Ces milliards que le gouvernement ignore...

 |   |  848  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Michèle Rivasi, la députée européenne Europe Ecologie Les Verts (EELV) souhaite mettre fin à la surmédicalisation qui règne en France. Selon ses calculs, le gouvernement pourrait rapidement mettre la main sur 10 milliards d'euros de ressources financières supplémentaires pour boucler son budget.

Alors que le gouvernement cherche désespérément les milliards qui lui permettront de boucler son projet de loi de finances 2013 et son projet de loi de financement de la Sécurité sociale, Michèle Rivasi, la députée européenne Europe Ecologie Les Verts (EELV) apporte une solution : mettre fin à la surmédicalisation qui règne en France. Selon ses calculs, si cet objectif était atteint, ce serait « au bas mot » 10 milliards d'euros de ressources financières supplémentaires sur lesquelles le gouvernement pourrait compter. Un montant qui pourrait même dépasser 15 milliards selon les estimations de Philippe Even et Bernard Debré, auteurs du "Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" récemment publié.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, plusieurs options seraient à la disposition du gouvernement en particulier de Marisol Touraine, la ministre de la santé, et immédiatement applicables. Ou presque. « Il faut que les patients et les praticiens aient conscience que le médicament n'est pas la solution à tous les problèmes de santé. Nos voisins consomment moins de molécules et ils sont en aussi bonne santé que nous », constate la députée.

Les médecins bataves sont économes en ordonnances

« Aux Pays-Bas, en 2010, sur dix consultations, il y a quatre ordonnances. En France, ce nombre grimpe à 9,7 sur dix ordonnances », note Serge Rader, un pharmacien militant pro-générique. Autre exemple, un Français « consomme » 40 boites de médicaments par an quand l'Italien ne s'en voit prescrire que 18 et le Belge 10. Cette prise de conscience serait d'autant plus utile que le service médical rendu (SMR) par un certain nombre de médicaments n'est pas certain. Selon le rapport 2011 de la Haute autorité de santé [HAS] publié en juillet 2012, 232 nouveaux médicaments n'apportant aucune amélioration thérapeutique réelle sont remboursés par l'assurance-maladie qui, pour mémoire, devrait accuser selon les prévisions du gouvernement un déficit de 6,8 milliards d'euros cette année.

Les prix divergent fortement selon les pays

Parallèlement à ces efforts de pédagogie, Michèle Ravasi plaide pour une refonte totale du système de fixation des prix des médicaments. « Comment se fait-il que les molécules vendues en France, notamment celles qui sont les plus prescrites aient un prix deux ou trois plus élevé que dans les pays voisins ? », s'interroge-t-elle. Ainsi, le Plavix, un antiagrégant plaquettaire est commercialisé au tarif de 37,11 euros, contre 18,35 euros en Italie et 16 euros au Royaume-Uni. « Le Comité économique des produits de santé est tenu par les laboratoires pharmaceutiques. Ce sont eux qui dictent leurs politiques de prix pour maintenir leurs niveaux de marge et le gouvernement ne fait rien car il redoute le chantage à l'emploi que les industries se permettent de faire. Il a tort car cette passivité n'empêche pas les destructions de postes dans la recherche et développement pharmaceutique », s'insurge la députée. Sanofi a annoncé en début d'été la fermeture de son centre de recherche de Toulouse employant plus de 600 salariés. Entre 2009 et 2011, près de 4.000 postes ont déjà été supprimés en R&D chez Sanofi dont 1.300 en France. En 2004, le centre de recherche de Romainville avait déjà fermé ses portes. Il employait 1.200 salariés.

Les génériques peinent encore à convaincre

Michèle Ravasi réclame également de l'exécutif la mise en place d'une véritable politique de développement des médicaments génériques. En France, 15% seulement des médicaments sont des génériques, contre 60% en Allemagne et 80 au Royaume-Uni Si l'on reprend l'exemple du Plavix, le prix de son générique s'élève 16 euros en Italie et à 2,26 euros au Royaume-Uni !

A eux trois, le Tahor, un médicament contre le cholestérol, l'Inexium, un médicament anti-ulcéreux et le Plavix qui sont les molécules les plus vendues en France ont « coûté » 1,2 milliard à l'assurance-maladie en 2010 alors que leurs génériques peinent à être prescrits. « Actuellement, on pourrait économiser 50% des remboursements sur le Plavix », estime Serge Rader. « Comme aux Pays-Bas, il faut que l'Etat fasse des appels d'offre pour que les laboratoires de génériques se fassent réellement concurrence sur les prix. Actuellement, ceux-ci sont fixés par la loi, c'est aberrant », explique Michèle Ravasi.

Le coût de la recherche et développement en question

« Il existe une prime à la nouveauté qui peut se traduire par des augmentations de prix de 400%. C'est exaspérant car le SMR est quasi nul, voire inexistant mais les laboratoires pharmaceutiques nous expliquent que cette hausse des tarifs s'expliquerait par le coût exorbitant de la R&D pour la mise au point d'un traitement. Celui-ci s'élèverait au milliard de dollars. Pourtant, on ne peut saluer aucune découverte majeure depuis vingt ans. Quant à ce montant, il est largement exagéré. Selon les calculs d'auteurs indépendants, il ne dépasserait pas la quarantaine de millions de dollars, le reste servant à financer le marketing et le lobbying », explique Elena Pasca, rédactrice du blog Pharmacritique et membre de l'association Sciences citoyennes.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2012 à 10:43 :
Par expérience le système actuel est a revoir. Il est quand même très curieux en France ou soit disant il manque de médecins, que l'on constate le phénomène suivant; quand nous sommes arrivé dans cette petite ville de campagne au début des années 1990 il y avait 8 médecins qui travaillaient du lundi au samedi matin inclus, à présent il y en a plus que 6 et ils travaillent plus que 4 jours dans une semaine au lieu de 5 et demi! Quand vous êtes malade, et qu'il n'y a pas d'amélioration au bout d'un certain temps il devrai être obligatoire d'être dirigé vers un spécialiste. Exemple : années 1980 consulté 6 médecins généralistes diagnostique = dépression et pas d'amélioration je vais voir un spécialiste qui demande une analyse et il découvre que j'ai en réalité un début d'hépatite virale. Une jeune femme soignée depuis 1995 pour des dépressions par des médecins généralistes n'ont rien trouve et les nombreux examens demandé non rien révélés, ils avaient même envisagés son internement en hôpital psychiatrique. En 2010 un médecin remplaçant l'envoie consulter un spécialiste, qui constate après des examens spécialisés que cette femme a des problèmes de constitutions osseuses. De tels exemples nous pouvons en donner des dizaines. Quant aux médicaments génériques certains n'ont aucune efficacité, d'autres sont mieux que les originaux (moins d'effets secondaires). Les effets secondaires qui très souvent rendent plus malade, que la maladie soignée par le médicament On parle surtout des dépenses inutiles de médicament, mais les hospitalisations pour rien trouvé qui sont nombreuses ou à présent les malades qui consultent aux urgences les vendredi ou les samedi (médecins généraliste en week end) parce qu'on ne peut pas avoir de médecin de garde combien ça coûte. Qui fait des dépenses : la médecine en fonction de votre statut sociale ; mon père ouvrier d'usine avait un infarctus grave (cardiologue) jamais hospitalisé pour des examens, une Dame patronne de magasin très connu à été transporté suite a des douleurs à la poitrine par hélicoptère au CHU le plus proche à 100km d'ici diagnostique du CHU = grosse aérophagie. Combien coûte des opérations faites par des petits hôpitaux sur des cancers (par exemple ou autres maladies graves) avec aucune amélioration même après plusieurs interventions, quand les malades demandent leur transfert vers des unités spécialisés, en une opération la maladie est stoppée?
a écrit le 26/09/2012 à 4:28 :
Cet article ne fait que constater une partie des symptômes qui mettent à mal notre système de couverture sociale. Il s'agit d'une crise de la politique incohérente de la santé en France. Nous avons toujours cette fâcheuse tendance à vouloir le beurre et l'argent du beurre . Les prescriptions abusives, comme le choix qui doit être fait pour une préférence générique ; dépend entièrement de la responsabilité des médecins. Ces derniers agissent trop souvent comme des épiciers qui favorisent les désidératas de leur clientèle, dans une pêche au clientélisme. Cette conception est générée par une mauvaise répartition des médecins sur le territoire. En ce qui concerne les laboratoires et notamment dans les prix qu'ils pratiquent, tout le monde est conscient du combat d'économie libérale, que se livrent les grands groupes. Ce cannibalisme économique, n'est pas sans laisser de traces sur le coût des médicaments. Messieurs les législateurs, à vous d'orienter la nation.
a écrit le 25/09/2012 à 21:47 :
si c'est pour remplacer par des génériques c pas la peine ... ces médicaments ne sont pas toujours de la même qualité que ceux de marques et tout le monde le sait !
a écrit le 25/09/2012 à 20:51 :
Coût de l?Aide médicale d?État (AME) : 800 millions d? euros par an pour 210 000 personnes, soit 3857 euros par personne (pour les immigrés clandestins)
http://www.observatoiredessubventions.com/2010/cout-ame-800-millions-euros-par-an/
Coût de la CMU : 6 milliards ? par an (4,5 millions de bénéfiaires) financée par la taxe sur le tabac et les alcools + la participation de l'Etat
a écrit le 25/09/2012 à 18:59 :
le problème est vraiment abordé par le petit bout de la lorgnette.
Le prix d'un médicament, c'est aussi une guerre économique mondiale, vous ne pensez pas que tous les pays cherchent à favoriser leur propre industrie pharmaceutique ? Je serais assez curieux de voir le prix des médicaments des laboratoires italiens en italie, comment les AMM sont données ou retirées aux US etc etc
Et comment lutter contre des pays qui fabriquent à bas coût des génériques, sans système social comme le notre, sans système de retraite , sans contrôle qualité comme ils existent chez nous, c'est vraiment plus compliqué qu'en apparence...
a écrit le 25/09/2012 à 17:30 :
les generiques peinent à convaincre ! tu parles : il suffirait de rembourser tous les médicaments au prix des generiques ! tu veux pas du générique? pas de probleme ! tu payes plein pôt !
a écrit le 25/09/2012 à 14:33 :
Vendre les médicaments à l'unité (en fonction du nombre de jour indiqué sur l'ordonnance) et plus en boite... => gain économique + moins de gaspillage..
Réponse de le 25/09/2012 à 17:34 :
à coté de la plaque ! le cout de fabrication d'un médicament c'est peanuts : qu'il y ait 10 ou 20 cachets dans la boite ne change pratiquement rien ,ce qu'on paye dans le medicament ce sont les couts de recherche qui représentent 90% du cout global !
a écrit le 25/09/2012 à 14:28 :
en retraite, santé , prestations à tarif modéré etc....et que paie t il en impot, taxe au regard de ses défférentes rentes etc...si on s'interresse à cette question, on comprend pourquoi les entreprises surtaxées se barrent....les racketeurs de l'économie
Réponse de le 25/09/2012 à 15:56 :
Quitte à faire un trou supplémentaire dans la caisse de la Sécu, il serait avisé d'aller consulter quelqu'un qui pourra vous aider.
a écrit le 25/09/2012 à 13:41 :
Le Gouvernement doit réintroduire la concurrence au niveau de la pharmacie, de l'optique, des prothèses dentaires et auditives d'autant que ceux qui défendent leur pré carré sont en majorité des électeurs de droite.
Réponse de le 25/09/2012 à 17:16 :
si ce sont réellement les electeurs de droite qui font obstacle a la concurence ..alors que font les parlementaires de gauche ( majoritaires ) depuis quatre mois ?
a écrit le 25/09/2012 à 11:54 :
Il y aurait certainement beaucoup à voir du côté du matériel médical qu'on incorpore à l'individu, le coût de la moindre broche, vis, rondelle, prothèse coûte plus cher que le matériel spatial, une rondelle en tissu non tissé de quelques millimètres de diamètre est proposé à un coût scandaleux, les outils dentaires seraient en or massif qu'ils couteraient à peine plus cher, si l'état regardait de près les marges des fabricants de grosses économies pourraient être réalisées. Tous ce qui entre dans un hôpital ou une clinique est à un prix prohibitif, pourquoi cela existe depuis de nombreuses années sans réaction des différent gouvernements qui se sont succédé.
Réponse de le 25/09/2012 à 17:59 :
achetons tout chez PIP, parait que c'est moins cher
a écrit le 25/09/2012 à 11:48 :
Les verts sont radins en somme car passé de 37,11 à 2,26 la quasi même boite soit une baisse de -93,9% Certes la sécu ne serait plus en l'air mais la recherche peut être par terre? Il est vrai qu'une nouvelle molécule les labos nous la font payer bien chère. Et étrangement la dégressivité avec les volumes ne semble pas s'appliquer un peu comme le nouvel l'Iphone. pourtant j'avais appris en économie qu'une production accrue baissait fortement les coûts! Ah oui aujourd'hui c'est l'actionnaire qui en veut toujours plus.
a écrit le 25/09/2012 à 10:57 :
Et pas un mot sur tous les psychotropes, comme les anti-dépresseurs, anxiolytiques et autres joyeuseries ? Pourtant, il semble que ces "médicaments" n'ont jamais guéri personne... alors que les profits sont des records pour les industries pharmaceutiques. Pour aller plus loin, je vous propose cette vidéo (att: elle dure 1h30 !!!) : http://www.mystere-tv.com/mettons-a-jour-les-dangers-des-psychotropes-v2906.html
Réponse de le 25/09/2012 à 18:03 :
"N'ont jamais guéri personne" ...
Je ne vous souhaite pas une vraie dépression. Vous devriez aller faire un tour dans un service de psychiatrie, vous comprendrez...
Réponse de le 26/09/2012 à 12:17 :
J'ai délibérément forcé le trait pour aller droit au but. Il n'en reste pas moins que l'explosion de consommation des anti-dépresseurs ne s'est pas traduit par un mieux-être dans la population, et c'est le moins qu'on en puisse en dire !!! Question coût, voici un petit copié-collé : "La psychiatrie et ses traitements jouent un rôle important dans ce déficit budgétaire. La Cour des Comptes évalue le coût économique de la psychiatrie à 107 milliards d'euros par an. Parmi ces dépenses, 13 milliards d'euros sont remboursés par l'Assurance Maladie. "
a écrit le 25/09/2012 à 8:52 :
Un français né en 1962 avait une espérance de vie de 67 ans , un français né en 2012 a une espérance de vie de 78 ans soit 11ans de vie gagné en 50 ans. L'argent investi dans l'assurance maladie n'a donc pas été totalement gaspillé même si beaucoup d'optimisation sont encore possible. Quand aux médicaments dont l'utilisation a beaucoup augmenté depuis 50ans , c'est quand même la preuve que de manère générale il sont utiles même si des exceptions existent (médiator....)
Réponse de le 25/09/2012 à 13:38 :
Faux. L'espérance de vie d'un français né en 1962 était supérieure à 67 ans.
Réponse de le 27/09/2012 à 19:56 :
U189290 merci pour les gens qui sont nés en 1962 vous leur remonter le moral, donc j'ai encore 17 ans avant de mourir, moi qui rêvait de faire le tour du monde je vais laisser tomber (humour)
a écrit le 25/09/2012 à 8:49 :
Les médicaments coutent chers, est ce si certain? D'autant plus que beaucoup de Français se soignent eux même via l'automédication (manque de temps pour aller consulter un généraliste: le parcours de soin est pensé et conçu pour des inactifs qui ont le temps d'aller voir un généraliste puis un spécialiste).
a écrit le 25/09/2012 à 5:30 :
Les médicaments représentent 4% ( oui quatre ) des dépenses de la Secu ! Il a plus de gras ailleurs.
a écrit le 24/09/2012 à 21:16 :
2000 médicaments sans utilité theropeutique; c'est énorme. Si c'est vrai pourquoi ne pas tous les dérambourser.
S'il existe un générique, pourquoi ne pas rembourser les "originaux" sur la base du prix du générique. Si le patient veut son 'original' qu'il le paie.
Tout le monde a y gagner
Réponse de le 24/09/2012 à 21:59 :
La gabegies des 2000 médicaments sans utilité theropeutiques financés par l'Etat via le mamouth hypocondriaque Oseo / Caisse des Dépôts et tant d'autres officines ... les laboratoires et leurs administrateurs devraient ête poursuivis pour abus de confiance et abus de biens publiques...
a écrit le 24/09/2012 à 21:15 :
le pb de la secu francaise, c'est pas la medecine ambulatoire, c'est l'hopital, mais ft pas le dire car c'est la que sont les gros bataillons de syndicalistes ( he ft etre clair, meme si le francais se ft prescrire un peu moins de dafalgan rembourse a35%, ca va pas ameliorer l'ordinaire, a 2 euros la boite)
Réponse de le 24/09/2012 à 23:39 :
pour une fois je rejoins churchill, certains hopitaux sont passés de 5 à 50% d'administratifs en 15 ans et ils obligent les infirmières et les medecins a tenir de la paperasse et des reunions qui prennent une grande partie de leur temps, et malgré cela la gestion est catastrophique.
Réponse de le 25/09/2012 à 7:34 :
Il y a même souvent plus d'administratifs que de soignants! Ceci parce que le maire, toujours président du ÇA de l'hôpital, à toujours quelques "électeurs" à placer.....
Réponse de le 25/09/2012 à 18:17 :
Merci Churchill pour vôtre commentaire qui est justifié, il est vrai qu'en France on est le roi des médicaments qui sont pris chaque jour, comme vous le savez je suis malade depuis 12 ans et je suis devenu dépendant de tous ces médicaments quand on passe le pied chez un médecin, un spécialiste, ou un hôpitaux lorsqu'on sort on nous prescrivent une ordonnance de x médicaments pour nous abrutir, comment peut-on prescrire autant de médicament et d'avoir une sécurité sociale remis sur pieds, et j'aimerais rajouter un petit plus au commentaire de réaliste car il est vrai que la gestion des frais médicaux et hospitalier est catastophrique car au lieu de faire du chiffre ces personnes hospitalier de médecins d'infirmière d'agent hospitaliser et employé nous raffistole et nous fait sortir au plus vite, on devrait réformer tout le système hospitalier mais le mal est fait et pour que ça change, il sauras passez des lustres avant que ça change. J'espère que vous allez bien.
a écrit le 24/09/2012 à 21:13 :
si on veut faire des économies,il faut donner les médicaments à l'unités, en effet je travail dans la distribution pharmaceutique et je peux vous dire qu'en France il y a une gabegie scandaleuse
des centaines et des centaines de millions d'euros qui partent à l?incinération via circuit cyclamed ;
Médicament récupéré chez les pharmaciens c'est à dire les surplus des médicaments ramené par les assurés, et surtout remboursé par la sécu.
Que de choses plus utiles l'on pourrait faire avec tout cet argent brûlé.
a écrit le 24/09/2012 à 20:56 :
Les français paient DEUX FOIS leurs médicaments inefficaces ... la 1ère fois c'est Oseo qui subventionne en déversant des flots de subventions au moindre laboratoire pharmaceutique ... la 2ème fois, ce sont les cotisation Assurance maladie qui rembourse le médiatore et les 50% de médicaments inutiles, inefficaces et ruineux. Et les parlemantaires, les Députés, les Sénateurs, ILS EN PENSENT QUOI de ces DOUBLES COUTS RUINEUX pour les budgets de l'Etat depuis depuis de lustres ?
a écrit le 24/09/2012 à 19:52 :
Si on veut vraiment faire des économies alors il faut que l'Etat investit dans des sociétés à but faiblement lucratif (cad que tout profit est réinvestit en R&D) pour produire des génériques à prix coutant, et ensuite ne rembourser les molécules que sur base du cout des génériques.
a écrit le 24/09/2012 à 19:48 :
C'est bien l'exemple des pays-bas. J'y ai vécu 5 ans ... Les chiffres cités sont ceux du système public de santé, mais ne réflètent pas la part privée ... A force de dire n'importe quoi, ils font finir par faire croire aux francais que le cancer c'est juste une impression et qu'avec un sentiment positif alors tout ira mieux pour le meme prix. Pourquoi ne pas distribuer des grigris, cela soigne aussi quant on y croit ...
a écrit le 24/09/2012 à 19:36 :
Je pense que certains parlent vite.
non les médecins ne sont pas des enfoirés à la solde des labos, ni les copains des politiques
non les médecins ne prennent pas 150? la consultation

les médecins sont des gens normaux qui ont juste fait 15 ans d'études et qui se lèvent tous les matins pour essayer de diagnostiquer et traiter les maladies des gens.

ceci étant dit, ils ne doivent pas être si mauvais car l'espérance de vie se porte plutot bien dans le pays, que des gens atteints de aladies graves vivent plus longtemps et dans de meilleures conditions, etc....

mais non, on est juste des salauds!!!! il y a des fois à lire des conner...... pareilles, on se demande si on va pas faire autre chose, et laisser les responsabilités du métier à d'autres (vous genez pas on manque de médecins dans toutes les spécialités et en plus c'est à la fac publique, donc les études ne coutent pas grand chose!!!!)
a écrit le 24/09/2012 à 19:29 :
Hier je discutais avec un militaire en retraite. 1500? de pension militaire et en arrêt maladie indéterminée dans son nouvel emploi pour dépression. Pas mal à 42 ans.
Réponse de le 25/09/2012 à 10:08 :
Peut être qu'il a participé à des opérations au front en Afghanistan , Serais-tu prêt à partir la bas également ?
a écrit le 24/09/2012 à 19:12 :
Et si on ajoute le prix de tous les examens qui ne servent strictement à rien, demandés et réalisés contre toute recommandation, le prix des interventions inutiles, ça double !
a écrit le 24/09/2012 à 19:05 :
on peut aussi regarder les arrêts maladie !!! entre autres les conventions collectives qui imposent la prise en charge des jours de carence par les entreprises : soit ces jours de carence sont là pour dissuader le malade de se faire arrêter facilement, et la prise en charge de ces carences devraient être hors-la-loi, soit ces jours de carence n'ont pas lieu d'être ...pour personne !!! (dans ce cas, c'est à la sécu de les prendre en charge et pas aux entreprises)
Réponse de le 24/09/2012 à 19:19 :
TRES JUSTE !
a écrit le 24/09/2012 à 18:56 :
Je crois savoir que Bachelot fait partie des gens qui réfléchissent sur la moralisation du service public et des élus, peut-être elle nous donnera les recettes pour économiser sur les frais de santé et notamment les vaccins?!!!.
a écrit le 24/09/2012 à 18:52 :
Où aller chercher les économies?, lorsque l'on sait que la sécurité sociale s'est désengagée pour une bonne partie des remboursements de santé, désormais ce sont la centaine de mutuelles qui remboursent une partie non négligeable des frais de santé.
Réponse de le 24/09/2012 à 19:23 :
Une énorme économie peut être fait immédiatement en interdisant à Oseo d'INONDER de financements divers et variés toute l'industrie pharmaceutique comme oseo le fait depuis bien trop longtemps. IL FAUT METTRE FIN, à CES GABEGIES des malades d'Oseo.
a écrit le 24/09/2012 à 18:40 :
et qu'écrire sur les vaccins de la grippe de Me Bachelot, 4 milliards ? 3 je ne sais plus ! grand banditisme ?
a écrit le 24/09/2012 à 18:07 :
L'agence de sécurité sanitaire est en partie maîtrisée par les labos ... tant qu'elle ne sera pas dissoute ... je ne vois pas de progrès venir ! Vive le médiator !!!!
Réponse de le 24/09/2012 à 18:45 :
Et la sécurité sociale aussi
a écrit le 24/09/2012 à 18:04 :
Les lobbies pharmaceutiques sont très puissant en France, c'est pas nouveau..
a écrit le 24/09/2012 à 17:50 :
Et l'on ne cite jamais les nombreux médicaments qui sont 20 à 30% plus chers en Allemagne ou au Royaume-uni... Pourquoi ?
a écrit le 24/09/2012 à 17:49 :
Tout à fait, y'en a marre des médicaments trop chers.
Bon, c'est bien joli, mais je viens de recevoir le catalogue des cures thermales. Je vais m'en choisir une ou deux, et après j'irai voir mon médecin pour la prescription.
Réponse de le 26/09/2012 à 11:34 :
Bravo : pourquoi pas si vous en trouvez une de bien faites-moi signe, car il paraît que les cures thermale sont très bon mais qui en profite en voilà une bonne question, les gens qui ont de l'argent, certaines personnes qui touchent la CMU, sincèrement je comprend pas le système médical français ???????
a écrit le 24/09/2012 à 17:49 :
conflit d'intérêts ? quand un médecin se fait payer un beau voyage par un labo ? je suis pour payer une rente à mon médecin, et si.....................je "tombe" malade , j'arrête de payer la rente ! pas mal l'idée! dans un autre pays, si pour telle pathologie je ne suis pas guéri après un laps de temps déterminé, mon assueur me conseille un autre médecin, car avec ses statistiques, il connait un praticien qui obtient de meilleur résultat, et si je ne fais pas ce que l'assureur dit, celui-ci arrête de m'assurer! d'ou contrôle et concurrence entre médecins. J'ai déjà demandé à la CPAM quel était le meilleur médecin pour une pathologie précise, je n'ai pas eu de réponse !
a écrit le 24/09/2012 à 17:29 :
Pas de remboursement, pas de frais pour la sécu!
Il y a des gens qui décident des remboursements abusifs et si on ne les vire pas, c'est qu'il y a des interêts bien compris derrière, Les corrompus sont simples à reconnaitre, ils s'indignent contre les médecins et les malades. Alors Mme la ministre, vous déremboursez ?
Réponse de le 24/09/2012 à 17:47 :
Au fait, madame la ministre, votre frère, médecin hospitalier, prend toujours 150€ la consultation ?
a écrit le 24/09/2012 à 17:28 :
Ce qui est exaspérant c'est la maladie française de toujours comparer ce qui n'est pas comparable : certes les peys cités consomment moins de médicaments, mais leur prescription est très différente : au cachet, et non à la boîte.
Ensuite, pour les génériques, il faudra qu'un jour les politiques s'expliquent sur le rapport de l'académie de médecine soulignant la piètre qualité (et donc la dangerosité) des génériques fabriquées en Inde notamment. Molécules très faiblement dosées, exipients de très mauvaises qualité...Et si, les génériques étaient fabriqués en Europe ?
Pour finir, j'en ai pas dessus la tête de ces déclarations péremptoires de politiques, visiblement jamais malades, et encore moins gravement malades. Quand on souffre, on souhaite être soulagé, la douleur tue ! On ne soulage pas des douleurs chroniques ou un cancer avec des plantes !
A moins d'être militant de la scientologie, ouvertement anti-médicaments, et qui pratique un lobbying actif auprès de personnels de santé "militants", ou politiques...
Réponse de le 24/09/2012 à 17:45 :
Si les génériques étaient fabriqués en Europe, ils seraient plus chers....ceci dit, la sécurité de fabrication des génériques est bien sans aucun intérêt pour nos décideurs! Le nombre de problèmes dus aux génériques est en augmentation!
Réponse de le 24/09/2012 à 19:13 :
si tout les salaries cotisaient au meme taux le dificit serai moidre
Réponse de le 24/09/2012 à 19:30 :
Comme Sleater j'ai entendu la différence entre les conditionnements français et autres.
Je ne sais si pour les maladies chroniques une vente à la pillule serait possible et intéressante à obtenir (j'ai entendu dire que c'était un problème de conditionnement ailleurs qui nous avait privé d'un précieux di-antalvic ou dextro...générique).
Cependant le prix du conditionnement pour les médicaments est délibérément prohibitif. (sans doute 30% et plus dit mon pharmacien)
Particulièrement pour ceux qui sont pris au quotidien : contraceptifs, anti-cholesterol, antidiabétique, antalgiques etc..
sous réserve que le patient ait les moyens de ne pas se tromper, (pillulier controlé par le pharmacien ou l'auxiliaire médical ?) de ne pas être suicidaire, ait fait un essai préalable d'un ou deux mois avec contrôle ....
COMMENT SE FAIT IL QUE LES CONDITIONNEMENTS POUR 3 MOIS NE SOIENT PAS OBLIGATOIRES POUR ETRE PRIS EN CHARGE PAR LA SEC.SOC ?
--> économie pour la Sec soc + pour le patient dans le cas de medicament partiellement pris en charge ou même des 50c ponctionnés par boite : 4x50 au lieu de 12 x 50c..

Un ex précis qui selon moi est le comble de l'arnaque au conditionnement : Velmetia (de Pfizer remplaçant de Mediator pour le diabete!!!) est vendu 44? pour 56 comprimés = 28j .= ce qui nous fait 13 prescripitions et 13 x 44? /an = 572? pris en charge à 100% .
un conditionnement de 90 ou 92 comprimes x 4 par an apporterait un minimum 150? d'économie qui pourraient être consacrés à des traitements préventifs, complémentaires etc...
Si Madame Rivasi a accès a des données précises, européennes sur la part du conditionnement il serait intéressant de publier et de demander aux Sec.Soc , mutuelles etc....ce qu'elles attendent pour exiger un conditionnement raisonnable et adapté aux usagers actuels.
ceci en plus de l'efficacité bien sûr!
Réponse de le 25/09/2012 à 14:18 :
la dernière pour guérir les mauvais comptes de la SS:proposition de loi du sénat de juillet 12 N°728
la construction d'aires d'accueil pour les gens du voyage financée par la SS au lieu des communes et des départements.
ça c'est de la gestion dont seule la gauche a le secret
Réponse de le 25/09/2012 à 14:58 :
petit correctif pour ne pas me faire poursuivre en justice...!
"Velmetia (de Pfizer.."= ERREUR Velmetia est produit au Royaume Uni par MSD Merck etc...
comme Inegy (efficace contre le cholesterol génétique notamment )
qui lui est conditionné pour 30j x 12 il ne manque que 5 comprimés pour couvrir l'année avec une ordonnance mensuelle. = 720? /an remboursés a 100% et apparemment sans générique..
Bon buziness pour la boite MSD qui encaisse 1300?/an pour un seul patient qui cumule les 2 tares!
et la sec soc débourse sans sourciller ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :