L'Irlande prévoit un recul de son PIB de 7% en 2009

 |   |  364  mots
L'ancien "tigre celtique" compte désormais parmi les pays les plus durement affectés par la crise économique mondiale. La banque centrale d'Irlande a annoncé ce vendredi tabler sur une contraction du produit intérieur brut de 7% en 2009 et de 3% en 2010.

La Banque centrale d'Irlande a annoncé ce vendredi, dans son bulletin trimestriel de conjoncture, tabler sur une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 7% en 2009 et de 3% l'année suivante, ce qui porterait la chute cumulée de l'activité entre 2008 et 2010 à "plus de 12%", une crise qu'elle a qualifiée de "sans précédent".

Dans son précédent bulletin, qui remontait à janvier, la banque centrale tablait encore sur une baisse de 4% "seulement" du PIB en 2009, mais son gouverneur John Hurley avait dit en mars s'attendre à ce que la contraction dépasse 6%. Le gouvernement avait quant à lui annoncé jeudi soir une baisse du PIB de 6,75% cette année.

"Avec l'aggravation de la récession mondiale et une demande intérieure exceptionnellement basse, les perspectives générales d'évolution du PIB ont continué à se détériorer ces derniers mois", a expliqué l'institution dublinoise. "L'Irlande subit une contraction sans précédent de l'activité, après un bond alimenté par le secteur du BTP, qui n'était pas durable, et qui a atteint un pic autour du début de l'année 2007", a-t-elle rappelé.

"Cette chute de l'activité économique est appelée à se prolonger cette année et l'an prochain", ajoute-t-elle, et "les conditions économiques et financières mondiales exceptionnellement difficiles ne font qu'empirer la sévérité de l'ajustement de notre économie".

L'Irlande est le premier pays de la zone euro a être entré en récession, début 2008. Son PIB s'est contracté de 2,3% sur 2008, ce qui constitue la première récession en année pleine depuis 1983 et la plus grave jamais enregistrée par les statistiques officielles.

Ce repli record contraste avec les taux de croissance spectaculaires des années précédentes (6% encore en 2007), qui avaient valu à l'Irlande le surnom de "tigre celtique".

Le gouvernement irlandais est en pleine préparation d'un collectif budgétaire, qui sera présenté présenté mardi prochain au parlement. Il vise à dégager 4 à 4,5 milliards d'euros d'économies, soit 2 à 2,5% du PIB, dans le but de contenir le déficit budgétaire à 9,5% du PIB cette année, et d'aider à le ramener en-dessous de 3% du PIB en 2013, comme Dublin s'y est engagé vis-à-vis de Bruxelles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'espère que les Irlandais confirmeront leur Non au traité de Lisbonne, véritable charte juridique du capitalisme
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voilà pour nos amis irlandais de comprendre qu'ils auront besoin de l'Europe pour sortir de leur récession que j'espère pour eux comme pour les autres pays la plus courte possible, car le chômage sera le pire fléau de cette crise qui ne peut pas laisser indifférent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et en France, comme le nuage de Tchernobyl, nous serons traversé par la crise mondiale et nous devrons connaître nous aussi très certainement une contraction du PIB plus importante que prévue (avec les conséquences que l'on imagine pour l'emploi )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :