La gravité de la récession se confirme au Japon, la Bourse de Tokyo déprimée

 |   |  468  mots
Chute record de la production, brusque hausse du chômage, consommation en chute libre: une nouvelle série d'indicateurs catastrophiques a confirmé vendredi la gravité de la récession au Japon. A la Bourse de Tokyo, le Nikkei a abandonné plus de 3% à la clôture.

Selon des statistiques officielles, la production industrielle au Japon s'est effondrée de 9,6% en décembre sur un mois -un nouveau record historique-, le taux de chômage a bondi d'un demi point de pourcentage à 4,4%, la consommation des ménages a accéléré sa dégringolade entamée il y a dix mois (-4,6%) et le retour à la déflation se confirme dans la deuxième économie mondiale, les prix à la consommation n'ayant augmenté que de 0,2% sur un an. Tous ces chiffres se sont avérés bien plus mauvais que les prévisions des économistes.

Ils viennent s'ajouter aux résultats catastrophiques que les sociétés annoncent, notamment ce vendredi par Honda, Fujistu ou Hitachi

Selon le gouvernement, on comptait fin décembre au Japon un total de 2,7 millions de chômeurs, soit 390.000 ou 16,9% de plus qu'un an plus tôt. Et la plupart des économistes pronostiquent une aggravation de la tendance en 2009. La production industrielle, plombée par l'automobile et l'électronique, a pour sa part battu un record de baisse pour le deuxième mois d'affilée, et le gouvernement prévoit de nouvelles fortes contractions en janvier et février.
 

"Je n'ai jamais vu une chute de la production aussi brutale. Le problème est très sérieux", a déclaré le ministre de la Politique économique et budgétaire, Kaoru Yosano, ajoutant qu'il était impossible de dire quand la situation s'améliorera. "Ces chiffres sont très mauvais", a estimé Hiroshi Shiraishi, économiste chez BNP Paribas, cité par l'Agence France presse (AFP). 
 

Le Japon est entré en récession depuis le troisième trimestre 2008. Les économistes prévoient pour la plupart que la chute du produit intérieur brut (PIB) dépassera les 10% en rythme annuel au quatrième trimestre 2008. La Banque du Japon a averti pour sa part que cette sévère récession durera deux ans.
Les industries japonaises sont frappées de plein fouet par l'appréciation galopante du yen face au dollar et à l'euro, qui déprime des exportations déjà affectées par l'effondrement de la demande en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Les exportations japonaises ont ainsi connu en décembre une chute record de 35%, selon des statistiques publiées le 22 janvier.
 

L'Indice Nikkei déprimé

La Bourse de Tokyo a chuté de plus de 3% vendredi, affectée par cette série d'indicateurs économiques et de nouvelles catastrophiques pour l'économie japonaise, par le recul de Wall Street et par une vague de prises de bénéfices après les fortes hausses des derniers jours. A la clôture, l'indice Nikkei cède 257,19 points (-3,12%) à 7.994,05 points. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau lâchait pour sa part au même moment 24,44 points (-2,99%) à 794,03 points.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :