Israël ne veut pas du retour aux frontières de 1967 prôné par Obama

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Israël a rejeté jeudi l'appel du président Obama à la création d'un Etat palestinien démilitarisé s'étendant sur les Territoires palestiniens occupés par Israël depuis juin 1967, tandis que les Palestiniens réagissaient avec circonspection.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu tout "retrait aux lignes de 1967", tout en s'abstenant de s'opposer frontalement au président Obama avant de le rencontrer ce vendredi à Washington.

Le leader palestinien Mahmoud Abbas a appelé pour sa part Israël à "donner au processus de paix la chance qu'il mérite", convoquant la direction palestinienne pour "une réunion d'urgence".

Dans un discours très attendu sur le Moyen-Orient, M. Obama s'est prononcé pour la première fois jeudi en faveur d'un Etat palestinien sur la base des lignes de juin de 1967, c'est-à-dire la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est. "Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967 avec des échanges sur lesquels les deux parties seraient d'accord, afin d'établir des frontières sûres et reconnues pour les deux Etats", a-t-il insisté.

Netanyahu a exprimé l'espoir qu'Obama "réaffirmerait des engagements" américains de 2004 qu'Israël "n'aurait pas à se retirer aux lignes indéfendables de juin 1967", selon un communiqué officiel publié avant son départ pour les Etats-Unis. Il a souligné à ce propos que ces "engagements avaient reçu l'appui massif des deux chambres du Congrès", en allusion au soutien dont a souvent disposé dans le passé Israël auprès des parlementaire américains, devant lesquels il doit prendre la parole mardi prochain.

Côté palestinien, le porte-parole du président Mahmoud Abbas, Nabil Abou Roudeina, a qualifié "l'opposition de Netanyahu à un retour aux frontières de 1967 de coup aux efforts d'Obama et de refus de la paix au Proche Orient".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2011 à 17:07 :
Ni Ben Ali, ni Moubarack, ni Kadhafi, ni d'autres n'ont voulu laisser le pouvoir, pourtant ils ont dégagé. Idem en Afrique du Sud. Donc, en lieu et place d'un pays comme Israël, je me dirais que rien n'est immuable, et que le balancier finit toujours par repartir de l'autre côté. Alors...la prochaine fois, les américains un peu lassés risquent de proposer le retour aux frontières de 1948 ...ça se réfléchit.
Réponse de le 02/11/2011 à 18:05 :
Les frontieres de 48? Je vous rappelle que les etats arabes tout comme les representants arabes dudit camp palestinien a l'epoque avaient refuse ceci en imposant une guerre. Et 63 ans apres ils voudraient ce qu'ils ont refuse au depart? C'etait bien la peine de faire couler tout ce sang.
a écrit le 20/05/2011 à 17:02 :
Israel est haut dessus des lois internationales, les resolutions de l'ONU ne sont jamais respectees par Israel et enfin les masques tombent grace a Obama. Israel refuse publiquement la creation d'un Etat palestinien, Israel et ses lobbys refusent la paix. Et apres Israel vient se faire plaindre en Europe et faire la manche aux USA pour s'equiper militairement ...
Réponse de le 02/11/2011 à 18:09 :
Israel est au dessus: merci d'etre plus precis!!
Israel refuse publiquement la creation d'un etat palestinien qui ne reconnait pas israel et c'est ce que veut le Hamas. Comment accepter une reconnaissance si une des parties palestiniennes refuse de reconnaitre israel.
Israel n'a pas besoin de faire la manche: merci d'arreter ces phrases antiisraeliennes et d'etre un peu plus constructif, si vous le pouvez

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :