Révision à la baisse de la croissance britannique

 |   |  261  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La croissance de l'économie britannique au troisième trimestre n'a pas été à la hauteur des attentes, et celle du deuxième trimestre a été révisée à la baisse, selon les données officielles publiées mercredi.

Déception. Le Bureau britannique des statistiques nationales (ONS) a annoncé que le PIB avait gagné 0,7% sur le troisième trimestre, et non 0,8% comme précédemment estimé. Sur un an, la croissance a été révisée en baisse à 2,7% contre 2,8% précédemment.

Selon l'ONS, la révision à la baisse est due à une production plus faible dans les secteurs industriels, de la construction, des services commerciaux et de la finance.

Le chiffre du deuxième trimestre a également été révisé en baisse à 1,1% contre 1,2% précédemment après la publication de données montrant que le secteur du BTP avait progressé moins que calculé initialement. La croissance moins robuste que prévu du PIB du Royaume-Uni fait craindre un fort ralentissement l'année prochaine quand les effets de la baisse des dépenses publiques commenceront à se faire sentir.

Les chiffres de la balance des paiements montrent en outre que le déficit du pays avec le reste du monde s'est creusé à 9,568 milliards de livres sterling au troisième trimestre, après 5,22 milliards au deuxième.

Par ailleurs, selon les minutes du Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d'Angleterre (BoE) de décembre, la plupart des membres jugent la politique actuelle de la BoE appropriée mais "ont estimé que l'accumulation d'informations ces derniers mois avait probablement fait augmenter les risques d'inflation à moyen terme". Les prix à la consommation ont augmenté de façon suprenante en novembre de 3,3%, la plus forte hausse en six mois, alors que la BoE s'est donnée un objectif de 2% pour l'année 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2010 à 15:51 :
cE QUI N'EMOECHE PAS LE FOOTSIE DE GANER PRESQUE O.5O% POUR LA JOURNEE ET lONDRES D'ETRE EN TETE DES BOURSES EUROPEENNE.jE NI COMPRENDS PLUS RIEN.
Réponse de le 22/12/2010 à 16:11 :
Les bourses regardent plus l'avenir que le présent.
Réponse de le 22/12/2010 à 17:08 :
Oui, Kipo mais l'avenir, c'est une augmentation du chomage, une augmentation de la Tva, une chute des prixs immobiliers au niveau anglais des le debut 2011 et les dettes souveraines de leur principaux partenaires economiques.Ce que je voudrais savoir c'est ou sont les bonnes nouvelles.Une forte croissance(d'ou viendrait-elle?) va-t-elle enfin etre au rendez-vous?
Réponse de le 22/12/2010 à 22:18 :
@ kipo: vieille légende tenace mais absolument fausse. 1) Le cours d'Alstom a grimpé récemment suite à une annonce de contrats en Chine. Les spéculateurs attendront-ils la fin des chantiers pour vendre leurs titres ? Non. 2) On constate que le cours d'un titre monte quand une entreprise annonce des licenciements. Le problème à l'origine des déboires de l'entreprise qui l'a conduit à licencier est-il résolu pour autant ? La plupart du temps, non, puisque l'entreprise remet une louche de licenciemenbts quelques mois plus tard. 3) L'analyse financière, qui devrait permettre d'anticiper les résultats, fonctionne-t-elle ? Ben, si on se souvient d'Enron, de Worldcom, d'AIG ou de Lehman Brothers pour n'en citer que quelques-uns, il semblerait que personne n'ai pu ou ne puisse prédire à court terme...let alone à long terme :-)
a écrit le 22/12/2010 à 14:17 :
Si la concurrence devient rude à celui des pays qui aura la notation la plus dégradée, les petits soucis de la zone Euro vont perdre la vedette.
Ne nous laissons pas faire. Il faut que la Belgique reprenne le flambeau des pays à dette risquée.
Sinon, les investisseurs risqueraient de tomber dans la facilité d'un Soros en 1993...
a écrit le 22/12/2010 à 10:34 :
Un baisse de croissance n'est pas dramatique en soi. Il faut simplement ajuster tous les revenus de manière équitable et baisser les salaires fantaisistes et anormalement élevés !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :