Désaccords sur le niveau du fonds européen de secours

 |   |  498  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le commissaire européen en charge des affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, soutenu par le président Barroso, a déclaré que la capacité de prêt du Fonds européen de stabilité financière (EFSF) doit être renforcée et que son montant pourrait augmenter. Alors que Paris et Berlin semblaient réservées, ce jeudi cependant la ministre française des Finances, Christine Lagarde, a déclaré à l'AFP qu'une augmentation du fonds de secours européen pourrait être décidée "si nécessaire", afin de "démontrer notre détermination à défendre la stabilité de la zone euro".

La capacité d'emprunt du Fonds européen de stabilité financière (EFSF) devrait être renforcée pour être plus efficace et la portée de son activité doit être élargie, a déclaré le commissaire en charge des affaires économiques et monétaires, Olli Rehn.

Et le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a mis ce mercredi la pression sur les dirigeants des pays de l'UE pour qu'ils décident rapidement d'augmenter les ressources du Fonds de secours de la zone euro, au moment où le Portugal est à son tour en difficulté. "La Commission dit clairement que nous considérons que sa capacité effective de prêt doit être renforcée et que le champ d'action de ses activités doit être élargi", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Selon lui, "il est tout à fait possible de prendre ces décisions pas plus tard que lors du prochain Conseil européen (sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE)", prévue le 4 février.

A Paris, François Baroin, ministre du Budget, estime au contraire que ce fonds européen est suffisamment doté.

Berlin est sur la même ligne puisque, pour l'Allemagne, "il n'est pas sensé et il n'est pas nécessaire de discuter d'un élargissement" du Fonds européen de stabilité, tel que le souhaite la Commission européenne, a déclaré ce mercredi le porte-parole de la chancelière Angela Merkel.

Ce jeudi cependant la ministre française des Finances, Christine Lagarde, a déclaré à l'AFP qu'une augmentation du fonds de secours européen pourrait être décidée "si nécessaire", afin de montrer la détermination européenne. "On réfléchit à la capacité du fonds qui serait doté de moyens supplémentaires si cela devenait nécessaire", a déclaré la ministre, soulignant qu'elle disait sur ce point "exactement la même chose" que son homologue allemand Wolfgang Schäuble.

Selon Christine Lagarde, l'augmentation envisagée n'est pas encore chiffrée "car la solidarité européenne ne porte pas une étiquette de prix". Pour elle, "une des modalités pourrait être une augmentation du fonds, non pas tant en raison de besoins nouveaux avérés mais pour démontrer notre détermination à défendre la stabilité de la zone euro". Mais d'autres "pistes techniques" sont aussi envisagées, a-t-elle ajouté.

De son côté, le ministre belge des Finances Didier Reynders s'est prononcé jeudi en faveur d'un doublement des capacités d'aide mises à disposition de la zone euro, à 1.500 milliards d'euros, et a indiqué que des discussions en ce sens avaient actuellement lieu en Europe. "Je pense que ce serait un objectif tout à fait raisonnable de doubler les moyens" du Fonds de soutien de la zone euro, a-t-il précisé à l'AFP.  "Je pense que doubler le Fonds, la Facilité actuelle et le Mécanisme permanent pour l'avenir (qui sera mis en place à partir de la mi-2013), ce serait la bonne logique", a-t-il insisté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2011 à 13:28 :
Quel avenir pour une Europe en perpétuel équilibre instable avec des montagnes de dettes que personne ne veut parle de rembourser mais uniquement de consolider par d'autres dettes ? Les dirigeants des Etats européens et notamment de la France sont-ils devenus tous fous ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :