Ce petit professeur allemand qui menace de bloquer l'aide à la Grèce

 |   |  317  mots
Joachim Starbatty, professeur à l'université de Tübingen (le barbu sur la photo), a porté plainte auprès de la cour constitutionnelle fédérale allemande à propos d'une éventuelle aide financière de Berlin à Athènes.

Un économiste allemand, qui a menacé d'intenter un recours en justice contre une aide de l'Allemagne à la Grèce, a déclaré que la cour constitutionnelle fédérale allemande ne pourrait pas rejeter sa plainte en raison du soutien croissant dont elle bénéficie. Joachim Starbatty, professeur à l'université de Tübingen (le barbu sur la photo en compagnie de trois collègues qui l'accompagnent dans son combat), a dit au journal tchèque Mlada Fronta Dnes que la meilleure solution serait pour la Grèce de sortir de la zone euro et de dévaluer sa devise pour redresser son économie et retrouver sa compétitivité.
 

"Nous nous attendons à ce que la cour constitutionnelle fédérale ne rejette pas notre plainte, parce que notre initiative a un soutien incroyable", a-t-il dit au journal. La décision que pourrait prendre la plus haute juridiction allemande reste toutefois incertaine. Elle pourrait suspendre l'aide allemande le temps d'évaluer son caractère légal, mais les experts juridiques estiment que compte tenu de l'urgence de la situation, la cour pourrait également accepter le déblocage de l'aide tout en l'étudiant. Par le passé la cour constitutionnelle fédérale a cependant réussi à statuer rapidement sur certaines affaires.
 

Selon l'universitaire allemand, les citoyens comme les élus politiques, y compris au sein du parti politique de la chancelière allemande, soutiennent son action, qui pourrait constituer un nouvel obstacle pour Angela Merkel à quelques jours d'élections importantes dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie.
Mercredi, Angela Merkel a déclaré qu'il fallait accélérer les négociations avec la Grèce pour le bien de la zone euro.
 

Au début du mois, le Rheinische Post avait rapporté que Joachim Starbatty comptait contester devant la cour constitutionnelle le dispositif d'aide en faveur de la Grèce convenu alors par les pays de la zone euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2010 à 11:39 :
il faudrait peut-être que nos voisins allemands,les grands donneurs de leçon,se souviennent qu'is sont ce qu'ils sont 1° grâce à un certain plan Marshall 2° parceque nous avons participé activement à financer leur réunification (sans laquelle Madame Merkel n'aurait pas pu accomplir une telle carrière politique (!),que,par ailleurs,les banques allemandes sont bien présentes dans le panorama grec!!!!!!!le petit intello de Tubingen devrait se souvenir que son pays qui a tout de mème dévasté l'Europe à trois reprises-ça n'est pas le cas de la Grèce que je sache-n'a jamais payé ses frasques!!!!!
Alors on est toujours dans le registre de l'arrogance de ce coté duRhin? C'est encore la conception de "l'Europe oui mais nous les maîtres"?
INQUIETANT!!!!
a écrit le 03/05/2010 à 8:03 :
Bien vu. C'est effectivement la meilleure solution.
a écrit le 02/05/2010 à 9:09 :
Que d'inexactitudes dans ces commentaires !!
1/ Si la Grèce sort de l'Euro, sa dette sera de facto augmentée du taux de dévaluation de leur monnaie traditionnelle, la drachme (qui existe depuis 2500 ans... pour ceux qui ont la mémoire courte).
2/ Si la Grèce a de très forts déficits c'est sur ces déficits que l'Allemagne - et la France - ont amélioré leurs balances de paiement en vendant des produits à Athènes (Machines outils, automobiles, agroalimentaire, constructions (Pont de Patras, Aurotoute Igoumenitsa/Istambul, Jeux Olympiques, etc...). Le client ne peux plus payer de telles dépenses ? C'est aux entreprises et aux banques allemandes et françaises de payer leur imprudence, non aux contribuables Allemands et Français...
Quant aux politiques de toutes l'Europe ils sont surtout préoccupés à conserver leurs avantages exorbitants et surtout ne pas faire de vagues... quand on ne comprend rien à la situation, feignons d'organiser l'avenir....
a écrit le 02/05/2010 à 6:30 :
Toute cette situation catastrophique est l'illustration de la totale incompétence des politiques qui se cachent régulierement derriere les commissions d'études anonymes pour ne prendre aucune décision responsable concernant les affaires publiques et collectives. Ils agissent bien autrement pour leurs affaires privées et que l'on ne vienne pas ici me parler de "populisme"!! Et quand on arrive au bord du gouffre(qui les menace directement devant leurs électeurs à courte mémoire et sans réflexion) ils prennent les mesures pénalisant le plus grand nombre qui n'a rien décidé en la matière et qui n'a jamais été consulté. VIVE LA DEMOCRATIE PAR DELEGATION DE MANDAT DONT ON NE DEMANDE JAMAIS DE BILAN. conclusion:ce n'est plus utile de voter pour donner à quelques prétentieux qui se disent aptes à penser pour les autres, l'occasion de profiter d'un système totalement hypocrite et menteur!!
a écrit le 01/05/2010 à 10:47 :
Pourquoi parler d'un "petit" professeur allemand ? C'est tout de même un professeur d'université ! Et cela fait partie de ses fonctions d'étudier, de chercher, et de s'exprimer. Alors que l'on donne trop d'importance et de crédit à ce que racontent, par exemple, les banquiers qui ne font que défendre leurs propres intérêts en essayant de manipuler l'opinion.

Ceux-ci s'opposent en particulier à la proposition suivante : pourquoi ne pas faire payer une partie du sauvetage aux détenteurs de la dette grecque ? Ils ont fait un investissement, en prenant des risques, et ils ont perdu. Ils doivent donc accepter de payer une partie de la facture, selon les règles du capitalisme. Ce n'est pas, une fois de plus, aux états de payer pour venir au secours des banques. Que les banques prennent enfin leurs responsabilités.


a écrit le 01/05/2010 à 8:06 :
La proposition de faire quitter la zonz euro à la Grèce est valable. D'ailleurs bientôt le même remède sera nécessaire pour l'Espagne et le Portugal. Enfin, le tour de la France viendra dans la foulée car nos finances sont au plus mal. Au final, il ne restera plus que les pays forts dans l'Euroland. Pour les faibles, ils pourront se regrouper et créer un euro faible dévaluable. Si on est un économiste sérieux, il faut procéder ainsi, sinon on fait tout pour faire tenir ensemble des entités antinomiques.
a écrit le 01/05/2010 à 6:48 :
Je comprends qu' un banquier qui risque de perdre 40 à 60% de sa mise demande un tau élevé. D'un autre coté sommes nous si diffférents des grecs? Souvenez vous de ce premier ministre qui en pleine bulle boursière se gaussait des allemands qui avait une croissance inférieure à la notre (grace à la consomation) mais qui ne disait pas que notre déficit devenait abyssal.
a écrit le 30/04/2010 à 21:14 :
Depuis une trentaine d?années , les députés grecques élus et représentant le peuple, comme dans la plupart des pays européens, ont spéculé dangereusement contre l?avenir de leur propre jeunesse en autorisant des déficits budgétaires et des emprunts colossaux sur les marchés financiers hors de portée des capacités financières d?une économie incapable de développer de activités productrices de richesses. L?Allemagne s?est donnée les moyens d?avoir un excédent commercial de 200 milliards d?euros par an et pourtant la monnaie est identique ! Je ne crois pas qu?au sein du parlement grecque y siègent des banquiers ou des traders qui sont aujourd?hui accusés de tous les problèmes. La lâcheté des politiques n?a plus de mesure et va conduire à la révolte des peuples d?Europe.
a écrit le 30/04/2010 à 10:06 :
les grecs ont vécu au dessus de leurs moyen et surtout ils ont mal géré leurs finances lorsque la croissance était là : quand ont-ils fait ? On peut comprendre l'Allemagne qui a fait faire beaucoup d'efforts à son peuple lors de la réunification I à quand un meilleur oeil de Bruxelles sur les états de la zone euro ; à quoi sert l'Europe ?
a écrit le 30/04/2010 à 9:38 :
l'europe l'euro ety la constitution europeene (traite de lmisbonne) devaient etre la solutions de tous nos problèmes il semble que cela soit une partie du problème. Les banques qui prétent à la Gréce à des taux indécents empruntent l'argent à la banque centrale europeene à des taux trés faible (- de 2 %) ainsi les banques qui ont provoqué cette crise vont continuer à en profiter !!!! bravo
a écrit le 30/04/2010 à 6:34 :
Les choses sont beaucoup plus simples qu'elles n'y paraissent : notre système permet que tout l'argent se retrouve concentré dans les mains de quelques-uns : du coup les gens font faillite, les banques font faillite, les états font faillite... et cela continuera ! Il n'y aura pas de reprise, partout des "bulles" feront des dégâts : comment voulez-vous qu'une reprise économique ai lieu si les gens n'ont plus ni emploie ni argent ? Croire le contraire tient de la foi ou de la stupidité.
a écrit le 30/04/2010 à 5:37 :
La Grèce renoue avec le tonneau des Danaîdes...donc emprunte à fonds perdus c'est évident c'est tout le système d'impôts grecs qu'il faut revoir!
Le malheur pour les contribuables français est qu'ils vont payer le 14ème mois de salaire des fonctionnaires grecs ! Bravo !
a écrit le 29/04/2010 à 15:12 :
La Grèce ne doit pas sortir de l'Europe et l'Europe ,les Allemands entre autres doivent l'aider ,sinon ce sera comme les moutons de Panurge ,quand un pays aura des difficultées il demandera de sortir également ,reprenant sa monnaie pour dévaluer et baisser mécaniquement la dette.Jetons leur la bouée puis soyons exigeant pour la suite. A quand une Europe Unie?
a écrit le 29/04/2010 à 14:13 :
Après l'emprunt russe, l'emprunt grec. Mais maintenant tout le monde est obligé de souscrire !!
a écrit le 29/04/2010 à 13:32 :
La Grèce n'aurait pas déclaré, il y a quelques jours, que de toutes les façons, elle ne rembourserait pas l'Allemagne.... et..qu'en est il des autres pays prêteurs ???.. La Grèce... un trou financier sans fin ....
a écrit le 29/04/2010 à 12:07 :
à quel taux les banques françaises se sont-elles vues prêtées par l'état ?? Il est proposé 5 % à la Grèce § c'est mieux que 9 ou 10 %!
l'Allemagne est réticente car elle a exigé de ses peuples beaucoup de sacrifices pour la réunification- elle a payé la PAC aussi ! mais son appartenance à l'Europe la contraindra à accepter après les élections -faute de choix - Après la Grèce l'Espagne et le Portugal ? Ces pa
a écrit le 29/04/2010 à 11:20 :
Je n'y comprend plus rien ! On parle de sauver quoi au juste, la Grèce ? l'Europe ? la France ? Plus je lis les commentaires plus je vois qu'en réalité tout le monde veut sauver la Grèce surtout pour sauver "SA" peau (c'est très rassurant !). Quand j'entends les commentaires du type "les grecs rembourserons à 5%" ou Lagarde "on va se faire 120 Millions d'intérêts" il y a tout de même de quoi être étonné. Si les Allemands on du mal à payer c'est parce qu'ils sont les seuls à admettre que jamais la Grèce ne remboursera 1centime de cette dette que ce soit à 1, 2 ,x%, comment imaginer qu'ils pourraient le faire ? Avec quoi ? Le tourisme ?.
a écrit le 29/04/2010 à 9:52 :
C´est contre la violation de l´article 125 du traité de Lisabonne.
Toi, toi, toi... je croise les doigts!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :