L'économie japonaise en pleine morosité

La banque du Japon et le gouvernement nippon ne cachent pas leur inquiétude. Les entreprises du pays commencent à subir le ralentissement économique.

L'économie japonaise continuera à stagner en raison du ralentissement mondial qui affecte ses exportations, a déclaré lundi le gouverneur de la Banque du Japon (BoJ), Masaaki Shirakawa, alors que le gouvernement nippon s'est lui aussi déclaré pessimiste.
Les bénéfices des entreprises sont en train de rétrécir, et les sociétés réduisent leurs investissements en capital, a averti M. Shirakawa au cours d'une réunion des chefs des succursales régionales de la BoJ.
"L'économie de notre pays est actuellement stagnante, en partie à cause d'exportations plus faibles résultant des effets persistants des prix élevés de l'énergie et des matières premières et d'un ralentissement des économies étrangères", a déclaré le gouverneur.
"A l'avenir, il est hautement probable que l'économie continuera à stagner, car il est devenu clair que les économies étrangères poursuivent leur ralentissement", a-t-il ajouté.
Chacune des neuf succursales de la BoJ a revu à la baisse les perspectives économiques pour la région dont elle est chargée. C'est la première fois qu'un tel abaissement simultané se produit depuis que des rapports régionaux trimestriels ont commencé à être publiés par la BoJ, en 2005.
Dans chacune des neuf régions, "le rythme de croissance des exportations a ralenti. Les bénéfices des entreprises ont continué à diminuer principalement à cause de la détérioration des termes de l'échange, et le moral des entrepreneurs est devenu encore plus méfiant", a résumé le document de la BoJ.
Les perspectives les plus pessimistes affectent les régions rurales du nord du Japon, notamment la grande île de Hokkaido où "l'économie se trouve dans une situation plutôt grave", selon la succursale locale de la banque centrale.
Pour les régions de Tokyo et Osaka, poumons économiques de l'archipel, "la croissance économique est molle", notent les succursales locales.
Dans son rapport économique mensuel, également rendu public lundi, le gouvernement japonais a lui aussi émis une opinion pessimiste.
L'économie du Japon "a faibli davantage", a noté le gouvernement dans ce document. Le précédent rapport, en septembre, se contentait d'affirmer que l'économie "faiblit". Ce type de subtilité sémantique est généralement considéré comme un abaissement des perspectives économiques de l'exécutif.
Le même document estime que les Etats-Unis sont désormais "en récession".
L'économie du Japon a subi sa pire contraction en sept ans pendant le trimestre d'avril à juin (-0,7% par rapport au trimestre précédent et -3% en rythme annuel). Beaucoup d'économistes estiment que la deuxième économie mondiale est dores et déjà entrée en récession.
Les chiffres de la croissance pour le trimestre de juillet à septembre seront publiés le 18 novembre. Un deuxième trimestre consécutif de recul marquerait l'entrée formelle du Japon en récession, selon la définition la plus couramment admise par les économistes.

 

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.