Hu Jintao se rendra aux Etats-Unis le 19 janvier

 |   |  480  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Président chinois devrait aborder avec Barack Obama a question de la "sous-évaluation compétitive" du yuan. Cette visite était prévue de longue date, mais on en ignorait la date précise.

Le président américain Barack Obama recevra son homologue chinois Hu Jintao le 19 janvier lors d'une visite d'Etat aux Etats-Unis qui devrait être placée sous le signe de la crise coréenne et de la sous-évaluation du yuan. Lors de cette visite, un dîner sera donné en l'honneur du président chinois, ce qui constitue une forme de victoire personnelle pour le chef de l'Etat chinois qui tente de s'imposer sur la scène internationale avant son retrait annoncé en 2012. Il s'agit de la troisième visite d'Etat qu'accueille Barack Obama qui avait également reçu les dirigeants de l'Inde et du Mexique.

La visite de Hu Jintao aux Etats-Unis était prévue depuis longtemps mais la date n'avait pas été arrêtée par la Maison blanche. Pékin et Washington profiteront de cette occasion pour présenter leurs relations sous un jour favorable, mais Obama et Hu auront plusieurs questions sensibles à aborder.

Le premier sujet épineux concernera la "sous-évaluation compétitive" du yuan. Les Etats-Unis estiment que la monnaie chinoise n'est pas actuellement à sa juste valeur mais la Chine refuse d'envisager une réévaluation.
La croissance chinoise dépend en grande partie des exportations et de son excédent commercial, moteur de l'économie fonctionnant à plein régime grâce à un yuan faible par rapport aux autres grandes monnaies comme le dollar ou l'euro.

Le déficit commercial américain à l'égard de la Chine a augmenté de 20% au cours des 10 premiers mois de 2010 et pourrait atteindre 270 milliards de dollars à la fin de l'année. Il dépasserait le déficit de 268 milliards de dollars enregistré en 2008. De nombreux parlementaires américains estiment que la faiblesse du yuan est la principale raison de ce déficit gigantesque, bien que la plupart des économistes jugent qu'il ne s'agit que d'un facteur parmi de nombreux autres.

Le second sujet concernera la crise dans la péninsule coréenne alors que la Corée du Nord, portée économiquement à bout de bras par Pékin, se trouve dans une phase politique délicate avec la passation de pouvoir entre Kim Jong-il et son fils Kim Jong-un. Washington tentera de faire pression sur Pékin pour qu'il maîtrise les dirigeants communistes de Pyongyang, notamment concernant la poursuite de leur programme nucléaire que les Occidentaux redoutent de voir aboutir à la confection de l'arme nucléaire.

Hu avait déjà effectué une visite aux Etats-Unis en 2006. La Chine avait présenté cela comme une visite d'Etat mais la Maison blanche l'avait considérée uniquement comme une visite officielle, moins prestigieuse en terme de protocole. Au cours de cette visite, une gaffe avait été commise, l'hymne national chinois avait été présenté comme celui de la "République de Chine" qui est la dénomination de Taiwan, île dont Pékin juge la sécession illégitime.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2010 à 8:59 :
Bonjour Obama, oh ! Grand pardon, je t'ai réveillé ? je suis Hu Jintao, tu sais, ton grand ami ! Je viens te rassurer. Tu peux continuer à acheter ma camelote, je te fairai toujours crédit. En échange, je vais acheter petit à petit, l'Amérique si tu veux bien. D'accord ? - Oh ! que oui, que oui, que oui, mille fois merci ! Bien ! Barack, mon grand ami, rendors-toi, je veille sur toi !
Réponse de le 23/12/2010 à 13:23 :
Ce n'est pas que l'Amerique qu'il rachete mais aussi l'Afrique et l l'Europe. le xxi eme
siecle sera chinois et nos fameux avantages acquis......
Réponse de le 26/12/2010 à 2:09 :
Les avantages acquis? Vous devez être fonctionnaire pour ne pas les avoir déjà perdus!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :