Une annulation de la dette grecque n'aurait pas d'effet sur les impôts en France

Des experts au plus haut niveau estiment qu'un effacement de la dette grecque provoquerait nécessairement une hausse des impôts, notamment en France. Une affirmation erronée, liée au mythe d'un remboursement de la dette publique par les contribuables
Ivan Best

3 mn

Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, dimanche à Bercy
Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances, dimanche à Bercy (Crédits : Reuters)

Si les Grecs effaçaient leur dette, chaque Français devrait payer 731 euros d'impôt en plus. Cette affirmation émane du quotidien financier l'Agefi. Ce calcul correspond aux conséquences de l'annulation des 40 milliards d'euros que la France a théoriquement prêtés à la Grèce, via différents canaux (FESF, MES...). Une perspective qui s'éloigne, le gouvernement grec proposant plutôt, désormais, la création d'obligations perpétuelles, et non l'effacement de la dette. Une décision liée, semble-t-il à la crainte de se mettre à dos les contribuables de nombreux pays européens.

Cette affirmation est-elle juste? L'idée qu'une une annulation de la dette grecque provoquerait, nécessairement, une hausse des impôts n'est pas seulement mise en avant par la presse. Un banquier central n'hésite pas à la défendre, face aux affirmations contraires de Matthieu Pigasse. Interrogé sur l'impact d'une telle restructuration pour les citoyens Français, ce banquier d'affaires a estimé qu'il serait "quasi-nul". Banquier chez Lazard,  missionné pour conseiller le gouvernement grec, cet ex haut fonctionnaire, bon connaisseur de la sphère publique, a récusé l'idée d'une hausse d'impôt obligatoire:

"Cette dette a déjà été émise donc elle est déjà incorporée dans les ratios dette sur PIB des pays européens. Vous pouvez annuler une partie de la dette grecque, une partie des créances françaises, cela n'impactera en rien la dette française" a-t-il déclaré le 30 janvier.

"Comme l'argent a déjà été sorti, cela n'aura aucun impact budgétaire réel (...) Le seul impact est un impact comptable", a-t-il poursuivi.

Pigasse est dans le vrai

Qui a raison? Ceux qui jugent inéluctable une hausse massive des impôts en cas d'effacement de la dette grecque, ou Matthieu Pigasse? C'est ce dernier qui est dans le vrai. De fait, pour prêter à la Grèce, le Trésor a déjà emprunté sur les marchés. Il a fallu s'endetter, et cette dette est déjà intégrée à la dette publique. Que se passerait-il si les 40 milliards de créance sur la Grèce étaient annulés? Comptablement, il faudrait augmenter le déficit public d'autant -soit deux points de PIB- l'année où l'annulation est actée. Mais un seul exercice budgétaire serait impacté, une seule année.

Bruxelles verrait cette augmentation comme temporaire, exceptionnelle, non récurrente. Elle ne changerait rien à la trajectoire de réduction du déficit public. Et en aucun cas, le gouvernement ne serait contraint d'augmenter les impôts.

Le mythe du remboursement de la dette par les contribuables

Certains politiques ont colporté l'idée selon laquelle, si les Grecs ne remboursent pas les fameux 40 milliards d'euros prêtés, ce serait aux contribuables français de le faire. Cette thèse traduit une méconnaissance du circuit de financement des Etats ayant accès aux marchés financiers (à la différence de la Grèce). En France comme ailleurs, les contribuables ne remboursent jamais la dette publique. Quand un emprunt obligataire ou autre arrive à échéance, l'Agence France Trésor (AFT) emprunte pour un montant équivalent sur les marchés, afin de le rembourser. Ainsi, en 2013, l'AFT a emprunté à moyen et long terme 186,3 milliards d'euros, qui ont servi, à hauteur de 106,7 milliards, à rembourser ("amortissement") des emprunts arrivant à échéance, le reste finançant, principalement, le déficit budgétaire.

Le budget de l'Etat ne comporte donc aucune ligne "remboursement de la dette". Ce qui figure au budget, ce sont les intérêts sur cette dette, et seulement les intérêts.

Le véritable impact d'une telle annulation serait la perte des recettes correspondant aux intérêts versés par l'Etat grec. Mais ces intérêts sont déjà très faibles, et pourraient être revus à la baisse.

Ivan Best

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 70
à écrit le 21/07/2015 à 14:14
Signaler
C'est navrant de voir que même à mon jeune age, je comprends mieux le fonctionnement de l'économie d'un Etat que la majorité des personnes postant des commentaires ici... Entre ceux qui pensent que les Etats rembourseront un jour leur dette (Série...

à écrit le 18/07/2015 à 18:25
Signaler
Voici probablement l'article le plus irresponsable écrit sur les conséquences d'une annulation (ou d'un défaut de paiement) sur la dette grecque. Le dernier chapitre, intitulé "Le mythe du remboursement de la dette par les contribuables", est tout si...

à écrit le 06/07/2015 à 16:49
Signaler
Si j'ai bien compris la "logique" de l'article, qu'importe que la Grèce ne rembourse pas la France, cela ne fait qu'augmenter notre propre dette, que nous ne rembourserons pas non plus! Nous n'en payons "que" les intérêts. Sauf que les taux pourraien...

à écrit le 29/06/2015 à 19:46
Signaler
Les créanciers de la Grèce espéraient faire "une bonne affaire"... et toucher de juteux bénéfices... Ils sauront qu'on ne gagne pas à tous les coups !... Cette leçon vaut bien un fromage (feta) sans doute ? ;-)

à écrit le 28/06/2015 à 8:29
Signaler
"Le véritable impact d'une telle annulation serait la perte des recettes correspondant aux intérêts versés par l'Etat grec. Mais ces intérêts sont déjà très faibles, et pourraient être revus à la baisse." Il y aurait donc des interets â payer d'un ...

à écrit le 23/06/2015 à 14:27
Signaler
Les commentaires à cet article prouvent surtout que 99% des citoyens ne comprennent rien à l'économie et au monde financier des Etats....Le lobby des banques et les politiques démago ont bien joué leur rôle de désinformateurs Maintenant tout le mond...

à écrit le 22/06/2015 à 18:38
Signaler
imaginez un hotel. Toutes les chambres sont occupées. Peut-on faire rentrer une personne de plus? Réponse du journaliste: oui. On le met le nouveau dans la chambre 1, puis on met l'occupant initial de la chambre 1 dans la 2, celui de la 2 dans l...

à écrit le 04/03/2015 à 14:50
Signaler
40 milliards pour 60 millions de français = 666 euros... J'adore ce chiffre, encore une coincidence, hein ?

à écrit le 27/02/2015 à 23:14
Signaler
j'aime ses analyses rebrousse poil : merci IVAN !

à écrit le 17/02/2015 à 4:37
Signaler
Monsieur Pigasse est mandaté par la Grèce dans la négociation. Dès lors, il est prêt a dire n'importe quoi au service de son client.

le 04/03/2015 à 2:05
Signaler
Monsieur Pigasse sait mieux de quoi il parle que vous, très certainement, Brocan2, car, lui, c'est son métier.

à écrit le 15/02/2015 à 19:29
Signaler
raisonnement étonnant, fondé sur l'idée qu'un état ne rembourse jamais : une pyramide de Ponzi perpétuelle. Mais , même en admettant ce calcul bizarre, il faudra bien payer les intérêts de l'emprunt nécessaire pour finacer les 41 milliards ...et ces ...

le 04/03/2015 à 15:08
Signaler
Donc si je comprend bien les 40 milliards qu'on a emprunté et prêté à la grèce ne coutent que leurs intérêts perpétuellement... dont la valeur actualisée (si mes cours de finances ne sont pas trop faux) est de ... 40 milliards d'euros.

le 22/06/2015 à 22:19
Signaler
Qui vous a donné ces fameux cours ? Certainement pas un vrai financier…

à écrit le 07/02/2015 à 23:23
Signaler
Si on efface la dette de la Grèce, un autre pays va aussi emprunter et se déclarer en faillite pour obtenir l'effacement. Contrairement ce qu'on essaie de nous faire croire, c'est bien l'argent des français qui finance cette dette.

à écrit le 06/02/2015 à 9:36
Signaler
Comment peut-on donner de l'argent à un pays endetté, alors que la France elle même est déjà endetté. C'est toujours les mêmes qui payent. Bientôt la France sera un pays très très très pauvre et vivra comme certains pays du monde. Dans une grande mis...

à écrit le 04/02/2015 à 19:46
Signaler
Cet article c'est " comment faire croire au gogo qu'en perdant de l'argent , on en perd pas"...bien sûr que si , on doit toujours payer . Effacer une dette c'est perdre les intérêts ET le capital à rembourser . C'est donc + de dette pour le creancier...

à écrit le 04/02/2015 à 17:32
Signaler
Je ne comprends pas. On ne peut pas rembourser les dettes (même sans leurs intérêts, payés par l'Etat) uniquement avec d'autres emprunts. Comment peut-on faire pour rembourser des dettes au final, si tout n'est qu'un jeu d'emprunts ?

à écrit le 04/02/2015 à 17:29
Signaler
PLUS PERSONNE NE CROIT CES SOIS DISANT EXPER¨TS BIEN SOUVENT A LA BOTTE DU GOUVERNEMENT

à écrit le 04/02/2015 à 16:55
Signaler
Puisque cela ne coûte rien il n'y a qu' à faire l'impasse sur la totalité de la dette grecque et puisqu'on y est effaçons la dette de tout les pays POURQUOI personne n'y a pense avant c'est c.. Tout de même !

le 23/06/2015 à 18:50
Signaler
parce que les dettes profitent aux riches via les taux d'intérêt

le 29/06/2015 à 19:58
Signaler
On ne saurait mieux dire ! Ceux qui prêtent aux états comptent bien faire un BON bénéfice... cette fois-ci, c'est raté... caramba ! on ne peut toujours gagner !

à écrit le 04/02/2015 à 16:36
Signaler
ONT A DEJA EFFACE DES DETTES A L AFRIQUE PLUS GROSE QUE CELLES LA ? ALORS POURQUOI NE PAS ANNULEZ CETTE DETTE ???

le 04/02/2015 à 18:01
Signaler
Les grecs ont triché sur leurs comptes nationaux ,ils ont bénéficié de 100 milliards de remise de dettes privées ( cela correspond à 10.000€ par grec ) Il y a quelques années lors d'une interview un chauffeur de taxi grec disait " merci l'Europe car...

le 05/02/2015 à 9:16
Signaler
Ce ne sont pas les grecs qui ont falsifié les comptes, c'est Goldman Sachs. Pourquoi le peuple devrait-il trinquer les erreurs de leurs dirigeants ? Ils ne sont pas d'accord ces grecs et ils l'ont fait savoir en votant Syrisa !

le 05/02/2015 à 19:56
Signaler
Alors pourquoi ne pas faire un emprunt de 1000....000000 miliard et demander sont annulation? Testez avec votre banquier je suis sûr qu'il acceptera. Le crédit leur a été accordé qu'il paye ou alors on annule la dette de TOUS les membre de l'Europe q...

à écrit le 04/02/2015 à 10:40
Signaler
la diminution d'impôts, la hausse des dépenses publiques ou la réduction du déficit Public qui étaient possibles lors du remboursement de la dette Grecque par les Grecs disparaissent ainsi pour les Français. Ce n'est donc pas neutre. La France empr...

le 05/02/2015 à 0:39
Signaler
Là vous avez compris ! On augmente la dette de la France pour diminuer celle de la Grèce. Vos petits-enfants vont vous remercier ...

à écrit le 04/02/2015 à 10:04
Signaler
Les dettes (publiques) sont toutes perpétuelles et ne sont en fait jamais remboursées puisque nous empruntons toujours plus pour rembourser en fait des dettes précédentes. Seuls les intérêts nous coûtent. Actuellement, les taux d'intérêts sont tellem...

à écrit le 04/02/2015 à 10:02
Signaler
L'alternative est limpide : ou la dette grecque est effacée et les Grecs ne la rembourseront pas, ou elle ne l'est pas et les Grecs ne la rembourseront pas.

le 04/02/2015 à 16:33
Signaler
PAS BESSOIN D ETRE PHYSICIEN? CHEZ NOUS ONT C EST QUIF QUIF BOURICOT???

à écrit le 04/02/2015 à 9:46
Signaler
Nous pouvons écouter tous nos experts et tous les politiques: les contribuables français se sont fait voler 40 milliards d'€ (minimum) par la Grèce et ce n'est pas fini. Alors les Micro réformes de monsieur Macron...

à écrit le 04/02/2015 à 9:31
Signaler
Mr pigasse n'est pas vraiment objectif, lors de la dernière restructuration en 2012, il a facturé pas moins de 20 millions les conseils de la banque lazard à la Grèce. Il en a également profité pour participer a des opérations de privatisation d'entr...

à écrit le 04/02/2015 à 9:23
Signaler
Miracle, en fait un simple jeu d'écriture suffit pour annuler le remboursement d'une dette. C'est en tout cas ce qu'essaie de nous faire croire cet article.

à écrit le 04/02/2015 à 8:45
Signaler
Il y a encore une erreur c'est celle de croire que l'on peut vivre à crédit tout le temps, lorsque l'a dette augmente, il y a un débiteur et créancier, c'est une écriture double dans le journal et le grand livre, on n'est plus dans la situation où l...

à écrit le 04/02/2015 à 8:36
Signaler
Moscovici à sa place à Bruxelles...caution pour dexia, ca ne coute rien ...4 milliards € Pas facile de passer un examen pour etre embaucher par l europe....sans copains politiques...reunion de clowns ou de brigands?

à écrit le 04/02/2015 à 8:31
Signaler
Ils nous prennent pour des imbeciles...ils n ont pas tort mais....pas trop loin quand meme... Des experts payés une fortune par l europe...non par le contribuable car effacement de la facture...??? pas tout compris moi...je ne suis pas expert...

à écrit le 04/02/2015 à 8:31
Signaler
Ho la bonne nouvelle nous avons déjà la part de la dette Grecque dans les compte de la France, mais jusqu'à preuve du contraire cette dette continue a augmenter du fait de l'incompétences de ceux qui nous gouvernent a tout niveaux et qui sont incapab...

à écrit le 04/02/2015 à 8:29
Signaler
Qui sont ces soit-disant experts mentionnés? Mr Pigasse et qui d'autres?

à écrit le 04/02/2015 à 8:26
Signaler
Il y a juste un petit souci avec ce genre de raisonnement l'intérêt du débiteur ne sera plus payé, qui est attaché à la dette, donc c'est une entrée en moins pour le créancier, à moins que la dette soit à taux zéro, mais sachant que la Grèce empreint...

à écrit le 04/02/2015 à 8:16
Signaler
Demandons aux grecs ( propriétaires à 80% de leur logement) de payer les dettes de la France. A chacun son tour de payer les dettes des voisins.

le 04/02/2015 à 8:28
Signaler
+1 bonne idee car cela ne change rien...et quand je pense à tous ces economistes qui ont mis plusieurs siecles à comprendre qu il suffisait d imprimer des billets et effacer les dettes pour que l'economie fonctionne....

à écrit le 04/02/2015 à 8:01
Signaler
si la dette grecque est remboursée les impôts augmenterons moins vite et la france empruntera moins pour sa dette mais il n'y a pas de réduction d’impôt à attendre. Un peu alambiqué comme article dont l'objectif est sans doute d'enlever les réticenc...

à écrit le 03/02/2015 à 23:17
Signaler
Vous ecrivez: "Quand un emprunt obligataire ou autre arrive à échéance, l'Agence France Trésor (AFT) emprunte pour un montant équivalent sur les marchés, afin de le rembourser." En effet, c'est ce que font les états. Mais il faut savoir que - étan...

à écrit le 03/02/2015 à 22:32
Signaler
€ 40.000.000 pour les Francais, donc c'est combien pour le contributable individuel?

à écrit le 03/02/2015 à 21:19
Signaler
Je suis intéressé pour faire un emprunt auprès de la tribune, en plus si je ne rembourse pas il parait que cela ne leur coutera rien. il n'y a aucun risque à me prêtez quelques millions voir plus, j'ai plein de projet pour tout dépenser.

le 15/02/2015 à 19:34
Signaler
Je suis candidat aussi. Et M Pigasse, le vertueux banquier qui s'est fâché parce que le Monde (son joujou ) parlait de HSBC, est plein aux as. Quelques millions, SVP, M Pigasse.

à écrit le 03/02/2015 à 21:12
Signaler
Cette article est totalement faux, la France a effectué un emprunt sur les marchés puis elle a prêter cette argent a la Grèce. Dans tout les cas les contribuables Français devront rembourser cet emprunt. Si la dette de la Grèce a l'égard de la France...

le 03/02/2015 à 21:31
Signaler
Je ne crois que vous ne savez pas comment fonctionne le système de financement dans une situation normale. Les contribuables français ne remboursent jamais les emprunts arrivant à échéance: ils sont remboursés au moyen de nouveaux emprunts. Renseigne...

le 03/02/2015 à 23:08
Signaler
C'est bien ce que je dit, c'est les Français qui vont devoir prendre en charge l'emprunt fait a destination de la Grèce. Nous remboursons également tout les emprunt arrivant a échéance. Effectivement a l'heure actuelle nous en contractons de nouveau ...

le 04/02/2015 à 8:03
Signaler
Comme le dirait notre grand President-Economiste : "ça ne coûtera rien aux Français, c'est l'Etat qui paiera (sic)"Au fait, d'où vient l'argent de l'Etat?

le 04/02/2015 à 9:36
Signaler
Il est absurde de dire qu'une annulatioin de la dette Grecque n'aurait pas d'impact sur la France parce que de toute façon, la France rembourse chaque emprunt par un nouvel emprunt. La capacité d'emprunter de la France n'est pas illimitée, elle est m...

à écrit le 03/02/2015 à 20:58
Signaler
Quelles inepties. C'est probablement la dernière fois que je lis la tribune pour un certain temps devant de telles bêtises de la part de son rédacteur en chef. Merci de m'avoir redirigé vers l'AGEFI ou les journalistes ont l'air de savoir de quoi ils...

à écrit le 03/02/2015 à 20:51
Signaler
Cet article va à l'encontre de toutes les bases de l'économie. Forcement sans justification, puisqu'il n'y en a pas. C'est étonnant dans un journal comme la tribune. Je comprends que Mr Pigasse colporte ce genre de propos, puisqu'il sera payé si cela...

à écrit le 03/02/2015 à 20:37
Signaler
Les informations emanant de cet article sont fausses. La contribution au FESF, qui est de 141 milliards à ce jour, est faite sous forme de garantie. Cela signifie qu'en cas de defaut de paiement, la France devra essuyer la perte liee à la garantie. D...

à écrit le 03/02/2015 à 19:06
Signaler
Alors ce qui sera fait pour les Grecs pourras être fait pour d'autres états endettés. Normal, pas de discrimination étatique au sein de l'Europe.

à écrit le 03/02/2015 à 18:41
Signaler
De toute façon, nous sommes sauvé, nous avons encore le Sapin de Noël.

à écrit le 03/02/2015 à 18:35
Signaler
Cette article est totalement faux, la France a effectué un emprunt sur les marchés puis elle a prêter cette argent a la Grèce. Dans tout les cas les contribuables Français devront rembourser cet emprunt. Si la dette de la Grèce a l'égard de la France...

le 03/02/2015 à 20:05
Signaler
En effet, cela s'appelle de la manipulation - ou de l'incompétence.

le 03/02/2015 à 20:26
Signaler
@La taupe ----- Entièrement de votre avis . En plus je ne savais pas que lorsque vous pretez à un tiers et qu'il ne vous rembourse pas '' ça ne vous coute rien'' dans ce cas le contribuable est bien le '' PIGEON ''

à écrit le 03/02/2015 à 18:27
Signaler
Commentaire spécieux si vous vous endettez pour prêter à votre voisin et que votre voisin ne peux vous rembourser vous aller simplement payer les intérêts et le capital à sa place.

à écrit le 03/02/2015 à 18:07
Signaler
Si c'était vrai, pourquoi remboursons nous notre propre dette, puisque cela n'impacte pas nos créanciers....ou si peu !!!!

à écrit le 03/02/2015 à 18:05
Signaler
je propose une gigantesque class action contre nos politiques et ce gouvernement qui ne cesse d augmenter les impôts pour annuler des dettes et nous dit que ça n aura pas d impact ! donc âpre ma plainte contre Valerie Trierweiler or recels de déto...

le 03/02/2015 à 19:23
Signaler
Allez voter en 2017 et pas pour les gros parties ni blanc ou nul.

à écrit le 03/02/2015 à 17:56
Signaler
Cet article est totalement idiot. Opposer ainsi la vision budgétaire à la vision comptable est inepte. Ce sont 40 milliards qui ne rentreront pas dans les caisses de l'Etat et qui seront donc bel et bien financés in fine par les contribuables françai...

le 03/02/2015 à 18:27
Signaler
@JG: tout à fait, car les 40 milliards empruntés par la France pour la Grèce devront être remboursés par le contribuable français :-)

le 03/02/2015 à 22:29
Signaler
Même réponse que ci-dessus. Vous ne connaissez pas le fonctionnement des finances publiques. Les contribuables ne remboursent jamais la dette. Ils n'auront donc jamais à rembourser ces 40 millards. Les emprunts qui arrivent à échéance sont remboursés...

le 04/02/2015 à 1:14
Signaler
Bonjour, Le message de l'article est de dire que les impôts n'augmenteront pas cette année de 731 euros par personne si la dette grecque était annulée. C'est vrai. Ce que tous les commentaires laissés disent, c'est que si la dette est annulée, les ...

le 04/02/2015 à 14:38
Signaler
Quid du court terme : l'Etat encaisse une marge sur les prêts accordés (la France emprunte à des taux inférieurs à ceux imposés à la Grèce) : ces gains devaient représenter plus de 300 millions d'euros d'intérêts en 2011 ! Ok on les a aidés, mais au...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.