Laurent Gbagbo cherche à montrer qu'il est ouvert au dialogue

 |   |  573  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le président auto-proclamé de la Côté d'Ivoire a accepté de recevoir les émissaires de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest qui le menace d'un recours à la "force légitime" tout en faisant savoir qu'il ne tolérerait aucune ingérence dans les affaires intérieures du pays.

Les présidents du Bénin, de la Sierra Leone et du Cap-Vert ont été reçus mardi à Abidjan par Laurent Gbagbo pour lui remettre un ultimatum lui demandant au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de céder le pouvoir à Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo, dont la réélection a été proclamée par un Conseil constitutionnel à sa main, a accueilli les émissaires de la Cédéao, qui le menace d'un recours à la "force légitime", non sans avoir fait savoir auparavant qu'il ne tolérerait aucune ingérence dans les affaires intérieures du pays.

"Aucune institution internationale n'a le droit d'intervenir par la force pour imposer un président à un Etat souverain", a déclaré Ahoua Don Melo, porte-parole du gouvernement Gbagbo, dans une interview à la BBC.

Dans des entretiens accordés à la presse française et publiés lundi, Laurent Gbagbo a assuré qu'il accueillerait en frères et amis les présidents béninois Boni Yayi, sierra-léonais Ernest Bai Koroma et cap-verdien Pedro Pires, et qu'il écouterait le "message" qu'ils avaient à lui transmettre.

"Je prends au sérieux les menaces mais je reste tranquille", a-t-il déclaré au Figaro, alors que la crise politique a basculé dans la violence le 16 décembre lors d'une marche à Abidjan des partisans d'Alassane Ouattara pour tenter de prendre le contrôle de la Radio-télévision ivoirienne (RTI).

tractations en cours

Les heurts entre manifestants et forces de sécurité ont fait 20 morts, selon le gouvernement Gbagbo. Le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme estime pour sa part que plus de 170 personnes ont trouvé la mort dans des violences survenues entre le 16 et le 21 décembre.

Après plusieurs jours de calme, des coups de feu ont retenti mardi matin dans le quartier d'Abobo à Abidjan, un bastion des partisans d'Ouattara. Un correspondant de Reuters a pu y voir des jeunes gens dresser des barricades avec des pneus enflammés avant d'être pourchassés par la police. On ignore s'il y a des victimes.

Les risques de nouvelles violences se précisaient avec un meeting prévu par le puissant mouvement des Jeunes patriotes, dont le chef exalté est Charles Blé Goudé, actuel ministre de la Jeunesse dans le gouvernement Gbagbo, qui a montré qu'il savait électriser ses militants dans le passé.

Mais celui qui se présente comme "le général de la jeunesse" a déclaré mardi que son mot d'ordre de manifestation mercredi sur la place de la République d'Abidjan en faveur de Laurent Gbagbo et contre le "complot étranger" était "suspendu" dans l'attente de l'issue de tractations en cours.

"Je pense que la situation actuelle ne profite à personne. Laissons la diplomatie suivre son cours, c'est pour cela que je vais annuler le meeting demain place de la République", a assuré à Reuters Blé Goudé, précisant qu'il annoncerait cette nouvelle consigne dans la soirée à la RTI.

Ce "geste" du camp pro-Gbagbo devrait alléger quelque peu le climat pour les émissaires de la Cédéao, qui ont rencontré le représentant de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (10.000 hommes) avant d'être reçu par Gbagbo.

Ils devaient ensuite s'entretenir avec Ouattara, retranché dans l'hôtel du Golf, un établissement de luxe bordé par la lagune et placé sous la protection des casques bleus depuis la proclamation de sa victoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2010 à 21:58 :
la "force légitime? On va encore tuer au nom de la "démocratie"? L'USA et UE veulent plier Gbagbo puisque ce dernier n'est plus leurs joujou. Etant un ex homme de la France Gbagbo pensait bénéficier du soutient de Paris, mais la France est depuis longtemps passé sous la domination USA. Ainsi lorsque Ouattara a gagné les éléctions grâce aux manipulations médiatique et soutient de USA la France a laché Gbagbo en disant : fait l'union avec Ouattara comme moi je l'ai fait avec USA. Mais Gbagbo n'est pas con. Il se dit pourquoi se remettre entre les mains de l'Ouest. Si la France n'est plus un Etat souverain CI le sera. Et puis Gbagbo dispose de bc de moyens humains et matériel pour garder le pouvoir. Mais la carte qu'il va jouer en sa faveur peut aussi être le soutien secret de la Chine et de la Russie. Ainsi au lieu d'être géré par l'Ouest CI va dépendra un peu de l'Est. Gbagbo se dit " j'ai pas besoin de Paris ou USA, moi j'ai assez de force pour rester chez moi. Et je pense qu'en fin de compte il a raison. USA et UE ils en ont assez d'influance dans la région, i lsuffit de voir ces trois missionnaires africains. Bon courage Gbagbo
a écrit le 28/12/2010 à 21:42 :
Quel bon président il pourrait faire en France. Un président qui cherche à dialoguer ca ne court pas les rues.
Réponse de le 29/12/2010 à 11:25 :
M. Plus rien, vous avez une définition atypique de "dialogue" !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :