Pétrole : l'Opep réduit sa prévision, les cours continuent à baisser

 |  | 381 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a abaissé ce mardi sa prévision de croissance de la demande mondiale de brut pour 2011, évoquant la détérioration des perspectives. La baisse actuelle des cours devrait être répercutée à la pompe en France, selon l'Ufip.

Dans son rapport mensuel publié ce mardi, l'Opep réduit sa prévision de 150.000 barils par jour (bpj) et prévoit désormais pour cette année une croissance de la demande mondiale de brut de 1,21 million bpj. Pour 2012, l' Opep abaisse sa prévision de croissance de la demande en brut en 2012 de 20.000 bpj à 1,30 million de bpj.

"Les nuages sombres qui planent au-dessus de l'économie affectent déjà la direction du marché", écrit l' Opep dans son rapport, rappelant que les inquiétudes sur l'économie et les cours élevés du brut ont réduit la demande dans les pays de l'OCDE.

De leur côté, les cours du pétrole accentuaient leur recul mardi, entraînés dans un tourbillon de vente par la chute des Bourses mondiales, le Brent londonien retombant même brièvement sous 100 dollars le baril pour la première fois depuis février. Vers 12 h 40 à Paris, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'échangeait à 102,50 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,24 dollar, soit 1,20%, par rapport à la clôture de lundi. Le baril de Brent est tombé en cours d'échanges asiatiques à 98,74 dollars, son niveau le plus bas depuis le 8 février.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 1,66 dollar, soit 2%, à 76,65 dollars.

Bonne nouvelle en revanche pour les automobilistes français. "La répercussion des prix à la pompe va être automatique, mécanique" , a annoncé le président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), Jean-Louis Schilansky ce mardi matin sur Europe 1. "Une baisse assez importante" est à prévoir, selon lui, qui table sur 4 à 5 centimes d'euros en moins par litre d'essence d'ici à une dizaine de jours. 

De son côté, Alexandre de Benoist, délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (stations Carrefour, Casino, Cora et Auchan), assure de son coté qu' "avant la fin de la semaine, les automobilistes verront de manière très pratique et significative cette baisse". Le sans plomb 98, actuellement à 1,52 euro le litre, devrait ainsi repasser sous le seuil de 1,50 euro. Quant au gasoil, le litre coûtera moins de 1,30 euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2011 à 5:34 :
Nous etions 4 miliards puis 6 et bientot 8 et 9 a 100$ le baril c'est une heresie il devrait etre a 200 mais inexorablement nous y arriverons dommage mais c'est ainsi
a écrit le 10/08/2011 à 9:18 :
"Une baisse assez importante» est à prévoir, selon lui, qui table sur 4 à 5 centimes d'euros en moins par litre d'essence. Le sans plomb 98, actuellement à 1,52 euro le litre, devrait ainsi repasser sous le seuil de 1,50 euro. Quant au gasoil, le litre coûtera moins de 1,30 euro.

je ne sais pas ou ils apprenent a compter, mais si vous enlevez 4 centimes d'euros a 1,52 euros, ca fait pas 1,50 euros.... mais 1,48 euros.... lol
a écrit le 10/08/2011 à 6:27 :
En toute logique, l'OPEP devrait refermer les robinets pour faire remonter les cours :-) Par conséquent, cette annonce est le miroir aux alouettes...bienvenue en période préélectorale, non :-)
a écrit le 10/08/2011 à 5:10 :
c'est un placement "à cliquet" le pétrole, parceque chaque fois que le brut redescend à un certain niveau, l'essence à la pompe ne retrouve jamais son prix initial correspondant à ce niveau.....
Y aurait-y pas un peu de magouille chez Total et du coté de Bercy ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :