Tim Geithner somme Pékin d'agir sur le yuan

 |   |  440  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans un contexte électoral tendu, le Trésor américain décrètera le 15 octobre si la Chine manipule ou pas sa devise. En attendant, Washington a porté plainte contre Pékin devant l'OMC au sujet des cartes de paiement et de l'acier.

Même pour Timothy Geithner, la coupe est pleine. Alors que le déficit commercial accusé par les Etats-Unis vis-à-vis de la Chine s'est creusé au cours des derniers mois, le secrétaire au Trésor a musclé ses critiques jeudi au sujet du yuan, affirmant devant le Congrès qu'il était "grand temps" que Pékin réforme sa politique de change.

"En continuant de maintenir un taux de change rigide, la Chine retarde les ajustements nécessaires devant permettre d'assurer la croissance économique mondiale forte et durable dont nous avons tous besoin", a dénoncé Tim Geithner, auditionné par une commission du Capitole.

Alors que le taux de chômage américain tutoie les 10% et que des parlementaires essaient de réunir des voix nécessaires pour imposer des sanctions aux exportations chinoises aux Etats-Unis, l'administration Obama a jusqu'à présent tenté de calmer la gronde du Congrès. Mais à l'approche des élections de mi-mandat du 2 novembre où les démocrates craignent de perdre leur majorité, un nombre croissant d'élus s'impatientent. Car depuis que Pékin a annoncé la fin du rattachement de sa devise au dollar en juin, le yuan ne s'est apprécié de 1,25%. Certains parlementaires estiment la sous-évaluation de la devise chinoise face au billet vert de 25% à 40%.

Craintes de sanctions commerciales

Le secrétaire au Trésor s'est donc engagé à "prendre en compte les décisions de la Chine dans l'élaboration du prochain Rapport sur les changes" biannuel que le Trésor doit publier le 15 octobre. Le département du Trésor décrètera alors si Pékin manipule ou non la valeur de sa monnaie. Une décision à laquelle s'est jusqu'à présent refusée le gouvernement américain car elle ouvrirait la voie à des sanctions commerciales.

Mercredi, le gouvernement américain a durci le ton. Il a déposé plainte contre la Chine auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) en raisons de discriminations dont pâtiraient les sociétés de services et cartes de paiement américaines (Visa, MasterCard..) et les producteurs d'acier à grains orientés laminé en bobines, utilisé dans les machines et équipements électriques.

En dépit de ce climat délétère, le Conseil de l'exportation créé par Barack Obama et composé de dirigeants de grandes entreprises (Boeing, Xerox..) a recommandé jeudi au Congrès de ratifier les accords de libre-échange en suspend avec la Corée du Sud, la Colombie et le Panama. Et ceux, afin d'atteindre les ambitieux objectifs présidentiels : doubler les exportations des Etats-Unis à 3.100 milliards de dollars d'ici à 2015 et ainsi créer 2 millions d'emplois supplémentaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :