13 pays dont la France rappelés à l'ordre par Bruxelles

 |   |  333  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Commission a donné à l'Allemagne, la France, l'Espagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et le Portugal jusqu'en 2013 pour mettre leur déficit en conformité avec le Pacte de stabilité et de croissance. Par ailleurs, les pays de l'Union se réuniront le 19 novembre pour désigner le futur président européen.

La Commission européenne a proposé mercredi que 13 pays de l'Union européenne ramènent leur déficit budgétaire en deçà de la barre des 3% du PIB entre 2012 et 2014/2015.
 

Le commissaire aux Affaires économiques et monétaires Joaquin Almunia a dit que réduire les déficits, gonflés à la suite de la pire récession qu'ait connu le monde depuis la Deuxième Guerre mondiale, s'imposait pour empêcher une hausse des taux d'intérêt à long terme, laquelle renchérirait le coût du service de la dette.
 

"Je pense que les dates-butoir proposées aujourd'hui sont adaptées et réalistes", explique Joaquin Almunia dans un communiqué. La Commission a donné à l'Allemagne, la France, l'Espagne, l'Autriche, les Pays-Bas, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie et le Portugal jusqu'en 2013 pour mettre leur déficit en conformité avec le Pacte de stabilité et de croissance.
 

L'Italie et la Belgique ont jusqu'en 2012, l'Irlande jusqu'en 2014 et la Grande-Bretagne jusqu'au terme de l'exercice budgétaire 2014/2015.

Par ailleurs, c'est le 19 novembre que les Chefs d'Etat et de gouvernement européens se réuniront à la demande de la présidence suédoise de l'UE (Union européenne) pour désigner le premier président européen - en poste pour deux ans et demi - en vertu du Traité de Lisbonne récemment ratifié et qui entre en vigueur le 1er décembre. Ils devront aussi désigner le futur chef de la diplomatie de l'Union et le secrétaire général du secrétariat du Conseil.

Parmi les favoris pour le poste de président, on trouve l'ex Premier ministre britannique Tony Blair mais dont les chances semblent de plus en plus minces - son soutien à George Bush lui est notamment reproché -, le Premier ministre néerlandais Jan Peter Balkende, le chef du gouvernement belge Herman Van Rompuy, soutenu par Paris et Berlin, le luxembourgeois Jean-Claude Junker, le Finlandais Paavo Lipponen, la Lettone Vaira Vike-Freiberga et l'Irlandaise Mary Robinson.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :