Le pétrole grimpe à 65 dollars après la chute des stocks américains

Les cours du pétrole sont passés ce jeudi au-dessus de la barre des 65 dollars le baril à New York, pour la première fois six mois. La tendance haussière est soutenue par le repli des stocks américains.

Le baril de pétrole a poursuivi sa hausse ce jeudi, touchant de nouveaux plus haut depuis novembre dernier, après la baisse plus importante qu'anticipé des stocks américains en produits pétroliers. A New York, le brut est passé au-dessus de la barre des 65 dollars.

A la clôture New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" a pris 1,63 dollar à 65,08 dollars, touchant en séance 65,35 dollars. A Londres, le Brent de la mer du nord gagnait 1,37 dollar, à 63,87 dollars le baril.

Les stocks de pétrole brut ont de nouveau baissé la semaine dernière, chutant de 5,4 millions de barils, à 363,1 millions. Un repli bien plus élevé que celui attendu par les marchés, qui tablaient sur une baisse de 700.000 barils. Les réserves d'essences ont en revanche reculé moins fortement que prévu, de 600.000 barils contre 1,5 million de barils attendu. Enfin, les stocks en produits distillés (fioul, gaz de chauffage...) ont augmenté de 300.000 barils. Les analystes avaient anticipé une progression de 1,1 million.

Par ailleurs, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu ses quotas de production inchangés, à 24,84 millions de barils par jour (mbj), ce vendredi lors de sa conférence ministérielle. Depuis septembre 2008, le cartel a décidé de retirer du marché 4,2 mbj pour enrayer la chute des prix du brut qui étaient tombés jusqu'à 32,40 dollars à l'automne, fixant son plafond de production à son plus bas niveau depuis 2003. Ce statu quo avait largement été anticipés par les opérateurs.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
N'y voyez surtout pas un signe d'une hypothétique reprise:la Chine se soulage de ces dollards papier et les acteurs de la finance, revigorés par le tacite pardon accordés par le FMI et les grands puissances, libèrent à nouveau leur cupide appétit. ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.