Formation professionnelle : la mise en garde de Michel Sapin

 |   |  345  mots
Le Medef veut réduire la contribution des entreprises à la formation professionnelle
Le Medef veut réduire la contribution des entreprises à la formation professionnelle (Crédits : <small>DR</small>)
Michel Sapin, le ministre du Travail a rappelé aux partenaires sociaux qui négocient sur la formation professionnelle les vrais enjeux de la réforme souhaitée. Et ce alors que les discussions sont totalement accaparées par la question du financement...Le ministère espère toujours un accord au petit matin de ce 14 décembre.

Alors que l'on attend ce samedi 14 décembre à 1 heure du matin passée qu'une fumée blanche... ou noire sorte du siège du Medef où patronat et syndicats "planchent" interminablement sur la formation professionnelle, le ministre du Travail, Michel Sapin, s'est dit confiant sur la conclusion d'un accord  dont l'une des priorités devra être  d'"augmenter les moyens" en faveur des chômeurs.

"Ils sont partis" pour aboutir, a affirmé  le ministre qui souhaite que cette future réforme réponde à "l'urgence, qui est de former les chômeurs et les salariés les plus en difficulté. Il faut augmenter les moyens en faveur des chômeurs", a-t-il dit. "Une deuxième priorité est la construction de l'avenir", qui est rendue possible par la mise en place d'un "compte personnel de formation, une réforme gigantesque", selon lui. Les "enjeux" de cette réforme sont aussi "d'alléger et de simplifier le travail des entreprises" et de "renforcer la place des partenaires sociaux au sein de l'entreprise", a indiqué Michel Sapin.

Le casse tête du financement

"Tous ces objectifs sont en train d'être atteints", selon lui.... Sauf que le principal sujet de discussion porte davantage sur les sommes allouées par les entreprises à la formation. Medef et CGPME se livrant à une vraie bataille de chiffonniers, au risque de perdre de vue le fond de la réforme souhaitée par le ministre du Travail. Le Medef souhaite ramener la contribution des entreprises à la formation de 1,6% à 0,8% de la masse salariale. La CGPME craint que cette diminution nuise à la mutualisation des fonds et assèche ainsi le financement de la formation dans les PME. Les discussions durent encore mais le Medef  a fait un geste en acceptant de remonter finalement la contribution à 1%. Le Medef devrait faire parvenir dans la soirée une énième mouture d'accord... Certains évoquent déjà la poursuite des discussions dans la journée de ce samedi 14 décembre... Au ministère du Travail, confiant,  on espère et on croit  plutôt à un accord tard dans cette  nuit.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/12/2013 à 10:55 :
le gros probleme de la formation c'est les gaspillages , les stages bidons qui engraissent les syndicats ??mais comme dab ils n'en parlent pas ;voir aussi les licenciements conventionnels qui ne sont qu'une chasse aux subvention exemple pour creation d'entreprise
a écrit le 15/12/2013 à 8:55 :
S'il compte inverser la courbe du chômage de cette façon, c'est pas gagné.Il ferait mieux de faire des économies.Pitoyables socialistes !
a écrit le 13/12/2013 à 17:04 :
les partenaires sociaux ne discutent pas de la réforme mais du POGNON... Où qu'il en est le pognon?!
Réponse de le 14/12/2013 à 0:22 :
@tu m'étonnes
Il s'agit effectivement d'une question de pognon, et ce n'est pas rien, le coût global est de 35 Milliards d'Euros dont 15 Milliards vont dans les poches des organismes de formation. Les 20 autres milliards représentent les défraiements et les salaires et charges des personnes en formation. Sur les formations,la kyrielle d'organismes qui dispensent ces formations, les agréments, il y a un grand ménage à faire.
Réponse de le 14/12/2013 à 8:12 :
encore une mascarade qui va dans le sens de l'inversion de la courbe du chômage,payée par les contribuables .
Réponse de le 14/12/2013 à 8:56 :
Sapin revient aux nouvelles il ne vêt pas être oublié quand on va couper le gâteau.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :