Guerre des changes : les Représentants américains sanctionnent le yuan "manipulé"

 |   |  532  mots
(Crédits : Reuters)
La Chambre des représentants américaine a voté une loi qui dispose que le taux de change du yuan représente une subvention déguisée. Cette loi doit encore être votée par le Sénat et ensuite être promulguée par le président Barack Obama, mais elle provoque déjà l'ire de Pékin.

Cette fois, c'est la guerre. Même si le directeur général du FMI, le Fonds monétaire international, le français Dominique Strauss-Kahn, refuse d'employer ce terme.

La Chambre des représentants américaine a voté mercredi une loi qui dispose que le taux de change du yuan représente une subvention déguisée, ce qui risque de raviver des différends de longue date entre Washington et Pékin au sujet des échanges commerciaux et des emplois.

Le texte, voté par 348 voix contre 79, pourrait ouvrir la voie à la mise en place de droits de douane supplémentaires sur des produits venants de Chine. Le département américain du Commerce y est en effet autorisé à traiter "les devises fondamentalement sous-évaluées" comme des subventions illégales aux exports, permettant ainsi aux entreprises de demander une indemnité compensatoire.

Cette loi doit encore être votée par le Sénat et ensuite être promulguée par le président Barack Obama, qui avait évoqué avec le Premier ministre chinois les questions de taux de change et du déséquilibre commercial entre les Etats-Unis et la Chine lors de l'assemblée générale des Nations Unies la semaine dernière.

La réaction de la Chine ne s'est pas faite attendre. Lors d'un point presse, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jiang Yu, a ainsi indiqué que "les pressions sur le yuan vont nuire gravement aux relations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis". "La Chine s'oppose fermement au projet de loi de la Chambre des représentants sur le yuan", a-t-elle ajouté.

Plus tôt, le gouvernement chinois avait déjà jugé que cette loi américaine contrevenait aux règlements de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). "Ouvrir une enquête compensatoire en se basant sur les taux de change n'est pas conforme aux règlements de l'OMC", déclarait un porte-parole du ministère chinois du Commerce.

Sous-évaluation du yuan

Avant que le texte ne soit voté par la Chambre, Barack Obama avait estimé, lors d'une visite à une famille de l'Iowa, que le yuan était effectivement sous-évalué et que ceci était l'une des causes du déséquilibre commercial entre les deux pays.

"La raison pour laquelle j'insiste sur la question du taux de change avec la Chine est que leur monnaie est sous-évaluée", a-t-il dit. En réponse à une question sur le sujet, Barack Obama a pris acte du fait que beaucoup d'Américains pensaient que Pékin maintenait volontairement le yuan à un niveau bas pour rendre les produits chinois moins chers et les produits venus des Etats-Unis plus onéreux.

La Maison blanche n'a cependant pas donné son avis concernant ce texte de loi, qui ne manquera pas de susciter l'ire du gouvernement chinois, mais a simplement dit qu'il ne fallait pas enfreindre les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Avant le vote de la Chambre, la banque centrale chinoise avait réaffirmé sa volonté, affichée depuis quelques mois, d'accroître la flexibilité du yuan. Des économistes du Fonds monétaire international (FMI) pensent que le yuan est sous-évalué de 5% à 27% face au dollar.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :