DSK : nouvelle audience jeudi pour une libération sous caution

 |  | 783 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les avocats de Dominique Strauss-Kahn proposent une caution d'un million de dollars, le port d'un bracelet électronique et une assignation permanente à résidence.

Dominique Strauss-Kahn sera-t-il remis en liberté dès jeudi ? Ses avocats viennent en effet de déposer une deuxième demande de libération sous caution. Elle sera examinée jeudi, a confirmé le tribunal pénal de Manhattan. Le lieu et l'heure de cette nouvelle audition n'ont pas été précisés. Les avocats de DSK proposent une caution d'un million de dollars payée en cash, le port d'un bracelet électronique et une assignation permanente à résidence.

"Le passé de Mr. Dominique Strauss-Kahn plaide fortement en faveur d'une remise en liberté sous caution", peut-on lire dans la demande transmise ce mercredi par ces deux avocats, Benfamin Brafman et William Taylor. "Mr. Strauss-Kahn est un mari et un père affectueux. C'est un diplomate international reconnu, un avocat, un homme politique, un économiste et un professeur sans casier judiciaire."

Accusé d'agression sexuelle d'une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York, le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) est poursuivi pour sept chefs d'inculpation, pour lesquels il risque jusqu'à 25 ans d'emprisonnement. Dominique Strauss-Kahn est actuellement détenu dans la prison de Rikers Island (nord-est de New York).

C'est dans cet établissement, qui peut accueillir jusqu'à 17.000 détenus, que le Consul général de France à New York, Philippe Lalliot, a rendu visite à l'ancien ministre des Finances à deux reprises. Ces visites s'inscrivent dans le cadre de la protection consulaire qui s'adresse à tous les Français emprisonnés à l'étranger, explique le Consulat de France. Elles ont pour but de s'assurer que le détenu est bien traité, nourri et soigné, qu'il bénéfice d'un avocat et qu'il peut communiquer avec sa famille.

Lundi, une première demande de liberté conditionnelle avait été rejetée par la juge Melissa Jackson, qui avait alors considéré que les risques de fuite du directeur du FMI étaient trop importants. Benjamin Brafman avait réclamé une caution d'un million de dollars et indiqué que son client était prêt à résider à New York, aux côtés de sa fille Camille. Dans un dernier effort pour tenter de convaincre la juge, il avait ensuite proposé le port d'un bracelet électronique. Demande également rejetée.

La juge Melissa Jackson avait préféré suivre les recommandations de l'assistant du procureur John McDonnell. Selon lui, Dominique Strauss-Kahn essayait bien de fuir le pays lorsqu'il a été interpellé samedi en fin d'après midi à l'aéroport John F. Kennedy de New York à bord d'un avion Air France en destination de Paris. Des extraits de vidéosurveillance appuient cette version des faits, avait-il expliqué. S'il venait à rejoindre la France, une extradition serait impossible, avait-il poursuivi.

"Mon client n'est pas un fugitif", avait alors répondu Benjamin Brafman. Pour la défense, DSK n'a pas tenté de fuir les Etats-Unis. Preuve en est qu'il a contacté l'hôtel Sofitel, où aurait eu lieu l'agression sexuelle présumée d'une femme de chambre, pour qu'on lui fasse parvenir le téléphone portable oublié dans la chambre - coup de téléphone qui a d'ailleurs permis son interpellation. S'il était pressé, comme le montreraient les vidéos, c'était pour rejoindre sa fille au restaurant. En outre, le billet d'avion pour Paris avait été réservé depuis longtemps.

En attendant, le grand jury chargé de statuer sur le sort judiciaire de Dominique Strauss-Kahn est déjà au travail. La victime présumée devrait être entendue dans la soirée de mercredi. Son avocat, Jeff Shapiro, a indiqué qu'elle maintiendrait ses accusations envers DSK et qu'elle nierait avoir eu une relation sexuelle consentie. "Quand les jurés vont entendre son témoignage et la voir, quand elle pourra enfin raconter son histoire publiquement", ils comprendront que "leurs allégations faisant état d'une relation sexuelle consentie ou de rendez-vous sont fausses", a-t-il expliqué sur NBC.

Dominique Strauss-Kahn pourra également être entendu par cette chambre d'accusation, composée de 16 à 23 jurés populaires. Ses avocats assurent pour l'instant qu'il niera les faits qui lui sont reprochés. Ils pourraient au contraire plaider un rapport sexuel consenti. "Les preuves médico-légales, selon nous, ne coïncident pas avec un rapport forcé", avait expliqué lundi Benjamin Brafman.

Ce grand jury doit décider si les éléments retenus à l'encontre de DSK sont suffisants pour formellement l'inculper. Le vote se déroule à la simple majorité absolue. Et le verdict sera rendu public vendredi. Si le grand jury estime que les preuves ne sont pas assez fournies, DSK sera alors libre. Dans le cas d'une mise en examen, il pourrait rester jusqu'à son procès. A moins que sa demande de libération examinée ce jeudi ne soit acceptée. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2011 à 18:29 :
quelle histoire, je pense que c'est un coup monté, il faut chercher à qui cela profite.
a écrit le 19/05/2011 à 15:22 :
Il a voulu être Cesar, il a été Pompee.
Réponse de le 25/05/2011 à 9:51 :
mdr !
a écrit le 19/05/2011 à 13:22 :
Avec le bracelet électronique. Le débat est ouvert pour savoir où, ce bracelet sera posé, suivant le cas cela pourrait être gênant pour certains actes... à suivre !
a écrit le 19/05/2011 à 9:00 :
J'espère qu'on aura bientôt des infos plus précises : s'il devait quitter sa chambre, pourquoi y faire le ménage juste avant ? Et une femme de ménage qui entre dans une chambre, voit le client sortir nu de sa douche, qu'est-ce qu'elle fait ? Elle dit "oh pardon" et elle sort, et je vois mal le client la poursuivre nu dans le couloir ...
Je n'ai jamais adhéré aux théorie du complot, mais là je trouve que c'est bien louche.
Réponse de le 19/05/2011 à 13:12 :
Oui, puis si elle se trouvait dans la chambre alors qu'elle était occupée c'est une faute professionnelle... Par contre il n'est prévu nul part dans le code du travail qu'une faute professionnelle doive être punie par un viol... Ou alors je n'ai pas bien lu ce code !
Réponse de le 19/05/2011 à 16:06 :
question naïve : il n'y a plus de girl dans les hôtels très très chers comme dans les films.
a écrit le 19/05/2011 à 8:49 :
Je pense que Dominique Strauss Kahn est un honnête homme et qu'il a servi semble-t-il la défense et l'intérêt de beaucoup de pays comme la Grèce et le Portugal. Oui, il doit être traité correctement et mieux si possible qu'un petit malfrat car c'est dans l'ordre des choses. Oui, personne n'est irremplaçable mais il faut voir comment et avec quels résultats. Je prie pour Dominique, car j'ai l'intime conviction qu'il est victime d'une injustice sans pareille !
a écrit le 19/05/2011 à 1:51 :
Comme quoi quand on a du fric, cela change tout :-) On est tous égaux, mais certains sont plus égaux que d'autres disait Orwell et selon que tu seras riche ou misérable disait La Fontaine :-) Décidemment, le monde ne change pas beaucoup !!
Réponse de le 19/05/2011 à 4:01 :
trop vrai!!et encore cela ne sais pas passé en france sinon on aurai du dire pardon d avoir eu de vilain soupson et la femme serait en prison pour gros mensonge!!!méchante méchante méchante femme...
Réponse de le 19/05/2011 à 7:48 :
La femme ne serait pas en prison mais expulsée comme sans papiers. Et Moscovi aurait bien dormi.
a écrit le 18/05/2011 à 23:32 :
Que des mensonges , une histoire montée pour discréditer un grand homme , qui gène avec son charisme et son sérieux bien préméditée basée sur d'éventuelles faiblesses de l'humain ( qui ne le concerne peut être pas ) .Les Américains sont amateurs de sensations leur médias sont les plus infréquentables du monde je me demande comment ça leur échappe une charge qui mènerait DSK sur la chaise électrique .Ils sont là pour vous briser , j'ai hâte de voir se l'affaire se terminer par un procès en diffamation avec dommages ...Et les Français ils sont ou ? si les américains s'acharnent dès l'accusation on doit pas accepter l'humiliation si c'est leur droits américains ils sont ou les droits humains tout rond. Pendant qu'on parle de droit international ! on doit pas livrer un Français en pâture à l'étranger même si en France est votre ennemi politique ( allusion faite aux chiens qui aboient chez nous ).
Réponse de le 19/05/2011 à 8:36 :
Il vous réveiller cher monsieur ! Vous pourriez proposer sa béatification, de son vivant !
Réponse de le 25/05/2011 à 9:48 :
mdr logic! +1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :