Fort rebond de l'euro

 |   |  425  mots
(Crédits : © )
La devise européenne est nettement repartie à la hausse ce mercredi midi après son plongeon de mardi soir face au dollar qui a suivi l'annonce de l'interdiction des ventes à découvert en Allemagne.

Montagne russe pour l'euro qui a regagne ce mercredi depuis la mi-journée plus de 1% et retrouve la barre de 1,23 dollar. Ce rebond de la monnaie unique s'explique notamment par des spéculations sur une intervention de la Banque centrale européenne (BCE) sur le marché des changes, afin d'enrayer la chute de l'euro. En outre, la baisse surprise des prix à la consommation aux Etats-Unis, la première en treize mois, joue également. Ce repli éloigne encore un peu plus la perspective d'un relèvement anticipé des taux d'intérêts outre-Atlantique.

Mardi soir, la devise européenne était tombée sous la barre de 1,22 dollar pour un euro, pour la première fois depuis avril 2006. Elle a chuté jusqu'à 1,12161 dollar après l'annonce de l'interdiction des ventes à découvert en Allemagne non suelement sur les titres des établissements fiannciers (Deutsche Bank, Commerzbank, Allianz, Munich Re, Hannover Re...) mais aussi sur les instruments financiers liés aux dettes souveraines dans la zone euro comme les CDS (credit default swap, assurance contre le défaut d'un emprunteur).

L'euro s'échangeait encore contre 1,2394 dollar lundi soir, après avoir touché en début de journée 1,2235 dollar, ce qui constituait son plus bas niveau en quatre ans face au billet vert. Ce mercredi matin, la monnaie unique ne  valait plus que 1,2167 dollar. (retrouver le cours de l'euro/dollar en temps réel).

La devise européenne était repartie à la hausse, profitant de l'annonce d'un remboursement par la Grèce de 8,5 milliards d'euros de prêts grâce au versement de l'aide européenne de 14,5 milliards. L'euro était même repassé un temps mardi au dessus de la barre de 1,24 dollar. Le repli de la monnaie unique a par la suite repris, notamment conforté par l'annonce de l'interdiction partielle des ventes à découvert en Allemagne.

Ce repli fait en tout cas le bonheur des entreprises européennes, qui semblent avoir profité de la faiblesse de l'euro en mars. Pour ce mois, la zone euro a enregistré un excédent commercial de 4,5 milliards d'euros, en forte hausse par rapport aux 2,4 milliards d'euros affichés en février et comparé au montant dégagé en mars 2009 (1,6 milliard d'euros), selon les premières estimations du bureau des statistiques européennes, Eurostat.

Les exportations ont augmenté de 22% sur un an alors que les importations n'ont progressé que de 20%. En données ajustées des variations saisonnières, l'excédent commercial s'inscrit à 600 millions d'euros, contre 3,4 milliards d' euros en février. Les exportations ont crû de 7,5% sur un mois et les importations de 10,3%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2010 à 4:01 :
La France n'est plus qu'un pays du club med, contrairement aux Allemands qui exportent des machines outils, souvent vers la Chine. De fait ils exportent leurs chômeurs au dépend des autres pays européens qui importent les produits chinois.
a écrit le 19/05/2010 à 20:33 :
penses tu à l'import ?? toute notre économie est basée sur l'import car ont est même pas concurrentiel à l'export !!!
a écrit le 19/05/2010 à 18:20 :
franchement pour l'exportation et le tourismes en France et pour l'Europe aussi
il est souhaitable que l'euro reste a 1,24$ pour 1? ça permettra a l'Europe de mieux exporter et créée de l'emploi et de la croissance un euro plus chère que le dollars c'est moins d'emploi moins de croissance et beaucoup moins d'exportations

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :