Musées et sites archéologiques italiens en grève pour le pont du 11 novembre

 |   |  353  mots
Copyright Reuters
Pour protester contre les coupes dans leurs budgets, la plupart des musées, des sites archéologiques et des lieux de spectacle de l'Italie resteront clos ce vendredi 12 novembre, en plein pont pour les touristes français...

Si vous aviez pensé, en "last minute", passer le pont du 11 novembre en Italie, comme destination culturelle avec ses « villes d'art », vous devriez peut-être reporter ce voyage.


Ce vendredi 12 novembre, la plupart des musées, des sites archéologiques et des lieux de spectacle resteront fermés dans la Péninsule pour protester contre les coupes dans leurs budgets opérées par le ministre des Finances, Giulio Tremonti.


Des musées de Sienne à ceux de Venise en passant par le nouveau musée d'art contemporain de Rome MACRO, les employés de ces hauts lieux culturels italiens croiseront leurs bras ce vendredi à l'appel de Federculture, la fédération des principales entités culturelles du Belpaese et de l'Association des communes (ANCI).


« C'est la survie même des entités et organismes culturels qui est en cause » s'emporte Roberto Grossi, le président de Federculture.


En cause la suppression de 280 millions d'euros de fonds aux entités culturelles dans le projet de loi de finance à laquelle s'ajouteraient aussi 800 millions d'euros coupés sur les deux prochaines années aux communes, d'où la levée de boucliers du côté des communes quel que soit leur bord politique.
Ce n'est pas un hasard si le maire de Rome, Gianni Alemanno (droite), s'est ainsi lui-même rendu ce mercredi à une réunion de négociation avec le ministre des Finances, Giulio Tremonti et le chef de Federculture.
Selon un communiqué de Federculture, lors de cette rencontre, le ministre s'est « engagé suspendre durant un an, l'application des lois signalées par l'ANCI et Federculture, qui produisent des effets particulièrement négatifs sur le secteur de la culture ».


La journée de protestation est toutefois maintenue.


Il faudra donc aux touristes plutôt privilégier les terrasses de café, comme celle de la place Saint-Marc à Venise, que les superbes musées Correr ou Fortuny de la cité des Doges.
Ceux, restés bredouilles devant les musées romains Barberini ou de la Villa Borghese, pourront tenter leurs chances aux musées du Vatican, non soumis à la rigueur budgétaire de l'Etat laïc italien...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :