Bygmalion : Lavrilleux, sur le point d'être exclu, quitte l'UMP

 |   |  344  mots
Ceux qui ont engagé cette procédure le font pour des mauvaises raisons, des petites raisons de mesquineries personnelles pour régler des comptes par personnes interposées, a expliqué le député européen.
"Ceux qui ont engagé cette procédure le font pour des mauvaises raisons, des petites raisons de mesquineries personnelles pour régler des comptes par personnes interposées", a expliqué le député européen. (Crédits : reuters.com)
Menacé par une procédure d'exclusion, l'ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et directeur de cabinet de Jean-François Copé a annoncé mercredi qu'il se met "en congé" du parti d'opposition.

Il a finalement décidé de claquer la porte. Jérôme Lavrilleux, à l'origine des révélations sur un système présumé de fausses factures durant la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012, était convoqué mardi 21 octobre au siège de l'UMP à la suite d'une procédure de suspension à son encontre. Mais, risquant d'être exclu du parti par le bureau politique, il a pris les devants, estimant son sort "écrit d'avance":

"J'ai pris la décision devant cette mascarade de procédure tronquée de me mettre en congé de l'UMP et je ne renouvellerai pas cette année ma cotisation à ce qui a été ma famille politique pendant très longtemps", a-t-il annoncé mercredi 15 octobre sur RTL.

L'eurodéputé, qui fut directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy et directeur de cabinet de Jean-François Copé à la tête du parti d'opposition, n'avait pas répondu à une première convocation le 8 octobre.

"Peloton d'exécution"

"J'ai vraiment l'impression d'avoir à affronter une sorte de justice d'exception avec un peloton d'exécution qui est déjà réuni", a-t-il expliqué.

"(...) à un moment ou à un autre, il faut arrêter de se ridiculiser : ceux qui ont engagé cette procédure le font pour des mauvaises raisons, des petites raisons de mesquineries personnelles pour régler des comptes par personnes interposées", a-t-il encore expliqué, précisant penser "clairement à François Fillon et sans doute à Alain Juppé".

"L'honnêteté n'empêche pas la maladresse"

Jérôme Lavrilleux, qui avait menacé de reprendre sa liberté de parole dans l'hypothèse de son éviction, a déclaré cette semaine dans L'Express avoir "du mal à imaginer" que Nicolas Sarkozy ne connaissait pas Bygmalion, la société de communication au coeur du système présumé frauduleux de la campagne de 2012, comme ce dernier l'affirme. Il continue toutefois d'exonérer l'ancien président.

"L'honnêteté n'empêche pas la maladresse", a affirmé le député européen, qui a fait savoir qu'il voterait pour Nicolas Sarkozy lors de l'élection à la présidence de l'UMP, le 29 novembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2014 à 12:47 :
Cet individu n' est qu' un simple fusible il faut qu'il accepte ce rôle. Maintenant les petits pois vont se charger de le faire parler.
a écrit le 16/10/2014 à 11:10 :
Le seul intérêt à ce feuilleton est qu'il finisse par dire quelque chose d'utile pour la transparence de la vie politique. Enfin, on peut rêver...
a écrit le 16/10/2014 à 10:50 :
Donc il va parler?
a écrit le 16/10/2014 à 10:35 :
Sont-ils là pour nous amuser alors que l'on devine qu'aucun d'entre eux ne sera jamais inquiété. Il est là le véritable scandale et la honte pour toute la classe politique.
a écrit le 16/10/2014 à 9:39 :
Va t il parler ou s est il fait acheter??? l avenir nous le dira....
a écrit le 16/10/2014 à 6:48 :
Résumé: la "maladresse" à plusieurs millions d'euros c'est du déni de réalité .
a écrit le 16/10/2014 à 5:54 :
Et si il nous disait TOUT? L'heure n'est-elle pas à la transparence ?
a écrit le 15/10/2014 à 19:46 :
Depuis quand les fusibles se mettent ils à parler?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :