Les forces pro-Ouattara contrôleraient les trois quarts de la Côte d'Ivoire

 |   |  284  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'offensive des partisans du président reconnu par la communauté internationale semble porter ses fruits. Laurent Gbagbo a demandé un cessez-le feu.

Les forces pro-Ouattara marquent des points. Deux jours après avoir lancé une offensive visant à imposer sur le terrain comme à la tête du pays Alassane Ouattara, candidat reconnu vainqueur par la communauté internationale à l?élection présidentielle du 28 novembre dernier, elles contrôleraient les trois quarts du pays, selon leurs dires. Le nord et l?ouest, au-delà de l?ancienne ligne de "partition" du pays, à Bouaké, mais aussi une partie du sud, et en particulier les environs du port de San Pedro, par lequel le premier producteur de cacao mondial exporte les fèves. Or qui contrôle l?exportation contrôle la manne cacaoyère?

Gbagbo à court d?argent

Conscient de ses difficultés, Laurent Gbagbo a demandé en fin de journée de mardi un cessez-le-feu. Selon certains observateurs, le président sortant, qui revendique la victoire électorale, n?aurait plus grand argent pour payer les troupes qui lui ont été favorables jusqu?ici, ni même les membres de la fonction publique. L?ambassadeur nommé par Alassane Ouattara à Paris, Ally Coulibali, a d?ailleurs déclaré à l?AFP que Laurent Gbagbo continue de faire "du saupoudrage, mais n?a plus les moyens de payer les fonctionnaires".

Eviter la guerre civile

Alors que les heurts de ces dernière semaines, entre pro-Ouattara et pro-Gbagbo, ont fait plusieurs dizaines de morts, dont des femmes sur un marché, les deux camps clament leur volonté d?éviter la guerre civile. La communauté internationale, et en particulier l?Union africaine, n?a pas réussi à obtenir que les deux candidats criant victoire à la présidentielle se mettent à la même table pour négocier, un gouvernement de coalition ou un départ de Laurent Gbagbo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2011 à 16:59 :
Le problème de la Cote d'Ivoire se pose plus en termes confessionnels qu'en termes militaires mais personne n'ose l'aborder sous cet angle.
a écrit le 30/03/2011 à 10:37 :
Selon moi, la bataille de Duékoué va être la plus importante de cette grande offensive, elle est le verrou, le reste des conquêtes qui vont s'en suivre, seront relativement faciles pour les pro Ouattara. En plus, il n'y aura pas une grande bataille de longue durée à Abidjan faute de combattants et de détermination mais il y aura un grand risque de pillages par une population affamée par cette crise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :