Etats-Unis : zéro création d'emploi en août

 |   |  433  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
En août, la première économie américaine n'a pas créé le moindre emploi ! De quoi mettre la pression sur la Réserve fédérale, dans l'attente d'un QE3. Et sur Barack Obama qui présentera jeudi un plan pour stimuler le marché du travail.

Zéro, c'est le chiffre qui fait peur ce vendredi matin aux Etats-Unis. En août, la première économie mondiale n'a pas créé le moindre emploi ! La plus mauvaise performance depuis septembre 2010. La publication de ce chiffre intervient à six jours d'un discours attendu de Barack Obama devant le Congrès américain lors duquel il doit présenter un nouveau programme pour relancer les créations d'emplois dans le pays.

Ce très mauvais chiffre va également mettre la pression sur la Réserve fédérale, qui discutera lors de son prochain Comité de politique monétaire (les 20 et 21 septembre) de la mise en place de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine. Ce matin à Wall Street, le mot "QE3" (troisième phase d'assouplissement quantitatif) était ainsi sur toutes les lèvres.

Avec seulement 17.000 emplois créés en février, le secteur privé américain a enregistré son plus faible total depuis février 2010. Cette contre-performance s'explique notamment par les 45.000 postes supprimés dans le secteur des télécoms, en raison d'un mouvement de grève chez Verizon, le premier opérateur téléphonique américain. Le secteur manufacturier a détruit 3.000 emplois et la distribution 8.000. Les suppressions d'emplois se sont poursuivies dans le secteur public (-17.000), en proie à la rigueur budgétaire.

Les économistes misaient sur au moins 70.000 créations d'emplois en août. En outre, les chiffres des mois de juillet et de juin ont été abaissés, ne laissant apparaître respectivement plus que 85.000 et 20.000 postes créés. C'est, en cumulé, 58.000 de moins que les précédentes estimations. Le taux de chômage est en revanche resté stable à 9,1% de la population active. En comptant les chômeurs découragés et les salariés contraint au temps partiel, ce taux grimpe à 16,2%, 0,1 point de plus qu'en juillet.

Environ 14 millions d'Américains sont aujourd'hui sans emploi. 43% d'entre eux (6 millions) le sont depuis plus de six mois ! Ils pourraient perdre en début d'année prochaine leurs allocations chômage, exceptionnellement étendues à 99 semaines contre 26 semaines habituellement. Mais les républicains du Congrès ne semblent pas enclins à prolonger cette mesure qui se termine fin 2011.

Autre signe inquiétant : le salaire horaire moyen a légèrement reculé en août. Il n'a progressé que de 1,9% sur les douze derniers, beaucoup moins que l'inflation. Cela se répercutera sur la consommation des ménages, traditionnel moteur de la croissance américaine. Mais, au deuxième trimestre, les dépenses de consommation sont restées quasiment stables. Et la croissance du PIb anémique (+1% après +0,4% au premier trimestre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :