Chômage : "Pari raté, c'est vous qui le dites ! " (Sapin)

 |   |  429  mots
Le gouvernement n'a pas réussi à inverser la courbe du chômage en 2013. (Reuters/Stéphane Mahé)
Le gouvernement n'a pas réussi à inverser la courbe du chômage en 2013. (Reuters/Stéphane Mahé) (Crédits : Reuters/Stéhane Mahe)
Michel Sapin a réaffirmé la volonté du gouvernement de lutter contre le chômage, au lendemain de la publication des chiffres de décembre qui scelle le sort de l'engagement de François Hollande d'inverser la courbe en 2013.

Ce n'était pas un engagement, c'était un "objectif mobilisateur". C'était le message qu'a voulu délivrer mardi Michel Sapin sur France Inter. Invité de la matinale de la radio publique, le ministre du Travail et de l'Emploi a dû assurer le service après-vente après la publication des chiffres du chômage, lundi soir.

+0,3% en décembre

Avec une hausse de 0,3% du nombre des demandeurs d'emploi en décembre, la courbe du chômage ne s'est pas, comme l'avait martelé le gouvernement tout au long de l'année, inversée en 2013.

Si le ministre du Travail pourra trouver une consolation dans le net ralentissement de la hausse par rapport à 2012 (177.800 chômeurs de plus (catégorie "A") en 2013 contre 283.000 en 2012), la plupart des commentaires voient dans ces chiffres la preuve d'un "pari raté" pour le chef de l'Etat. Michel Sapin rétorque :

Le pari raté, c'est vous qui le dites. François Hollande n'a jamais présenté ça comme un pari.

"Un engagement que j'ai pris"

"Un engagement, il a parlé d'un engagement", répond alors Patrick Cohen. Le 3 mai, François Hollande avait en effet affiché sa détermination sur la question de la courbe en ces termes :

C'est un engagement que j'ai pris. Ce n'est pas une parole que j'ai prononcée en l'air. Je sais qu'il y a beaucoup de doutes, de scepticisme, même des prévisions qui ne vont pas dans ce sens. (...) Qu'est-ce qu'il faudrait faire, baisser les bras, regarder que ça tombe et attendre que ça passe? Eh bien non.

Au lendemain de la publication des chiffres de décembre 2013, Michel Sapin veut lui aussi mettre en avant le volontarisme du gouvernement :

Quand vous vous fixez un objectif, et que vous êtes à deux doigts d'atteindre cet objectif, à deux mètres si on compare ça à une course, est-ce que vous vous dites l'objectif était mauvais, j'arrête, je ne bouge plus ? Non, vous accélérez. Nous n'avons pas atteint l'objectif, nous sommes à deux doigts de le faire, c'est le moment de renforcer notre politique, d'accélérer.

Création d'emplois

A l'occasion de ses vœux aux Français du 31 décembre, puis lors de sa troisième conférence de presse, François Hollande a présenté un "pacte de responsabilité" faisant baisser la fiscalité pesant sur les entreprises en échange d'un engagement de leur part sur l'emploi.

Jean-Marc Ayrault a reçu lundi les partenaires sociaux à Matignon pour s'accorder sur les modalités de ce pacte. Les négociations se poursuivent jeudi avec l'audition de la CGPME.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2014 à 22:16 :
Ce ministre est aussi mauvais dans son travail que dans sa com'.
"Nous n'avons pas atteint l'objectif, nous sommes à deux doigts de le faire, c'est le moment de renforcer notre politique, d'accélérer." Sauf que la ligne d'arrivée (fixée par vous même !), c'était le 31 Décembre 2103, et sauf que sur la photo flash de la ligne d'arrivée... vous n'aviez pas franchi celle-ci. Cela s'appelle un échec, reconnaissez le au moins ! Reformulons donc les propos de ce super ministre :
"Le train partait à minuit, nous courrions sur le quai, nous sommes à quelques mètres du wagon mais le train démarre... C'est le moment d'accélérer". La réalité, monsieur Sapin, c'est que vous faîtes parti de ces types en train de courir sur le quai alors que le train est parti. Continuez de courir en refusant de vous avouer que vous avez manqué le train, la réalité parle d'elle même.
a écrit le 30/01/2014 à 21:56 :
Je ne comprends même pas comment on peut mettre à la tête du Ministère du travail quelqu'un qui n'a jamais travaillé en dehors de la fonction publique, cette idée même est absolument sidérante. Ce ministère est en situation d'échec et on le maintient en place, c'est tout bonnement HALLUCINANT. On lui (dé)montre ses échecs, il dit "mais non, pas du tout !". Ras le bol de ce système de copinage qui nous conduit dans le mur.
Pourquoi ne pas mettre à ce poste quelqu'un issu de la société civile (vous savez, le "monde réel") qui a réussi en tant qu'entrepreneur ? Il est urgent pour notre pays de renvoyer ce type à un poste de moindre responsabilité (genre : Commission de pseudo experts déconnectés du monde que nos énarques chérissent tant). Bien que travailleur, ce type est un incompétent notoire (cf. affirmation jusqu'au bout que la courbe du chômage était inversée grâce à ses actions /soupir). Dans le monde "réel" (celui d'une entreprise), ce type aurait été remercié depuis belle lurette (et sans parachute doré, tandis que là nous allons tous lui payer un rente à vie pour ses "bons et loyaux" service en tant que ministre). Quand on voit ça, il n'est pas compliqué de comprendre pourquoi la situation ne se redresse pas : Des personnes bidons aux postes les plus importants (Hollande, Ayraut, Mosco, Montebourg... pour ne citer qu'eux). MARRE, MARRE, MARRE !
a écrit le 28/01/2014 à 23:31 :
On a gagné, on a gagné, on a gagné!
a écrit le 28/01/2014 à 19:08 :
Où sont affectées les énormes sommes d'argent de la formation professionnelle ? aux chomeurs ou aux syndicats ?
a écrit le 28/01/2014 à 18:21 :
La queue du renard sortirait de sa bouche qu'il dirait que ce n'est pas lui qui l'a mangé !
a écrit le 28/01/2014 à 17:19 :
il a bien gagné son pari puisqu'il reste en poste. quel humoriste ce Sapin...
a écrit le 28/01/2014 à 14:09 :
les pinochios !!!ils pourront toujours se convertir en arracheurs de dents après les raclées qu'ils vont prendre copieux au prochaines élections,et quand je pense qu'il y a des Français qui ont voté pour ça !!!!!
Réponse de le 28/01/2014 à 20:31 :
Ne leurs reprochez pas après un an de pouvoir on se rend bien compte que Hollande ne fait que suivre la politique de Sarkozy.
Réponse de le 30/01/2014 à 22:06 :
@diamant: Il existe quand même une différence majeure entre le gouvernement actuel et le précédant : M. Sarkozy et son équipe se sont tapés quelques mois après leur élection la plus grave crise depuis la dernière guerre mondiale, crise que personne n'avait vu venir, ce qui a complètement coulé leur plan initial (je vous accorde ça); Ceci étant dit, l'équipe actuelle connaissait tout à fait la situation en arrivant au pouvoir et il n'y a pas eu, à ma connaissance (sinon expliquez nous) de nouvelle crise majeure. Hors, dans un contexte inchangé, les résultats sont tout bonnement pitoyables. Incompétence, manque de courage, refus de voir la réalité en face, mauvaises solutions... Combien d'échecs leur faudra t-il pour voir qu'ils sont dans l'erreur ? Le Ministre du travail n'a jamais travaillé de sa vie en dehors des administrations, il est à des années lumières de la réalité du terrain et n'a pas tenu son pari de redresser la barre. Pourquoi est-il encore en poste ? Tout simplement parce que c'est un bon petit soldat qui défend le président (ce monsieur affirmait avant hier encore à la radio que, si, si, le pari était réussi... enfin, presque, mais que les choses allaient mieux) (un accroissement du nombre de chômeurs sur l'année, c'est un "mieux" pour le ministre du travail, comprenne qui pourra). Soyez courageux monsieur Sapin et démissionez ! Vous êtes resté plus de 6 mois en poste, vous aurez de toute façons vos bonus de retraite alors quittez la scène avant de nous enfoncer tous encore plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :