Lula annonce 900 milliards de dollars de grands travaux au Brésil

 |   |  357  mots
(Crédits : Reuters)
Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a lancé le "PAC 2", la deuxième phase de son "Programme d'accélération de la croissance", pour 900 milliards de dollars. L'opposition a dénoncé le caractère électoraliste de cette annonce, qui intervient en pleine campagne de la présidentielle, alors que seulement 60% des investissements prévus par la première phase du PAC ont été réalisés.

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a annoncé lundi des investissements dans de grands travaux d'infrastructures, pour un montant de 900 milliards de dollars. Ce plan constitue la seconde étape de l'ambitieux Programme d'accélération de la croissance (PAC) lancé en janvier 2007 par la présidence brésilienne. 535 milliards de dollars seront investis entre 2011 et 2014, années de l'organisation de la Coupe du monde de football (2014) et des Jeux Olympiques à Rio de Janeiro (2016). Le reste, 350 milliards de dollars, sera investi après 2014.

Le plan prévoit la construction de 2 millions de logements, de routes, de réseaux d'électricité, d'assainissement des eaux ainsi que la modernisation des ports et des voies ferrées et l'urbanisation des favelas. Le secteur de l'énergie se taillera la part du lion avec un investissement total de 600 milliards de dollars, le logement venant ensuite avec 155 milliards.

Visées électoralistes

La ministre Dilma Rousseff a présenté les chiffres du programme, le qualifiant "d'héritage béni". Et pour cause, il arrive à point nommé pour servir la campagne présidentielle de celle que Lula a officiellement intronisé pour lui succéder. Ce dernier, malgré une popularité qui ne faiblit pas, ne pourra pas se représenter à l'élection d'octobre, la constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat.

Les visées électoralistes de ces annonces sont d'autant plus évidentes que seulement 60-65% des 355 milliards d'investissements projetés par le "PAC 1" (2007 -2010) ont été réalisés jusqu'à présent, selon les sources officielles. Toujours selon le gouvernement, seulement 40% des travaux du PAC 1 sont arrivés à terme.

Si ces grands travaux ont créé 5,6 millions d'emplois entre janvier 2007 et février 2010 , rien ne dit cependant qu'ils garantiront à Dilma Rousseff le siège de la présidence. Selon un sondage du 27 mars de l'institut Datafolha, le candidat du principal parti de l'opposition, José Serra (PSDB, parti social-démocrate), creuse son avance dans les sondages, avec 36% des intentions de vote en mars, contre 32% en février. Dilma Rousseff recueille quant à elle 27% des intentions de vote, contre 28% en février. En cas de second tour, Serra obtiendrait 48% des voix contre 39% pour Rousseff.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :