[DIAPORAMA] Fukushima après la catastrophe... et aujourd'hui

 |   |  271  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Le Japon commémore le deuxième anniversaire du tsunami qui a fait 15.881 morts et 2.668 disparus, auxquels s'ajoutent 2.554 personnes décédées à cause de la dégradation de leurs conditions de vie, selon les derniers bilans officiels disponibles lundi. La population a observé une minute de silence à 14h46, heure locale. La catastrophe nucléaire de Fukushima marque encore les Japonais, fermement opposés à la réouverture des centrales nucléaires.

Deux ans après la catastrophe, provoquée par un séisme exceptionnel, de magnitude neuf sur l'échelle de Richter, le Japon a toujours fort à faire pour remettre en état la proincipale région touchée, dans le Tohoku (nord-est de Honshu). Le séisme et le tsunami ont fait plus de 15.000 morts et des milliers d'autres personnes n'ont toujours pas été retrouvées.

Selon les différents scénarios envisagés par la Banque mondiale, la catastrophe du au tsunami pourrait coûter entre 2,5% et 4% du PIB japonais (soit entre 94 milliards et 181 milliards d'euros). En comparaison, le violent tremblement de terre de Kobe de 1995 avait couté 77 milliards d'euros, soit 2% de PIB.

Pour voir l'avant et l'après, faites glisser votre souris sur la photo
(sur le navigateur Firefox uniquement - Cliquez l'image si vous êtes sur un autre navigateur).


Kesennuma, dans la préfecture de Miyagi, le 4 mars 2013 (et le 12 mars 2011)
 

_

Cliquez ici pour voir la prise de vue il y a 2 ans / Reuters


Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, le 1er mars 2013 (et le 19 mars 2011)
 

_

Cliquez ici pour voir la prise de vue il y a 2 ans / Reuters

 
Otsuchi, dans la préfecture de Iwate,  le 18 février 2013 (et 16 avril 2011)
 

_

Cliquez ici pour voir le prise de vue il y a 2 ans / Reuters


L'aéroport de Sendail, dans la préfecture de Miyagi, le 28 février 2013 (et le 17 mars 2011)
 

_

Cliquez ici pour voir la prise de vue il y a 2 ans / Reuters


Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi,  le 1er mars 2013 (et le 19 mars 2011)
 

_

Cliquez ici pour voir prise de vue il y a 2 ans / Reuters

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 18:35 :
Les photos publiées par la Tribune montre des zones frappées par le tsunami (et non pas la centrale de Fukushima) et le travail extraordinaire fait par les Japonais eux même et les services locaux.
J'ai le plus grand respect pour le travail de tous ces gens et on pense à eux.
a écrit le 11/03/2013 à 16:24 :
Bon travail pour les japonais. Maintenant c'est plus propre que dans le métro parisien ou dans les banlieux.
a écrit le 11/03/2013 à 12:57 :
Le fisc japonais va fiscaliser les indemnités perçues par les victimes de la catastrophe. Faut être vicieux quand même!! Tepco sauvé par de l'argent public, indemnise (et encore à reculons), mais les victimes se font rincer par les impôts. Au final c'est bien les victimes elles même qui s'auto-indemnisent. Même scénario probable en France en cas de catastrophe, au moins on est pas pris en traitre, on ne peut ignorer le déroulement de la crise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :