Le pétrole bondit et repasse au dessus des 50 dollars

 |   |  301  mots
Les cours du brut ont pris plus de 4 dollars pour un baril jeudi, soutenus par des rumeurs persistantes de discussions au G20 d'un plan de relance mondial de l'économie.

Le pétrole ont très nettement progressé ce jeudi alors que les principaux dirigeants mondiaux se sont mis d'accord pour octroyer 1.000 milliards de dollars supplémentaires au Fonds monétaire international et à la Banque mondiale, afin de combattre le ralentissement économique mondiale. Ces mesures pourraient être bénéfiques pour la demande en produits pétroliers, une demande dont le repli a fait plonger les cours du brut depuis leur record touché en juillet dernier à plus de 147 dollars le baril.

A la clôture du New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" a pris 4,25 dollars, à 52,64 dollars. Sur l'InterContinental Exchange (ICE), le Brent de la mer du nord a gagné 4n31 dollars, à 52,75 dollars le baril.

Les inquiétudes sur le niveau de la demande ont fait reculer les cours du brut de 6 dollars lors des quatre dernières séances. Mercredi, elles avaient été renforcées par la forte hausse des stocks hebdomadaires américains. Les réserves américaines en pétrole brut ont ainsi progressé de 2,8 millions de barils la semaine dernière, alors que les marchés s'attendaient à une hausse de 2,6 millions de barils. Et, les réserves d'essence ont grimpé de 2,2 millions de barils, à la surprise des analystes. Ces derniers tablaient en effet sur une baisse de 1,1 million de barils.

Autre facteur baissier: la publication d'une étude du cabinet suisse PetroLogistics, selon laquelle la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) demeure supérieure à ses quotas. L'offre du cartel dépasse ainsi de 655.000 barils la limite de 24,845 millions qu'il s'est fixé. Certains membres de l'Opep, comme l'Angola, l'Iran et le Venezuela, ne respecteraient pas les baisses de production décidées (4,2 millions de barils par jour au total) depuis septembre pour tenter d'enrayer la chute vertigineuse du prix du baril.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Y QU'A DEMANDER !!!!!!une gesticulation et c'est 5 à 10% d'augmentation !!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il ne faudrait pas que le plan élaboré par le G20 soit remis en cause par une forte hausse du cours du brut.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je m'appelle baril de pétrole. Par mes prix enflammés, j'ai cassé l'économie mondiale. Le G20 me fait rire car dès que l'économie mondiale sera remise en route, je vais de nouveau tout flanquer par terre. Ah, je rigole de tous ces cons qui croient diriger alors qu'ils sont tous dépendants du vrai maître du monde que je suis et resterai pour longtemps.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne comprends toujours pas que le baril ait atteint de tels sommets: qui sont les responsables?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'argent des investisseurs, qu'ils ne pouvaient plus mettre sur les marchés financiers à cause de la crise, a été investit sur les matières premières ...
Logiquement les prix ont monté pour atteindre les sommets que l'on a connu !
Maintenant, les investisseurs ont fait leurs "coups", pris de l'argent en vendant cher ce qu'ils ont acheté bas ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En reponse à FL

Je m'appelle PEAK OIL C'est bien moi le responsable de tout. Qui me gouverne ? Personne !!!! Parce que moi je suis un fait géologique, l'OPEP ne me commande pas ! Je flanque tout par terre, non, juste le capitalisme et la civilisation moderne ! Pourtant vous me connaissiez depuis 1950, mais vous m'avez pas cru ! Me voilà !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :