à partir du deuxième jour de prise...
Réponse de le 10/12/2012 à 23:08 :
Enfumage, un générique c'est la même molécule qu'un médicament de marque. Si la guérison a été plus lente que prévue, c'est peut être tout simplement que la maladie était plus sérieuse que ne le pensait le médecin... Et puis, personne ne guérit de la même manière et au même rythme. Sans préjuger de la compétence de votre médecin, c'est un peu aventureux de dire "vous guérirez en 2 jours, pas en 3 ni en 4 ni en 5." On a pas tous le même système immunitaire, c'est la nature.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:28 :
@Jeff : Si le principe actif est effectivement le même, ce n'est pas le cas du reste. Un médicament, ce n'est pas que la molécule efficace, c'est aussi un excipient et une forme galénique. Faites quelques recherches sur le net, vous verrez que ces derniers éléments ne sont pas neutres dans l'efficacité d'un médicament.
a écrit le 10/12/2012 à 21:30 :
Génériques oui... MAIS pas fabriqués en Chine !
Réponse de le 10/12/2012 à 23:41 :
pourtant de chine ou d'amérique latine alors pourtant en FRANCE nous avons d'excellents laboratoires
a écrit le 10/12/2012 à 20:36 :
On va voir combien d'années ils vont mettre pour comprendre que les excipients ont leur importance... avec des antibiotiques génériques mes gamins ont bien plus mal au ventre qu'avec des médicaments de marque alors évidemment leur maman fait des pieds et des mains pour ne pas prendre de génériques.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:34 :
+1, et je ne suis pas contre les génériques, loin de là.
a écrit le 10/12/2012 à 20:13 :
Génériques ou non, le français sur-consomme du médicament. Sans doute un effet indésirable des remboursements excessifs. Pourquoi ne pas laisser une somme, même symbolique, a la charge du patient pour éviter ses dérives? Car cette sur-consommation est très probablement aussi néfaste pour la santé que pour la sécu. Pas étonnant en tout cas que la 1ere capitalisation du CAC soit Sanofi...
Réponse de le 10/12/2012 à 23:49 :
Bien d'accord. C'est comme un buffet à volonté cet excès de médocs: tant que ça ne coûte rien, on y retourne plus que de raison
a écrit le 10/12/2012 à 19:36 :
Lorsqu'on est allergique , on ne se risque pas à changer de médicament quand celui-ci passe au générique /, - ses effets pouvant aller de la simple éruption cutanée au choc anaphylactique . Les urgences coûteraient alors plus chères à la sécu .
Réponse de le 10/12/2012 à 21:21 :
Il existe autant de "chance" de faire un choc anaphylactique au clamoxyl qu'à l'amoxicilline
Réponse de le 10/12/2012 à 23:43 :
je n'accepte pas l'amoxicilline et pourtant le clamoxyl me reussit bien
Réponse de le 11/12/2012 à 11:30 :
@Servier : Sauf que les excipients du clamoxyl ne sont pas les mêmes que ceux de l'amoxiciline. On peut être allergique à l'un des composants du générique non utilisé dans le princeps. Et inversement.
a écrit le 10/12/2012 à 19:33 :
Ce n'est pas que....mais les génériques concoctés en Inde ou Chine, ça laisse dubitatif et quelque peu inquiet...sans traçabilité, par les temps qui courent, on peut faire tout et n'importe quoi, si on a le malheur de jeter un regard sur tout ce qui nous est envoyé de Chine...Breuuuu, froid dans le dos! non, sérieusement, il faut une grande vigilence pour ce qui concerne les produits de santé, ce qui n'existe pas , ou très peu aujourd'hui, ce qui ne touche pas que le domaine de la santé, de toute façon....
Réponse de le 11/12/2012 à 3:50 :
Il existe très peu de générique venant d'Inde ou de Chine sur le marché français. Par contre plusieurs molécules et matières premières viennent de ces pays. Le problème c'est qu'on les trouve aussi dans les médicaments non génériques. Donc c'est un faux problème.
a écrit le 10/12/2012 à 19:15 :
c'est des fois se foutre du monde !! il est apparemment facile de copier, clooner, le principe actif ..

on n' arrive pas toujours à copier l' excipient , et même des fois la pellicule d' enrobage non plus.. ce qui fait que l'effet est diffèrent !!!!
Réponse de le 10/12/2012 à 23:13 :
Lorsqu'un laboratoire produit un médicament, il dépose un brevet qui lui assure l'exclusivité de la production pendant plusieurs années. Le laboratoire profite de cette situation de monopole pour vendre ce médicament cher pour rentabiliser ses investissements de recherche. Au bout d'un certain temps, la "recette" du médicament tombe dans le domaine public. Tous les laboratoires peuvent produire ce médicament qui est IDENTIQUE à celui du laboratoire qui l'a inventé. Plus de concurrence, donc les prix baissent. J'invite mes collègues médecins à faire plus d'efforts de pédagogie.
Réponse de le 11/12/2012 à 11:47 :
@médecin : Non, le médicament n'est pas identique. Le principe actif oui, les excipients non.
a écrit le 10/12/2012 à 19:09 :
Ce serait bien d'avoir une traçabilité du produit fini , marqué sur la boîte du générique par exemple, cela rassurerait peut-être plus , car le made in China est en vogue . Comme pour la provenance de la viande ...
a écrit le 10/12/2012 à 18:15 :
en complément NB je préférerais ne pas avoir à prendre de médicament
a écrit le 10/12/2012 à 18:13 :
a prix équivalents pourquoi prendre un générique. je suis sous anti-inflammatoire depuis 40 ans, on m'a proposé un générique à prix équivalent qui en 8 jours m'a provoqué des reflux gastriques et bien que revenu à mon médicament d'origine je suis obligé de prendre un pansement stomacal....vive les génériques.
Réponse de le 10/12/2012 à 23:46 :
les genériques c est a croire qu'il faut que les personnes meurent pour faire de la place
a écrit le 10/12/2012 à 17:38 :
Peut être faudrait-il rembourser les médicaments au prix de remboursement du médicament générique (s'il existe). Les patients trop nombreux qui veulent un médicament "de marque" paieront la différence de leur poche.
Réponse de le 10/12/2012 à 17:58 :
tout à fait: que de temps perdu en explications inutiles avec ces génériques.
Réponse de le 10/12/2012 à 20:10 :
Cette solution avait été maintes fois proposée mais a chaque fois les industries pharmaceutiques ont mis dans la balance les licenciements qu'elles feraient si leur profits devaient être diminués par une telle mesure. Jusqu'à présent tous les gouvernements ont préféré sur payer les médicaments en contrepartie du non licénciement. En quelque sorte il s'agit d'emplois aidés cachés.
Réponse de le 10/12/2012 à 21:25 :
Il faut licencier des prof pour payer les médicaments, le plus important ce n'est pas la santé?
Réponse de le 10/12/2012 à 23:48 :
la sante ça n'a pas de prix elle vaut de l'or et meme plusssss
Réponse de le 11/12/2012 à 11:46 :
D'accord avec pharmacien.
Si on remboursait au prix du générique, les francais changeraient surement d'avis ! Et la sécu ferait des économies.
On ferait mieux de s'attaquer aux faux arrêts de travail, aux fausses urgences et autres échanges de cartes vitales, qui nous coûtent aussi très cher ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :