Valérie Fourneyron démissione, Carole Delga et Thierry Mandon entrent au gouvernement

 |   |  517  mots
Hospitalisée une première fois peu de temps après le remaniement, Valérie Fourneyron l'a été de nouveau le 15 mai. (Photo : Reuters)
Hospitalisée une première fois peu de temps après le remaniement, Valérie Fourneyron l'a été de nouveau le 15 mai. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La secrétaire d'État au Commerce quitte le gouvernement pour raisons de santé. Elle est remplacée par Carole Delga, une députée PS spécialiste des collectivités locales. Thierry Mandon, le député PS de l'Essonne, est quant à lui nommé secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification.

François Hollande a procédé mardi à un mini-remaniement gouvernemental avec la démission, pour raisons de santé, de la secrétaire d'État chargé du Commerce Valérie Fourneyron, remplacée par la députée PS Carole Delga, et la nomination du député PS Thierry Mandon comme secrétaire d'État à la Réforme de l'État.

Ministre des Sports de 2012 à 2014, Valérie Fourneyron, 54 ans, était secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Economie sociale et solidaire, depuis avril. Elle avait toutefois dû être hospitalisée dans la foulée du remaniement du printemps pour un syndrome méningé. Revenue brièvement à son poste, elle avait dû à nouveau s'absenter pour se reposer.

"Une nouvelle hospitalisation le 15 mai m'a conduit à réaliser que mon état de santé ne me permettait pas de faire face pleinement et totalement à la charge de travail quotidienne imposée à tout ministre. Ne pas pouvoir assumer mes responsabilités ministérielles à 100% n'est pas conforme à l'idée que je me fais des exigences républicaines", a déclaré l'élue de Seine-Maritime dans un communiqué, après avoir été reçue mardi après-midi par François Hollande.

Une spécialiste des collectivités locales pour la remplacer

Carole Delga, 42 ans, députée PS de Haute-Garonne et spécialiste des collectivités locales, sera donc sa remplaçante à ce poste. Née à Toulouse, elle est maire de Martres-Tolosane depuis 2008 et a été élue députée pour la première fois en 2012.

Elle est également membre de la commission des finances de l'Assemblée nationale où elle s'est spécialisée dans les finances locales et s'est également occupée des questions d'aménagement du territoire et en particulier de ruralité. 

Arrivée de "Monsieur Simplification" au gouvernement

Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé, dans le même communiqué, la nomination du député PS de l'Essonne, Thierry Mandon, au poste de secrétaire d'Etat chargé de la Réforme de l'Etat et de la Simplification, son domaine de prédilection. Il est rattaché directement au Premier ministre, Manuel Valls.

Thierry Mandon, dont le nom avait déjà circulé avec insistance parmi les ministrables lors du dernier remaniement, était également porte-parole du groupe PS à l'Assemblée nationale. Connu comme le "Monsieur Simplification", il avait déjà été député entre 1988 et 1993. Il était alors le benjamin de l'Assemblée nationale. 

Marilyse Lebranchu perd un portefeuille ministériel

L'arrivée de Thierry Mandon ne se fait toutefois pas sans heurts pour le gouvernement en place. Alors qu'elle détenait auparavant les portefeuilles de la Décentralisation, de la Réforme de l'État et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu "est nommée ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique", peut-on lire dans le décret relatif à la composition du gouvernement.

Proche de Martine Aubry, ex-secrétaire d'Etat puis garde des Sceaux dans le gouvernement Jospin, Marylise Lebranchu, 67 ans, avait conservé ses attributions du gouvernement Ayrault lors de la formation de celui dirigé par Manuel Valls. Jusqu'à ce jour. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2014 à 9:33 :
Enfin une qui a compris que flanby ne ferait jamais rien de sérieux et qui se casse en trouvant un prétexte...
Réponse de le 04/06/2014 à 15:23 :
oui en d'"autres termes, il vaut être malade et partir que d'être en bonne santé et rester.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :