Loi Macron : la France engage ses réformes à petit pas

 |  | 1806 mots
Lecture 9 min.
François Hollande lors de son allocution des voeux, au Palais de l'Élysée, le 31 décembre 2014.
François Hollande lors de son allocution des voeux, au Palais de l'Élysée, le 31 décembre 2014. (Crédits : © POOL New / Reuters)
François Hollande a prévenu : pour sortir l'économie française de l'ornière et réduire le chômage, il prendra tous les risques ! Des réformes, le gouvernement en mène, avec la loi Macron, discutée ce jour à l'Assemblée nationale, mais à son rythme et sans trop bousculer les Français...

« Je changerai tout ce qui bloque, empêche, freine et nuit à l'égalité et au progrès et de ce point de vue, je prendrai tous les risques », a déclaré le 5 janvier le chef de l'État lors de sa rentrée sur France Inter.

Débattu au Parlement à partir du 26 janvier, le projet de loi pour la croissance et l'activité porté par Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie, prévoit notamment d'assouplir le travail le dimanche et en soirée, de mieux contrôler les sociétés d'autoroutes, de libéraliser le transport par autocar, de moderniser les professions réglementées du droit, de professionnaliser les prud'hommes, de favoriser l'épargne salariale et de simplifier l'actionnariat salarié.

« Je suis confiant au sujet de son adoption. C'est une loi de liberté et une loi de progrès, notamment car les salariés qui vont être concernés vont être volontaires et davantage payés », a poursuivi François Hollande évoquant l'assouplissement du travail dominical en dépit des protestations de l'aile gauche de la majorité et d'une partie des syndicats de salariés.

Avec cette loi, l'exécutif frappe-t-il un grand coup ? « Ce n'est pas la loi du siècle », a ensuite convenu François Hollande, rappelant sur le point précis du travail dominical qu'il y a déjà « beaucoup de monde qui travaille le dimanche ». Le chef de l'État a raison. S'il peut heurter certaines sensibilités, notamment à gauche, le projet de loi Macron n'est pas franchement révolutionnaire. Il ne menace pas le modèle social français. De ce point de vue, le plafonnement des allocations familiales en fonction des revenus intégré au budget 2015 et voté cet automne par le Parlement fut bien plus déstabilisant. Au nom de la lutte contre le chômage, le chef de l'État est-il décidé à agir avec plus de vigueur ? Oui... et non. Tout dépend du sens que l'on entend donner au mot « réforme ». Valérie Pécresse, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, demande à François Hollande de « l'audace » en « cassant » les 35 heures et en instituant le contrat de travail unique. Ce à quoi le Président a indirectement répondu, lors de son intervention du 5 janvier :

« Faut-il tout démolir pour qu'il n'y ait plus de modèle français ? Ce n'est pas mon choix. »

Une façon de répondre à ceux qui attendent, en 2015, au nom de la lutte contre le chômage, une remise en cause de fond en comble du fonctionnement du marché du travail.

La politique des petits pas, « À la Chirac »

Pas de grand chambardement donc à attendre pour cette année. Plutôt une poursuite de la politique des petits pas, moins spectaculaire, certes, de ce que souhaiteraient la Commission européenne, nos voisins allemands ou encore l'OCDE, qui n'ont de cesse d'exhorter la France à mener « des réformes structurelles, certes douloureuses, mais nécessaires », selon la formule consacrée et... éculée. Des réformes, la France en mène, mais à son rythme.

« Il ne faut jamais bousculer la France », aimait à répéter Jacques Chirac. François Hollande semble avoir fait sien cet adage, qu'il s'agisse de la réforme territoriale, de la fiscalité des entreprises, de l'assouplissement des règles régissant le marché du travail, etc. L'année 2015 va donc plutôt se caractériser par un approfondissement et une concrétisation de la politique de l'offre définie par le président de la République, il y a tout juste un an.

Le choc de simplification sera amplifié.

« Il est urgent d'agir en ce sens. La complexité peut décourager les investisseurs étrangers de s'implanter en France », a expliqué Pascale Pérez, la directrice des affaires corporate du groupe Mars, lors du colloque « La France se réforme » organisé le 12 janvier à Bercy par le Trésor.

« La France a encore des efforts à faire dans ce domaine, car la compétition est rude avec ses voisins européens », a prolongé Christophe de Maistre, le président de Siemens France, rappelant l'épaisseur croissante du Code du travail.

Très attendu par les chefs d'entreprise, le fameux pacte de responsabilité - et les 41 milliards, sur trois ans, d'allégements sur les prélèvements qui l'accompagnent, soit plus de deux points de PIB - entre dans les faits cette année. Ainsi, petite révolution silencieuse, depuis le 1er janvier, avec l'entrée en application de la réforme des allégements de cotisations sociales patronales pour les salaires inférieurs à 1,6 Smic, ajoutée à la baisse des cotisations patronales d'allocations familiales, le dispositif « zéro charge patronale » au niveau du Smic, annoncé le 8 avril 2014 par Manuel Valls, devient une réalité. Du moins pour les cotisations patronales relevant de la Sécurité sociale (soit environ 30 points). Il restera toujours à l'employeur à s'acquitter des cotisations pour les retraites complémentaires, l'assurance chômage, etc.

Une réforme importante qui devait améliorer la compétitivité des entreprises françaises, notamment des TPE, et contribuer à freiner encore l'évolution du coût de la maind'oeuvre. Déjà, au troisième trimestre 2014 grâce aux premiers effets du crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice), le coût horaire du travail s'établissait à 35,6 euros, en hausse de 0,5% sur un an, contre une progression de 1,3 % pour l'ensemble de la zone euro et de 2,2% pour l'Allemagne. Mieux, dans l'industrie manufacturière, la France fait mieux que l'Allemagne avec un coût horaire de 36,8 euros, en hausse de 0,6% sur un an, contre 37,9 euros outre-Rhin, en progression de 2,3 % sur un an.

La réforme du marché du travail avance masquée

L'autre révolution silencieuse en cours concerne le marché du travail. Là aussi, François Hollande a choisi la méthode douce, ce qui n'était pas le choix initial de son premier ministre Manuel Valls ou de son ministre de l'Économie Emmanuel Macron, qui seraient davantage adeptes du passage en force.

À l'origine, avec son projet de loi, Emmanuel Macron souhaitait aller très loin. On le savait très tenté d'introduire des règles remettant en cause la référence à la durée légale hebdomadaire de 35 heures, afin de laisser à la négociation d'entreprise le soin de fixer par accord le seuil de déclenchement des heures supplémentaires. Il voulait aussi inclure dans son projet de loi des dispositions modifiant les règles actuelles régissant le contrat de travail à durée déterminée pour ouvrir la voie au contrat de travail unique. Il aurait également souhaité revoir les dispositions relatives à la revalorisation du Smic afin de freiner son évolution. Mais sur chacun de ces points, il a dû s'autocensurer, le président de la République ayant dit « niet » : on ne touche pas à ces sujets, sous peine de déclencher une bronca dans les rangs de la majorité.

En revanche, dans l'avant-projet de loi, il était prévu d'accueillir, dans un chapitre consacré au résultat de la négociation en cours entre le patronat et les syndicats sur le dialogue social en entreprise, la question des seuils sociaux. Tout comme devaient figurer des évolutions possibles de l'accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 relatif à « la sécurisation de l'emploi », transformé en loi en juin 2013. Tout ceci a disparu. Mieux, Manuel Valls s'est soudainement rappelé qu'il avait un ministre du Travail, François Rebsamen, compétent pour traiter des questions relatives à l'emploi. Ainsi, finalement le Premier ministre a annoncé que le résultat, positif ou négatif, de la difficile négociation en cours sur le dialogue social - qui doit normalement s'achever dans les jours qui viennent - serait repris dans une loi autonome « que portera François Rebsamen ». Il y aura donc cette année, quoi qu'il arrive, une réforme des seuils sociaux et des institutions représentatives du personnel en entreprises. Quasiment une première depuis les lois Auroux de 1982.

Mieux, François Hollande pourrait bien enterrer en douceur la question des 35 heures légales. Actuellement, depuis l'accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013, les entreprises rencontrant de grandes « difficultés conjoncturelles » ont la possibilité de conclure avec les syndicats un accord - majoritaire - prévoyant une baisse des rémunérations et/ou une augmentation du temps de travail en échange du maintien des emplois.

Ces accords sont valables pour deux ans et sont encadrés par de très nombreux garde-fous. Trop, pour le patronat qui apporte pour preuve que seuls... cinq textes de ce type ont été conclus. Le Medef veut donc revoir les conditions de signature de ces accords qui permettent d'augmenter éventuellement la durée du travail sans avoir à rémunérer des « heures sup ». Sa grande demande est également d'étendre le champ du possible pour la signature de tels accords. En d'autres termes, ils ne devraient plus être réservés aux seules entreprises « en grande difficulté conjoncturelle ».

Il conviendrait de rendre possible leur conclusion également dans des entreprises qui prévoient ou veulent anticiper des difficultés à venir... C'est-à-dire, in fine, la quasi-totalité des entreprises. Or, on sait Emmanuel Macron et Manuel Valls sensibles à ce discours et aux arguments du Medef. D'autant plus que certains économistes proches de l'actuelle majorité tiennent à peu près le même discours. Il s'agirait là d'une façon souple de contourner la législation des 35 heures tout en bloquant les salaires. Or, le Premier ministre a annoncé qu'il « réunirait à Matignon en janvier les partenaires sociaux pour voir ensemble quelles améliorations nous pouvons apporter ».

De fait, depuis la loi Larcher de 2007, tout projet de modification du code du travail doit d'abord faire l'objet d'une négociation entre partenaires sociaux. De deux choses, l'une : soit patronat et syndicats trouvent un terrain d'entente pour faire évoluer ces accords de maintien de l'emploi, ce qui ne sera pas facile ; soit, en cas d'échec, le gouvernement a les mains libres pour légiférer. Il aura alors toute latitude pour étendre le champ des accords de maintien de l'emploi... à condition de trouver une majorité. Mais les défections à attendre sur sa gauche seront peut-être compensées par un apport de voix sur sa droite. Si c'est le cas, on tiendrait là la grande réforme de 2015...

Cette stratégie sera-t-elle payante pour l'exécutif ? Les fruits de ces réformes seront-ils cueillis avant 2017, permettant ainsi à François Hollande d'être un candidat sérieux à sa succession ? Rien n'est moins sûr.

« Les réformes produisent leurs effets sur l'activité beaucoup plus rapidement quand elles sont lancées en période de croissance. Sinon, il faut attendre souvent plus de cinq ans », expliquait Pierre-Olivier Beffy, chef économiste chez Exane, lors du colloque organisé par le Trésor.

_______

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2015 à 14:51 :
LES PETITS RUISEAUS FONT LES GRANDE RIVIERES???
a écrit le 27/01/2015 à 10:31 :
C'est du pipo on n traite pas un cancer avec de l'homeopathie!!!
a écrit le 27/01/2015 à 9:27 :
A petit pas où l'art de faire du surplace 'moi président' connait la chanson...et à la finale taxes, impôts, diminution des revenus tous azimut sur les classes moyennes, les retraités et les chômeurs....
a écrit le 27/01/2015 à 6:57 :
Une fois de plus les réformes sont pour le monde du prive
Surtout ne pas toucher à son électorat et aux privilèges de nos politiques
Et toujours pas d'économies !!
a écrit le 26/01/2015 à 22:19 :
Le probleme avec la Loi Macron qu'on pourrait aussi nommer loi Atali c'est que le gain espéré d'emplois n'est pas chiffré ce qui est le but meme de cette loi
a écrit le 26/01/2015 à 19:20 :
Que Monsieur le Président de la République s'inquiète de tout ce qui bloque l'initiative, l'entreprise - Les exemples quotidiens foisonnent -
Que Monsieur le Président de la République s'inquiète de sa bureaucratie, de ses amis , des corporatismes , qui au centre de chaque rouage , brisent les Français qui se tiennent debout, cible privilégiée , entre autre de son administration.
Pour l'instant, il ne s'agit que de mettre du " poids à la fumée " dans ces ministères de la parlotte...
a écrit le 26/01/2015 à 16:23 :
Il faut prendre acte de sa volonté de se débarrasser d'un bonne partie de la fonction publique afin d'arriver à une gestion saine: Exit l'éducation nationale, Exit la fonction publique territoriale, exit la fonction publique de la santé, exit la fonction publique de la justice( enfin des juges élus,et des prisons privées) ! Reste plus qu'a dissoudre le parti socialiste et tous ceux en iste et enfin la France pourra progresser dans le bon sens!
a écrit le 26/01/2015 à 16:05 :
Je changerai tout ce qui bloque, Alors qu'il dégage!!!!!
a écrit le 26/01/2015 à 15:57 :
chi va piano va sano e va lontano (qui va doucement va sainement et va loin).
et comme dit ci-dessus, faut pas trop bousculer les Français.
a écrit le 26/01/2015 à 15:37 :
Il a dit : Je changerai tout ce qui bloque, empêche, freine et nuit à l'égalité et au progrès.
Et pourquoi il ne baisse pas les impots et taxes. Et pourquoi il ne diminue pas de façon drastique le poids de l'administration française ?? Bref, il continue à raconter n'importe quoi.
Nous avons trouvé une personne qui le croit. Lui meme §§
Réponse de le 26/01/2015 à 19:12 :
Parce qu'il n'a toujours pas commencer à réduire le nombre des politiciens (assemblés, sénats, ministres et tous ceux qui travaillent en leurs noms) et donc il ne fait pas d'économies car il virent seulement ceux qui servait comme les secrétaires de l’accueil de la CAF et tous ceux qui servent et coutent le moins pour conserver leurs places...
a écrit le 26/01/2015 à 15:26 :
Que faut-il attendre de mini réformes à petite vitesse ?
Réponse de le 26/01/2015 à 19:09 :
Un gros score du FN en 2017 !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :