Les Etats-Unis accusent la Chine de "manipuler" sa monnaie

 |   |  445  mots
Le président Barack Obama estime que la Chine "manipule" sa monnaie, a affirmé Timothy Geithner, le nouveau secrétaire du Trésor américain. Un terme que l'administration Bush s'est toujours refusée d'utiliser et qui pourrait conduire à de nouvelles mesures pour enjoindre Pékin à réévaluer le yuan.

Washington va user "agressivement" de tous les moyens diplomatiques pour pousser Pékin à accélérer sa réforme monétaire, a déclaré Timothy Geithner, le nouveau secrétaire du Trésor américain, en réponse aux questions écrites du comité des finances du Sénat américain. Il a également réitéré sa croyance dans les bienfaits d'un dollar fort.

Les propos de la nouvelle administration américaine tranchent nettement avec ceux de leurs prédécesseurs. En clair, elle accuse la Chine de "manipuler" sa monnaie, de maintenir le yuan à un niveau sous-évalué pour accentuer la compétitivité de ses entreprises sur le marché international. L'équipe de George W. Bush s'est toujours refusé à utiliser publiquement ce terme, même si le département du Trésor de l'époque pressait Pékin de revoir sa politique monétaire depuis 2005 et avait obtenu quelques améliorations.

Selon la loi américain, accuser la Chine de "manipuler" le yuan implique que le Trésor va débuter des négociations avec les autorités chinoises pour réduire le surplus commercial de la République populaire avec les Etats-Unis" et éliminé tout avantage monétaire "injuste". Cette déclaration de Timothy Geithner pourrait également donner le feu vert au Congrès pour rédiger une loi qui rendrait plus difficile l'entrée de produits chinois sur le sol américain.

Cette déclaration est osée, car elle comporte des risques que la Chine refuse de coopérer avec l'administration de Barack Obama sur plusieurs sujets de politique internationale et économique. Les marchés craignent également des représailles de la part de Pékin, qui pourrait se mettre à vendre massivement ses bonds du Trésor américain.

Mais pour Chris Rupkey, chef économiste chez Mitsubishi UFJ interrogé par Bloomberg, étant donné les relations économiques étroites entre la Chine et les Etats-Unis, de telles représailles sont irréalistes. "La Chine détient tellement de bonds du Trésor que (si elle se mettait à vendre massivement, ndlr) elle provoquerait une baisse des cours. Ce qui serait se tirer une balle dans le pied."

En revanche, pour But Ashraf, analyste à Londres également interrogé par Bloomberg, il y a une contradiction entre le soutien déclaré de Timothy Geithner à un dollar fort et ses critiques contre la faiblesse du yuan, spécialement lorsque les Etats-Unis ont besoin que la Chine finance son plan de relance économique via la dette. De plus, il craint que le moment soit mal choisi pour pointer du doigt la politique monétaire de la Chine, alors que celle-ci a vu sa croissance violemment ralentir ces derniers mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le premier combat de obama est economique , ses concitoyens l attendent sur la question de la reprise et la fin de la crise il sera exclusivement note sur ces points , nul doute qu il aura deja un allie tout trouve en la personne de nicolas sarkozy .
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La compétitivité de la Chine est étroitement lié à son mode de production qui est proche de l'esclavage avec des salaires plus que bas,une absence de protection sociale des salariés, une absence de sécurité au travail, un mépris toteal de l'environnement. Mr. Obama, il faudrait exiger que la Chine s'aligne sur les critères de production européens par exemple, pour avoir le droit de vendre en occident. Voilà ce que devrait exiger également les Européens, mais ceux-ci dorment.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Encore une fois, il n'y aura pas de sortie de crise sauf à changer drastiquement de mode de vie.
Si nous ne la faisons pas maintenant, nous nous enfoncerons et subirons au mieux crise sur crise avec appauvrissement généralisé & troubles sociaux.
Au pire ce sera la guerre.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A n'en pas douter, il est à redouter que la chine commence à vendre ses bons du Trésor. Si elle le fait, cela entraînera un effet domino avec les avoirs en pétro-dollars des potentats du moyen-orient. Il y a un risque que la confiance en la capacité de remboursement des E-U ne s'effrite et que le dollar chute vis à vis de toutes les autres monnaies. Les EU vont se retrouver bien seul avec une montagne de dettes que personne ne voudra financer. Après une ou deux années de déflation concomitante à la destruction du tissu industriel, ce sera l'hyperinflation avec un dollar qui ne voudra plus rien.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Esperons qu'il fasse mieu que sarkozy.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Un dollar fort ? Quelle rigolade ! La seule manière pour les US de payer leurs dettes c'est la planche à billets ce qui provoquera l'effondrement du dollar. C'est ça ou 15 ans de déflation à la japonaise...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oui kezaco54, d'accord avec votre commentaire. Dur pour Obama de traiter avec son créancier car les USA sont dans une position d'endettement plus mauvaaise encore que la France
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Obama a le mérite de donner un coup de pied dans la porcelaine ! Le maintien du statu-quo n'est plus tenable et la Chine participera à l'effort demandé malgré des réticences de départ bien légitimes pour un Régime qui ne veut pas se voir contraint à une solution, celle des US ! La donne permettra un nouvel horizon et un redémarrage des affaires, les Américains ont besoin de retisser des liens de production sur leur territoire, Obama en bon Amiral vient de donner l'objectif à sa flotte .C'est bien, prometteur mais après l'Europe sera en ligne de mire ainsi que la Russie .....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les accusations de l'administration Obama sont fondées, car la politique monétaire chinoise est l'une des causes premières et essentielles de la crise actuelle. La Chine mène depuis 1978 une politique monétaire qui fausse totalement la concurrence. Entre 1978 et 1993 elle a déprécié le yuan (alors surévalué comme beaucoup de monnaies de pays à économie marxiste) d'environ 3 fois par rapport au dollar ; cela n'a pas suffit et, en 1994, elle l'a encore déprécié d'environ 30% ce qui a permis de rendre l'économie chinoise hyper-compétitive à l'export. De 1994 à 2004 le cours yuan/dollar est resté stable et depuis 2004 le yuan s'est très légèrement apprécié. De fait - et si les autorités chinoises avaient laissé joué les règles du marché pour leur monnaie - le yuan aurait du commencer à s'apprécier très sérieusement dès 2003, époque à partir de laquelle l'expansion de l'économie chinoise et de son commerce extérieur très largement excédentaire lui ont permis d'accumuler des réserves de change considérable (150 milliards USD en 2004, soit presque autant que les réserves en USD de la zone euro dont le pib était, alors, environ 4 fois supérieur). La logique d'une économie libérale eut voulu que le yuan s'apprécie fortement par rapport aux autres monnaies (cf. l'exemple du DEM qui entre 1955 et 1999 s'est apprécié de 2,5 fois par rapport au dollar et de 3,5 fois par rapport au FRF): la croissance chinoise eut été légèrement moins forte, moins fondée sur les seules exportations et la Chine, qui aurait par ailleurs moins souffert de l'inflation, n'aurait pas engorgé le système financier US des 1800 milliards dollars complémentaires (entre 2005 et 2008) qu'elle n'a pas voulu laisser entrer dans son économie. Pour aboutir à ce résultat elle a conservé au yuan un caractère inconvertible, maintenu un contrôle des changes strict et imposé aux banques commerciales de constituer auprès de la banque centrale chinoise des réserves obligatoires. Cette politique chinoise a eu, par ricochet, pour effet de contraindre (i) la banque centrale du Japon à empêcher le yen de s'apprécier par rapport au dollar, ce qu'elle a fait en acquérant un nombre considérable de dollars (financé par une création de yen), les réserves de change du Japon étant de 800 milliards de dollars (ii) les pays producteurs de matières premières (Russie, pays arabes pétroliers) à faire de même pour éviter la "maladie hollandaise" (appréciation excessive de la monnaie d'un pays dont les exportations d'une matière première prennent une place disproportionnée dans l'économie du pays).
Le résultat est un "global savings glut" d'environ 3500 milliards de dollars qui en 4 ans a totalement engorgé le système monétaire américain (c'est un tiers du pib annuel des Etats Unis)qui l'a utilisé pour financer une croissance substantiellement fondée sur des crédits à des insolvables (dont les risques ont été "mondialisés" par la titrisation). Pour en sortir et revenir à l'harmonie, prétendument chère aux philosophes chinois, il n'y a pas d'autres choix que d'aider la Chine à comprendre qu'elle (i) doit jouer également sur un plan monétaire le jeu du marché et (ii) commencer par dépenser ses énormes réserves en dollars en acquérant aux Etats Unis, en Europe, aux Indes, au Japon et en Corée des biens d'équipements (dont, pourquoi pas, des centrales nucléaires).
Bravo donc à l'équipe OBAMA qui commence bien ; reste à savoir si cette voie va être tenue.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
N'est-ce pas dû aussi aux délocalisations de l'industrie occidentale, pour un profit substantiel rapide d'une minorité de nantis et au détriment du savoir faire de nos populations et de leur bien-être relatif, que nous devons cette situation?
Le beurre, l'argent du beurre et la fermière (chinoise, bien sûr)!...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'y connais rien en économie mais je crois que la chine devrais respecter son monde.Oui on a découvert le marché de la Chine mais ce marché ne profite pas a ses citouens et menace nos jobs ici,en amérique.Pourquoi le pouvoir a une petite clik,on devrais travailler pour le bien être de tous.C'est peut être un résonnement simpliste mais tout ce fait en chine alors nous nous avons plus de travail.Même ce produit bon marché nous pourons pas l'hacheter faute d'argent.Alors la pression du président des États Unis pour ramener le yan a une valeur plus élevé est justifié
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
D'accor avec Shakana, la part de richesses allant aux travailleurs modestes de la planète terre n'est pas aussi importante qu'elle devrait !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@ Dominique
Votre commentaire est d'une rare betise ... dire que la crise actuelle est la faute des chinois, j'en suis mort de rire !
Selon vous, les américains sont des anges et que des pauvres victimes de la mondialisation ....
La mondialisation a été voulu et les regles du jeux ont été crée par les américains, peut on reprocher à la Chine d'avoir reussi avec des regles qui ne sont pas les siennes ?

Le veritable enjeux d'Obama n'est pas tellement une devaluation du Yuan ( le dollar a fortement chute face à l'euro, les USA manipule t ils leur monnaie ???) mais d'imposer à la Chine de nouvelles regles du jeux plus avantageux , grosso modo : TU COURS A PIED SANS CHAUSSURE ET AVEC UN SAC DE 50KG ET MOI (USA) J AURAIS DROIT A MA GROSSE 4X4.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Oh oui les Chinois manipule sa monnaie?les ricains ils ne manipule pas le dollars depuis 60 ans?De Gaulle ne vouler pas entendre parler de cette monnaie US et il avait bien raison,la bulle internet, les subprimes,les guerres actuelle,qui finance tout ca?les Chinois et autres placement financiers qui vous ont ete vendus dans vos portefeuille,pas le contribuable US.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La Chine va droit dans un mur et c'est de sa faute tout ce qui nous arrive. Elle n'aura jamais encouragé son commerce intérieur. Elle a provoquer une récession mondial. Maintenant, elle est trop dépendante du reste du monde qui entre en récession et ses exportations vont ralentir.
Maintenant elle a deux choix perdre lentement sont argent investi dans les Bons du trésors Américains qui ne donnent presque plus de rendement, sans compter la dévaluation du billet vert.
L'autre choix est de retirer immédiatement tous les Bons américains qu'elle détiens. Le Yuen prendrait tellement de valeur que la Chine tomberais dans une crisse profonde.
Le problème américain est qu'il veulent laisser descendre leur devise pour relancer les exportations. Mais l'annonce du plan de relance dans cette période de crisse font en sorte que les capitaux afflux au États-Unis.
La preuve est que les Bons du trésors Américains ont donné un rendement négatif en décembre 2008. Le sous-estimons pas ce pays, car il sera le premier a ce sortir de cette crisse.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai lu avec attention le message de Dominique qui est entièrement "imbibé" de l'économie des nouvelles "générations".Parler de logique économique alors que le système a dérapé dans les années 90 avec des milliards de dollars de fonds d'investissemnts qui ont voulu du profit (louable) très élevé ( pas louable) à court terme, une spéculation effrénée. Avant cette dérégulation du systéme économique la rentabilté moyenne d'une entreprise indus se situait à env 8%. L'industrie réelle avait besoin de capitaux. Nos équilibriistes banquiers et autres ont fait la révérence à ses fonds en dérégulant la rentabilté qui est passé très rapidement de 8% à 12&15% pour cela nos équilibristes ont du également trouver de nouveaux axes encore plus juteux mais de plus en plus risqués et vlan la crise incontrôlable. Croyez vous normal qu'une entreprise reverse en dividende 50% ou plus de son résultat, et cela au détriment de l'investissement industriel et du pouvoir d'achat car sans pouvoir d'achat pas de croissance. Les délocalisations montrent d'ailleurs une nouvelle erreur économique que nous payons. Car la grande idée produire moins cher pour vendre plus peu être une règle libérale à condition que ceux qui ont le pouvoir d'achat c'est à dire pour l'Europe les pays de la zone Euros voient ne voit pas leur pouvoir d'achat baisser à tel point qu'il n'ont même plus les moyens d'acheter les produits délocalisés voir l'automobile et pour les pays "réceptionneurs" de nlles usines un pouvoir d'achat trop bas pour également acheté leur propre production.Le meilleur exemple DACCIA.
Alors Dominique si votre messsage est réellement très intéressant restez dans les critères d'une économie de marché libérale mais respectueuse des règles élémentaires de la finance. Les chinois que je ne défend pas bien aucontraire car il est vrai qu'il joue un jeu très personnel mais a eux seul ils sont une économie, mais la crise est plus à mettre sur le dos des US pas plus respectueuse des régles que les chinois mais initiateur de ce système dérégulé.Bonne journée et merci pour votre message.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Hypocrites et mesquins occidentaux et surtout les français: vous êtes responsables des exterminations des peuples du siècle dernier, des pillages, des voles des terres des indiens, de l'Australie, de l'Afrique ...etc. Aujourd'hui c'est vous qui êtes responsables des crises économiques et vous jetez les fautes sur la CHINE. Répugnants vous êtes. Bref, les chinois vous disent: le yuan est notre monnaie et la crise est votre problème (des américains ledisaient aus europeens). Et c'est vous qui foutez la merde dans le monde!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bobo invective mieux qu'il ne raisonne. La Fed a évidemment une responsabilité majeure dans la crise actuelle et la politique d'argent "bon marché" qu'elle a menée à compter de 2002 est l'une des autres causes essentielles de la crise (et la FED aurait du - elle en avait les moyens - arrêter quand il en était encore temps, c'est à dire en 2004 le "global savings glut" d'origine essentiellement chinoise). Mais il n'en demeure pas moins que les faits et les chiffres sont têtus et que la Chine disposait en 2008 d'environ 1900 milliards d'USD de réserves de change (soit, l'équivalent de 17% d'un pib annuel US et 9 fois plus que toutes les réserves de change de la zone euro) et que ces réserves ont été constituées pour ne pas injecter dans le système financier chinois tous les dollars produits par les excédents considérables du commerce extérieur chinois et, ce à fin d'empêcher le yuan de s'apprécier et de continuer à doper artificiellement l'économie chinoise dont la progression annuelle supérieure à 10% a contribué à causer d'énormes dégats dans les autres économies. L'expansion considérable de la masse monetaire US résultant de la politique de la Fed ET du "global savings glut" n'a apparemment pas eu pour conséquence une augmentation trop importante des biens de consommation (car l'économie chinoise produisait bon marché des produits se substituant à ceux des économies plus "développées") mais il n'en demeure pas moins qu'il y a eu une véritable inflation qui s'est logée dans les prix des actifs (immobiliers et entreprises) qui ont artificiellement augmenté hors de proportion et ont permis les dérapages spéculatifs dénoncés par Samarinda.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis Francais expatrie qui a passe la plus grande partie de ma vie aux USA,donc mon message est stop a cette mentalite de support a ce pays que je connais,les US font payer aux reste du monde leurs dettes prive et national en creant toute les bulles est crises financieres possible,maintenant vivant en extreme-orient j'apprecie beaucoup la vie.merci aux peuple Chinois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :