Le contrat d'avenir démarre...doucement

L'une des armes anti chômage du gouvernement, le contrat d'avenir, est encore en phase de rodage. D'après le ministère du Travail, environ 4.000 contrats d'avenir auraient déjà été conclus. Il faudrait un rythme de 8.500 signatures mensuelles environ, pour parvenir à l'objectif de 100.000 contrats d'avenir cette année. Localement, le dispositif monte en puissance.

3 mn

Copyright Reuters

« On est pas loin des 4.000 ». C'est le nombre de contrats d'avenir déjà conclus avancé ce vendredi 25 janvier par le ministre du Travail, Michel Sapin, sur Europe 1. Or, le gouvernement table sur la conclusion de 100.000 contrats de ce type cette année et encore 50.000 l'année prochaine. Au même titre que l'accord du 11 janvier sur la réforme du marché du travail et le contrat de génération, le contrat d'avenir est l'une des « armes » sur laquelle compte l'exécutif pour freiner la hausse du chômage. Le contrat d'avenir est essentiellement destiné aux jeunes de moins de 26 ans sans qualification exclus du marché du travail. D'une durée de trois ans, il est surtout prévu dans le secteur non marchand (associations, collectivité locales, etc.) pour « des activités d'avenir ou dont l'utilité sociale est avérée », l'Etat prenant en charge 75% de la rémunération à hauteur du Smic.

Un rythme d'environ 8.500 signatures par mois

Votée fin 2012, la loi instituant le contrat d'avenir est maintenant entrée en application. Pour parvenir à en conclure 100.000 cette année, il faudrait parvenir à un rythme d'environ 8.500 signatures par mois. On n'y est pas encore. D'abord, il a fallu bâtir le dispositif au niveau local en mobilisant les missions locales et les maisons de l'emploi. C'est à elles, avec l'appui des collectivités territoriales, de repérer et sélectionner les jeunes les plus spécifiquement visés par la mesure. Une tâche ardue, puisqu'il s'agit justement de s'adresser aux jeunes les plus éloignés de l'emploi. « Les associations sont plus enclines à recruter des jeunes en Bac+5, alors que moi je vise les Bac - 4 » aime à répéter le ministre du Travail, Michel Sapin.

Ce ciblage des publics les plus difficiles pose d'ailleurs quelques problèmes concrets sur le terrain. Comme ce responsable de club sportif qui reconnaît être intéressé par la mesure « mais si je dois mobiliser un adulte pour coacher toute la journée un jeune sans aucune qualification, voire désocialisé, alors ce n'est pas très rentable ». Ensuite, il est nécessaire de bâtir des parcours de formation puisque les publics sélectionnés ont vocation à apprendre un métier leur permettant d'intégrer le secteur marchand à l'issue de leur contrat de trois ans. Là aussi, il faut attendre que l'ingénierie sociale, émanant notamment des régions, trouve ses réglages.


Le précédent des emplois jeunes de Lionel Jospin

Au ministère du Travail, on se montre tout à fait confiant. « Pas question de faire artificiellement du chiffre en proposant le contrat aux publics les plus faciles », déclare ce proche de Michel Sapin. « Nous tiendrons notre ligne : réserver la mesure aux plus éloignés du marché de l'emploi ». Et le même de faire remarquer qu'en 1998, lors du lancement des emplois jeunes de Lionel Jospin et Martine Aubry : « ça avait été exactement la même chose. Le début a été lent, puis le dispositif a pris sa vitesse de croisière ». De fait, entre 1998 et 2002, 310.000 jeunes de moins de 26 ans avaient bénéficié de la mesure...
Une étude de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estime que « avec les effets d'aubaine et de substitution dans le secteur marchand assez faibles, les 100.000 emplois d'avenir permettraient la création de 80.000 emplois » Et d'ajouter que le « coût annuel ex ante sur les finances publiques des 100.000 emplois d'avenir dans le secteur non marchand serait de 0,12 point de PIB mais de seulement 0,07 point de PIB ex post en raison du supplément de revenu et donc de recettes fiscales et sociales générées par les emplois créés".
 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 27/01/2013 à 18:12
Signaler
On vit une époque formidable n'est-ce pas

à écrit le 27/01/2013 à 15:53
Signaler
voila l'explication de la légere stabilité du chomage en décembre ces emplois non financés

à écrit le 26/01/2013 à 11:20
Signaler
je pense que le vrai problème vient de l'accord sur la libre circulation des marchandises. Cet accord nous impose une compétition et un modèle économique qui convient plus à l'Allemagne, à la Chine qu'à la France et à la plus part des autres pays de ...

à écrit le 25/01/2013 à 19:01
Signaler
Pour chaque président qu'on à eue ils ont créer les TUC, les CES, les stages en entreprise quand on fait une formation qualifiante ou pas,les CUI, les CA, ce qui à donné comme résultat = 0 retour à la case départ que vont il inventer encore pour réso...

le 26/01/2013 à 7:20
Signaler
En fait on retrouve tjrs le même pb celui de la formation et des élèves devenus décrocheurs: l'école reste bien au coeur de la solution :former, former, apprendre il en restera tjrs qq chose.

le 26/01/2013 à 12:10
Signaler
@ formation, je suis d'accord avec vous les formations ne sont pas vraiment des solutions pour trouver un emploi malgré que les centres de formations bourrent le mou à ceux qui veulent être former d'avoir après cette formation d'avoir un emploi sur, ...

le 26/01/2013 à 20:19
Signaler
depuis 30ans ces jeunes sont marqués au fer rouge de l'emploi aidé,personne ne veux les embaucher après...ce sera le problème du successeur,le coup de la "patate chaude"

à écrit le 25/01/2013 à 18:47
Signaler
Comme d'habitude on crée de l'emploi "précaire" ! Non seulement il est réservé aux jeunes de moins de 26 ans, contrairement à l'ancien contrat"d'avenir" (tout autant un contrat précaire aidé), mais en plus ils ne durent que 3 années en étant réservé ...

à écrit le 25/01/2013 à 18:08
Signaler
Encore une mesure aux résultats aléatoires, en plus d'être coûteuse. La chute n'en sera que plus rude....

à écrit le 25/01/2013 à 17:53
Signaler
La Cour des Comptes épingle régulièrement les collectivités pour sur effectif et voilà les emplois jeunes qui vont charger la mule Un métier d'avenir précisez lequel!!

à écrit le 25/01/2013 à 17:19
Signaler
pourquoi un bidule si compliqué et pas une aide directe à tout emploi d'un jeune non qualifié? Par ailleurs ne risque-t-on pas de faire grossir encore les effectifs des collectivités locales et associations diverses dont on a le secret, subventionnée...

à écrit le 25/01/2013 à 17:15
Signaler
comme les aides à toutes ces associations sont en chute libre , on voit pas comment elles pourraient encore embaucher même en ne payant que 25% des salaires ! en plus elles se sont rendues compte que les jeunes sans qualification étaient inemployable...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.