Les chômeurs américains privés d'allocation se compteront bientôt par millions

 |  | 472 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Pris au piège des tractations politiques, 800.000 chômeurs américains se retrouvent ce mercredi sans aucune allocation. Ils pourraient être 2 millions avant la fin de l'année

Les chômeurs américains pris au piège du petit jeu des tractations politiques ! Dans un contexte toujours délicat d'une passation des pouvoirs (la fameuse "lame duck session" jusqu'à début janvier quand les républicains prendront le contrôle de la Chambre des représentants), le Congrès n'est pas parvenu à se mettre d'accord pour étendre les allocations chômage se terminant ce mercredi. Du coup, 800.000 chômeurs se retrouveront sans aucune allocation. Et ils seront 2 millions d'ici à la fin de l'année, si le Congrès n'agit pas.

"Je ne sais pas comment les républicains peuvent rentrer chez eux pour Thanksgiving, en sachant que des centaines de milliers de personnes pourraient ne pas avoir de dinde sur leur table", avait pesté il y a deux semaines Sander Levin, le président de la commission des finances de la Chambre des représentants. Pour 17 voix, sa proposition de loi visant à rallonger l'indemnisation des chômeurs de longue durée avait été rejetée par la chambre basse du Congrès américain. "Deux semaines après les élections, les démocrates instrumentalisent les allocations chômage", avait accusé de son côté un collaborateur du républicain John Boehner, qui deviendra en janvier le président de la Chambre des représentants.

Les Républicains veulent négocier leur accord

Pour être adopté, ce projet de loi devait recueillir deux tiers des voix et donc ratisser au-delà de la majorité démocrate. Si 21 élus républicains ont voté en faveur du texte, le reste de l'opposition s'est majoritairement prononcée contre. Officiellement, en raison du coût de la mesure, estimé à 12,5 milliards de dollars. Mais les analystes estiment que les républicains souhaitent négocier en contrepartie l'extension des avantages fiscaux accordés sous la présidence Bush aux ménages gagnant plus de 250.000 dollars par an. Ces déductions doivent expirer à la fin de l'année. Barack Obama s'est déjà déclaré ouvert à un compromis mais de nombreux élus démocrates, notamment au Sénat, restent hostiles à cette mesure. Une solution sur ces deux sujets épineux pourrait dès lors être trouvée le mois prochain.

"Un échec sur la prolongation des indemnités chômage pourrait contrarier la fragile reprise de l'économie", avait pourtant prévenu le Comité économique du Congrès. La croissance américaine serait ainsi amputée de 0,4 point d'ici à février 2011. "Les bénéficiaires de ces allocations les dépensent rapidement", rappelle ce rapport, selon lequel chaque dollar versé crée 1,60 dollar de richesse nationale. "C'est un moyen prouvé de soutenir la croissance", avait lancé Nancy Pelosi, la chef de file des démocrates, en réponse à ceux qui s'inquiètent des conséquences de la fin des cadeaux fiscaux des Américains les plus aisés. En vain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2010 à 20:26 :
Bon, en Haiti on appellerait cela la misère, mais aux US, c'est la démocratie en marche ! Réjouissons-nous donc que la démocratie arrive à grand pas chez nous avec Sarko l'Américain :-)
a écrit le 01/12/2010 à 20:17 :
les entreprises vont bientôt découvrir qu'elles ont besoin de clients tout comme l'économie : OUF ! va-t-on supprimer les excès et abus des ultra-libéraux pour
autant ?
le système actuel qui priviligie le capital est partout en train de mourir ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :