Bob Doll : "Le prix des actions prend en compte une nouvelle récession"

 |   |  496  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BlackRock)
Selon le responsable de la stratégie actions chez BlackRock, Barack Obama pourrait, proposer une combinaison de nouvelles dépenses destinées à stimuler l'économie et à promouvoir l'emploi lors, de son discours jeudi prochain. Il n'envisage, en revanche, aucune mesure d'assouplissement supplémentaire de la part de la Fed fin septembre.

Qu'attendez-vous du discours de Barack Obama sur le plan de stimulus économique de jeudi prochain?
Le Président Barack Obama proposera certainement une combinaison de nouvelles dépenses destinées à stimuler l'économie et à promouvoir l'emploi. Néanmoins et compte tenu des mesures d'austérité mises en place et de l'environnement politique chargé en prévision des élections de l'année prochaine, il y a une très faible probabilité de voir se développer de nouveaux programmes. La mise en ?uvre d'une extension des réductions des taxes à l'emploi ou des aides au chômage seraient des mesures cependant possibles et pourraient aider à la reprise économique. Malgré tout, ces mesures ne passeront seulement si elles sont intégrées dans un plan plus large de réduction du déficit et provenant du « super committee ».

Pensez-vous que les investisseurs s'attendent à l'annonce d'un "QE3" lors de la prochaine réunion de la Fed fin septembre?
Actuellement, nous n'envisageons pas de mesures d'assouplissement supplémentaires. Il y a des divergences persistantes au sein de la Fed sur les mesures à prendre, l'environnement politique entourant les actions de la Fed est devenu conflictuel et l'inflation de base a en quelque sorte augmenté. Par conséquent, à moins que les risques de déflation se renouvellent, nous ne pensons pas que la Fed prendra des mesures supplémentaires. Il est néanmoins important de rappeler qu'avec l'annonce récente du maintien des taux à un niveau proche de zéro, la Fed s'est engagée de facto dans des mesures d'assouplissement.

Pensez-vous que comme en 2003 et 2009 les marchés actions valorisent un scenario "catastrophe" pour les années à venir sur les profits des entreprises ?
Nous pensons que les marchés ont actuellement un niveau de valorisation qui reflète un environnement économique bien plus mauvais qu'en réalité et également une situation bien plus difficile pour les entreprises qu'elle ne l'est réellement. Le prix des actions prend en compte une nouvelle récession, issue que nous pensons peu probable. Du point de vue des gains des entreprises, nous ne serions pas surpris d'y voir un frein dans leur rythme de croissance contenu de l'environnement plus faible. Cependant, nous continuons de penser que les gains des entreprises vont relativement bien se maintenir. Nous prédisons que la croissance des revenus sera neutre tandis que la croissance économique restera positive bien que faible.

Considérez-vous que les actions constituent un actif risqué de qualité?
Nous constatons que les investisseurs, tout comme nous, pensent que les Etats-Unis vont éviter une récession. Continuer alors de surpondérer les actifs risqués a du sens. Le cash a toujours un rendement avoisinant les 0% et les bons du trésor ont fortement chuté également, donc comparées aux autres alternatives, les actions continuent de représenter une option attractive. Les niveaux de volatilité vont probablement rester élevés mais nous maintenons que les actions vont surperformer les obligations et le cash dans les années à venir.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2011 à 20:43 :
C'est une bonne analyse : par contre, à court terme, on reste avec peu de visibilité et beaucoup de volatilité sur les marchés.
a écrit le 06/09/2011 à 18:25 :
Analyse sensée. Plus logique que d'imaginer une catastrophe mondiale.
a écrit le 02/09/2011 à 23:06 :
C'est quoi ce charabia? "Du point de vue des gains des entreprises, nous ne serions pas surpris d'y voir un frein dans leur rythme de croissance contenu de l'environnement plus faible."
"Nous prédisons que la croissance des revenus sera neutre tandis que la croissance économique restera positive bien que faible."
Réponse de le 03/09/2011 à 13:41 :
En effet, il semblerait que Bob ait pété les plombs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :