Moody's abaisse de nouveau la note de la Grèce

L'agence de notation a abaissé lundi de "Ba1" à "B1"la note attachée à la dette de la Grèce en raison des risques pesant sur la mise en œuvre du programme de réformes budgétaires du pays et de la possibilité d'une restructuration de la dette. Moody's a précisé que la perspective attachée à cette note était négative.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

L'agence de notation Moody's a abaissé ce lundi la note attachée à la dette souveraine de la Grèce de trois crans, en raison des risques pesant sur la mise en oeuvre du programme de réformes budgétaires du pays et de la possibilité d'une restructuration de la dette.

Moody's, qui a fait passer sa note de "Ba1" à "B1", a précisé que la perspective attachée à cette note était négative. Une telle perspective signifie qu'un nouvel abaissement de la notation est possible dans les dix-huit mois à venir. "Les mesures de consolidation budgétaire et les réformes structurelles nécessaires à la stabilisation des comptes du pays restent très ambitieuses et il y a des risques importants liés à leur mise en oeuvre", souligne l'agence dans un communiqué. Moody's avait abaissé la notation de la Grèce de "A3" à "Ba1" le 14 juin dernier.

Du fait de changement de notation, la notation de Moody's pour la Grèce est la plus basse des trois principales agences de notation. L'agence de notation Fitch Ratings avait abaissé le 14 janvier d'un cran la note de la Grèce, de "BBB-" à "BB+", tandis que Standard & Poor's (S&P) avait maintenu le 2 mars sous perspective négative sa note "BB+". La note "BB+" de Fitch Ratings et S&P est supérieure de trois crans à la note "B1" de Moody's, qui fait partie de la catégorie "hautement spéculative".

"Totalement injustifié"

Le ministère des Finances grec a jugé ce mouvement "totalement injustifié", et que cette décision soulevait des questions. "A un moment où l'économie mondiale est fragile et où le marché est sensible, des décisions injustifiées et déséquilibrées en matière de notation, comme l'est celle de Moody's (...) renforcent les arguments en faveur d'une plus étroite régulation des agences elles-mêmes", déclare le ministère dans un communiqué.

Sur les marchés, le taux à 2 ans de la Grèce - qui évolue en sens inverse des prix - bondissait lundi de 15 points de base, à 15,67%, un nouveau plus haut depuis le mois de mai dernier. Sur l'échéance à 10 ans, l'écart de rendement entre les titres de dette souveraine grecs et leur équivalents allemand, référence sur le marché obligataire européen, s'est creusé de huit points de base dans la foulée de l'annonce de Moody's, à 913 points de base. Il avait atteint un point haut de 973 points début janvier 2011.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 07/03/2011 à 16:49
Signaler
Il n'y a absolument rien de particulier dans cette baisse. Evidement que la Grèce ne pourra pas restructurer pas plus que la France si nous étions dans cette situation, vivre à crédit a le mérite d'avoir une période sympathique mais un jour la note a...

à écrit le 07/03/2011 à 14:29
Signaler
le Moody's blues touche à nouveau la Grèce , la finance à trouvé un pigeon à plumer aux frais de l'Europe et des citoyens .

le 08/03/2011 à 9:31
Signaler
Vous avez, helas, raison JC. Il serait grand temps que l'Europe prenne ses responsabilites au lieu de prendre des mesurettes qui ne font que retarder l'echeance.Les dettes grecques, irlandaises ou portuguaises refont regulierement surface telles un s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.