L'Etat irlandais va augmenter son aide à ses banques

 |   |  265  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Dublin pourrait augmenter son aide dans la structure de défaisance des créances bancaires douteuses qui doit être mise en place ce mardi en Irlande. L'Etat va aussi accroître sa participation dans le capital des grandes banques du pays.

Une structure de défaisance des créances douteuses devrait être mise en place ce mardi en Irlande. L'aide de l'Etat pourrait y être beaucoup plus importante que prévu. Le gouvernement irlandais devrait ainsi transférer cette semaine une première tranche de prêts de 54 milliards d'euros à une "bad bank" dont la finalité est de reprendre des crédits immobiliers à risque.

Ce mardi, Dublin doit annoncer le montant des augmentations de capital auxquelles devront procéder les banques pour compenser les dépréciations liées au transfert des actifs en question vers la National Asset Management Agency (Nama), le nom de la "bad bank". Selon le Financial Times, le rôle de la "bad bank" est de purger le secteur bancaire de 81 milliards d'euros  de prêts - ou d'un cinquième de prêts totaux .

Enfin, les pouvoirs publics irlandais vont sans doute augmenter leur participation dans le capital des banques irlandaises. D'après la presse, la part de l'Etat dans Allied Irish Banks pourrait passer de 25% à 70% à la suite de ce transfert. "Nous devons faire en sorte que les banques soient en position de se financer dans un climat de confiance sur les marchés mondiaux", a dit le ministre des Finances Brian Lenihan sur la radio publique RTE. Prié de dire si l'Etat pouvait prendre une participation majoritaire dans Allied Irish, il a renvoyé au plan qui sera présenté ce mardi tout en assurant que "le nécessaire" serait fait par l'Etat irlandais. D'après l'Irish Times, la participation directe de l'Etat dans Bank of Ireland pourrait passer de 16% à 40%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :