Assurance chômage : la France a le système le plus "généreux" d'Europe

 |   |  646  mots
La France a l'un des système d'assurance chômage les plus généreux d'europe
La France a l'un des système d'assurance chômage les plus généreux d'europe (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Patronat et syndicats vont débuter la renégociation des règles d'indemnisation des chômeurs à compter du 17 janvier. Actuellement, le système français d'indemnisation du chômage est l'un des plus généreux d'Europe. Comparaison.

C'est  le 17 janvier prochain que les organisations patronales et syndicales vont débuter la très importante négociation sur le renouvellement de la convention d'assurance chômage qui fixe les conditions d'indemnisation des demandeurs d'emploi.

Une négociation difficile qui va devoir tenir compte de deux paramètres totalement antagonistes l'un par rapport à l'autre. D'abord, avec un chômage au plus haut, les allocations versées par l'Unedic (l'organisme paritaire qui gère l'assurance chômage) servent d'amortisseur social. En d'autres termes, elles constituent une sorte de stabilisateur automatique qui permet d'atténuer les conséquences désastreuses d'un chômage de masse. Pour autant, si rien n'est fait, fin 2014, la dette cumulée de l'Unedic pourrait atteindre 22,3 milliards d'euros. Intenable. C'est donc en tenant compte de ces deux paramètres que les négociateurs vont tenter de trouver de nouvelles règles.

En tout état de cause, il est indéniable que le système français d'assurance chômage reste l'un des plus généreux d'Europe, si l'on se réfère à une étude réalisée par l'Unedic.

 La France: une des plus longues durées d'indemnisation avec les Pays-Bas

Ainsi, l'accès à l'indemnisation est ouvert aux salariés dès 4 mois de travail en France, contre 6 mois au Luxembourg et aux Pays-Bas et au moins 12 mois dans les autres Etats. Quant à la durée d''indemnisation, la plus longue est observée aux Pays-Bas (38 mois) et en Belgique où elle n'est pas véritablement prédéterminée (elle dépend de l'âge, du sexe et de la région où réside le chômeur). Au Danemark, le pays de la " flexisécurité ", une loi de 2010 a ramené de 48 mois à 24 mois la durée d'indemnisation. En France, cette durée ne peut pas dépasser 24 mois (comme en Allemagne) pour les moins de 50 ans et 36 mois pour les plus âgés.

L'Hexagone détient aussi le record pour le montant mensuel  maximum d'indemnisation

S'agissant du montant de l'allocation, les règles sont très diverses d'un pays à l'autre. Cinq des douze système étudiés prévoient un montant minimal d'allocation (Belgique, Danemark, Espagne, France et Portugal). Mais tous ont institué un plafond du salaire de référence. Ce montant maximum mensuel est inférieur à 1.500 euros en Belgique, Espagne, Italie, Portugal. Et il est supérieur à ce montant en Allemagne (2.317 euros) et au Danemark (2.325 euros).

C'est en France que ce plafond est le plus élevé, avec 6.959 euros mensuels. Mais, seuls 1.400 personnes perçoivent ce maximum. Pourquoi un tel niveau de plafond ? Parce qu'en France, le dispositif d'assurance chômage est "assurantiel", ce qui signifie que ce que l'on perçoit dépend directement de ce que l'on a cotisé. Or, les salariés à hauts revenus cotisent jusqu'à 4 fois le plafond mensuel de la Sécurité social, soit 12.344 euros en 2013, même s'ils gagnent plus. En cas de chômage, ils percevront environ 57,4% de ce plafond maximum. Toujours est-il que la Cour des comptes préconise d'abaisser le plafond d'indemnisation français. Certes, mais du coup cela fera des cotisations en moins…

La question de la dégressivité des allocations

Enfin, plusieurs pays ont institué une dégressivité des allocations. Ainsi, en Espagne, une réduction du montant de l'allocation de 10 points (de 60% à 50%) du salaire de référence a été instituée à partir du 7e mois. La Belgique sert une allocation dégressive par paliers correspondant aux périodes d'indemnisation. Et le Portugal sert une allocation réduite de 10% à partir du 181e jour d'indemnisation depuis le 1er avril 2012.

En France, cette question d'un retour à la dégressivité des allocations, évoquée par le Medef parmi ses pistes pour trouver des économies, sera d'ailleurs l'un des points saillants de la prochaine négociation.

Lire aussi: "Assurance chômage, ce qu'il faut absolument savoir avant l'ouverture de la négociation"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2014 à 17:11 :
faux et encore faux un joli tissu de conneries .... la Belgique indemnise a vie les chômeurs et franchement si l'on compare le coup du chômage en France par rapport a l’évasion fiscale on comprend que l’état tape,toujours sur les mêmes !!

révolution NOW !!!
a écrit le 26/01/2014 à 15:25 :
il faut meme 4 ans au lieur de deux et l'ndemsation total pendant 4ans et si les syndicat son tpour les salarier ces ce qu'il doive faire
a écrit le 14/01/2014 à 1:29 :
Le titre est-il juste ? Est-ce bien "Assurances chômage" ou voulait-on dire "Chômage assuré" ?
a écrit le 13/01/2014 à 13:38 :
Avant de donner un avis, il faudrait déjà savoir de quoi l'on parle, et comparer ce qui est comparable. Les cotisations ne sont pas les mêmes dans les différents pays européens, pourquoi les indemnisations devraient être les mêmes?

De plus, l'UNEDIC a toujours bien fonctionné, même si l'on peut déplorer une certain laxisme dans la gestion du système. La situation actuelle est problématique, mais il fut aussi des temps passés ou l'UNEDIC (contrirement à notre Etat...) dégageait des résultats positifs, lesquels étaient épargnés pour les temps de disette.

Le vria problème du sytème, c'est d'être tributaire de la gestion catastrophiques des nos dirigeant politiques depuis bientôt 4 décennies... C'est à eux de mettre en oeuvre les réformes nécessaires pour redresser le pays, après tant d'années de négligence... Et s'ils ne le font pas très rapidement, ce sera nous, le peuple, qui prendront les choses en main...
a écrit le 13/01/2014 à 11:36 :
Apres le rapport de la cour des comptes et vu le nombre de papier qui l on suivi sur le thème de la générosité du système d indemnisation chômage, moi je dis que cela sent très fort le pâté pour les chômeurs et futur.
a écrit le 13/01/2014 à 10:33 :
Cotisation proportionnelle mais pension forfaitaire pour tous, seul moyen de remédier à nos déficit!
a écrit le 13/01/2014 à 7:55 :
Cette idée de "générosité" est stupide. Le système n'est pas généreux, il est dispendieux et irresponsable. Le sens des mots devrait être respecté. On n'est pas généreux avec de l'argent emprunté (CF Cour des Comptes).
a écrit le 12/01/2014 à 19:16 :
Il faut relativiser, une dette de 15 Milliards avec un budget annuel de 30 Milliards c'est élevé mais "rattrapable". Il faudrait imposer l'équilibre par la loi : obligation d'adapter les prestations aux cotisations.
Réponse de le 13/01/2014 à 10:20 :
Idem pour les retraites alors ? Et pour la santé ?
Réponse de le 13/01/2014 à 12:39 :
Ah non alors ! C'est pas parcequ'on a rien cotisé en rapport avec ce qu'on va toucher, qu'il faut nous pénaliser !!
a écrit le 12/01/2014 à 10:07 :
Il manque dans cet article une information importante afin de se faire un jugement le moins subjectif possible le taux de cotisation de l'assurance chômage pour les salariés et employeurs de chaque pays cité.
a écrit le 11/01/2014 à 10:19 :
l'accord sur la formation professionnelle, récemment signé, aurait dû être totalement ou presque réorienté sur les chômeurs...... pour financer leur adaptation à de nouveaux emplois..... le problème est qu'on a en fait, réduit la cotisation maximum de 1,6 à 1% de la masse salariale... le Medef se plaigant toujours en même temps de ne pas trouver de gens formés.....

on constatera donc dans les années futures..... un chomage persistant et des délocalisation nouvelles..... pour cause de non adapatation des salariés français aux nouveau métier..... on se fout de qui?
Réponse de le 12/01/2014 à 22:05 :
Il faudrait que le chômeur s'engage à prendre un poste suite à la formation. Beaucoup sont formés uniquement par défaut.
Réponse de le 13/01/2014 à 2:11 :
Pourquoi faire ...Il n'y a qu'a attendre le RSA...Et puis, il y a les aides,...les dégrèvements, la prime de Noël, les allocs, etc...Ceux qui ne savent pas exploiter le filon n'ont qu'à retourner travailler.
a écrit le 11/01/2014 à 10:13 :
il est trop simple de s'en prendre aux personnes qui tombent au chômage, pas oublier que plus dela moitié de touche pas d'indemnité car pas cotisé assez ! On veut donc casser ce système d'assurance, et bien que l'on privatise alors !
Réponse de le 11/01/2014 à 16:58 :
Peut être mais ils y en a beaucoup qui ne cherche pas de travail car soit ils touchaient beaucoup et ont donc beaucoup de chômage et d'autre qui en travaillant toucherait trop peut alors pourquoi perdre des avantages a travailler et perdre de l'argent? Les seul perdant dans l'affaire c'est toujours la classe moyenne qui elle perdra beaucoup a ne plus travailler et qui a droit a aucune aide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :