Les fonctionnaires grecs perturbent les négociations à Athènes

 |   |  474  mots
Copyright Reuters
Après trois semaines de pause dans les négociations, les inspecteurs sont de retour dans la capitale grecque pour négocier les conditions du versement d'une nouvelle tranche d'aide de 8 milliards d'euros. Mais les rencontres entre les auditeurs et le gouvernement sont perturbées par le blocage de plusieurs ministères.

Des fonctionnaires grecs en colère bloquaient des ministères vendredi pour le deuxième jour d'affilée, perturbant les négociations entre le gouvernement et la "troïka" des partenaires financiers d'Athènes. Au ministère des Transports, plusieurs dizaines d'employés ministériels ont empêché le ministre, Yannis Ragousis, de rencontrer de hauts responsables de la mission UE-FMI-BCE (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne). La voiture des inspecteurs a dû faire demi-tour, ont constaté des journalistes de Reuters.

"Assez: nous voulons vivre"

Après trois semaines de pause dans les négociations, les inspecteurs sont revenus dans la capitale grecque jeudi pour négocier les conditions du versement d'une nouvelle tranche d'aide de huit milliards d'euros. Mais les rencontres entre les auditeurs et le gouvernement ont été perturbées par le blocage de plusieurs ministères, situation qui s'est répétée vendredi matin. Une cinquantaine de fonctionnaires, portant une banderole "Assez: nous voulons vivre", bloquaient l'accès au ministère des Finances. La grève du service public des statistiques, Elsat, a empêché la publication de deux indicateurs économiques vendredi. Fonctionnaires locaux, vétérans des forces spéciales et personnes handicapées: 'autres manifestations de personnes concernées par les restrictions budgétaires étaient prévues plus tard dans la journée dans les rues d'Athènes.
 

La réforme des taxis divisent les socialistes

Le rendez-vous entre le ministre des Transports et les inspecteurs de la troïka a été remis à 15h00 GMT, a-t-on appris de source ministérielle. La discussion doit porter sur l'assouplissement des conditions d'attribution de la licence de taxi, qui suscite la colère des chauffeurs craignant une concurrence accrue. Leurs manifestations ont paralysé les villes grecques à plusieurs reprises ces derniers mois. Le dossier divise le Pasok, le Parti socialiste au pouvoir. Dix députés socialistes ont écrit au ministre pour lui demander d'assouplir son projet de réforme des taxis. Les mesures principales du nouveau plan du gouvernement de George Papandréou sont une réduction de 20% de la facture des traitements de fonctionnaires et le placement de 30.000 salariés dans une "réserve de travail", autrement dit une salle d'attente de licenciement.

Des privatisations au ralenti

Le gouvernement grec a cependant reçu une bonne nouvelle vendredi: l'opérateur de paris Opap a accepté le principe d'une prolongation de sa concession monopolistique sur les paris sportifs et l'acquisition de nouvelles licences, pour un coût de 935 millions d'euros. Ce ne serait que la seconde vente réalisée par le gouvernement depuis le mois de juin, lorsqu'il a annoncé son objectif de gagner 50 milliards d'euros sur cinq ans grâce à des cessions d'actifs. Il s'était fixé un objectif d'1,7 milliards d'euros récoltés au 30 septembre mais n'a jusqu'ici gagné que 400 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2011 à 15:19 :
La Grece doit se vendre.
Tout vendre.
L'Asie attend cela avec impatience,et nous nous serons débarassé d'un corps vermoulu pour ne pas dire pourri;
Nous n'avons rien à voir avec ce dossier,qui est d'abord un probleme de Banks,US,Balkans,bref une géopolitique à 3francs six sous.
Alors STOP à la betise.
a écrit le 01/10/2011 à 9:42 :
Je ne suis pas certaine d?avoir tous les éléments en main.. Il est dit dans la presse que les grecs ne payent à l?heure actuel AUCUN impôt, ils se font construire des piscines sans rien demander ni payer à l?état
Quand vous allez en touriste là bas, ils refusent cb et autres, ne fonctionnent qu?en liquide. Alors moi, perso, je ne souhaite pas aider ce pays ou les gens ont pris l?habitude d?être bien payé par l?état sans rien redonner en contrepartie. Les fonctionnaires sont payés sur plus de mois ?? je ne crois pas qu?on est les mêmes avantages en France. La différence est là, en franc on a déjà beaucoup d?impôt donc plus beaucoup de marge de man?uvre pour en payer encore plus alors que les grecs eux, ont un salaire net d?impôt. Ils peuvent donc se dire qu?ils vont participer à l?effort de guerre. A eux de ne pas élire des imbéciles qui dilapident tout et n?importe comment mais à eux aussi d?accepter la fonction de l?état pour payer école, hôpitaux et autres..
Donc, je ne comprends pas et n?adhère pas à ces parasites qui se gavent avec nos impôts. A moins que la presse ne fasse pas son boulot et que les infos précédentes soient fausse. Bref, de l?info tronquée, comme d?habitude et des français qui ne prennent pas de recul, comme d?habitude aussi, du coup, on va repartir avec une gauche du siècle dernier ou une ump inchangée. Chouette !
a écrit le 01/10/2011 à 5:10 :
Heureusement que le ridicule ne tue pas, sinon!!!
A ce point, ils devraient faire leur reunion en Turquie pour etre tranquille....on n en n est plus a un "n importe quoi " près!!!
a écrit le 30/09/2011 à 18:27 :
"Assez: nous voulons vivre" ? mais il n'en est pas question répond l'europe nous faisons des conneries et comme à l'accoutumé on vous présente l'addition.

Je ne suis pas une gauchiste mais alors je soutiens complètement le peuple grecque. La même chose nous attend demain.

Aux urnes citoyens , virons cette UMPS et cette europe qui ne nous aura apporté ni croissance ni prospérité mais aura ratatiné tous les peuples vers le bas. Nos politiques ne se sentent point concernés eux car ils se baffrent à nos frais

Réponse de le 01/10/2011 à 5:08 :
Bravo! merci pour ce commentaire clair, lucide et realiste.
L europe se fera oui mais dans la Rue!!!
a écrit le 30/09/2011 à 14:11 :
La rigueur imposée à la Grèce est telle que des millions de personnes n'arrivent même plus à se nourrir pour vivre. C'est presque un génocide. Les suicides explosent. Les jeunes fuient le pays dans un véritable sauve-qui-peut général . Il est à craindre que cette situation touche un jour la France complètement ruinée par 30 ans de dettes accumulées auxquelles s'ajoutent des milliards empruntés (mais qu'il faudra remboursés) pour faire cadeau à la Grèce et la maintenir ainsi sous perfusion.
Réponse de le 30/09/2011 à 18:40 :
Ca n'est pas tant la rigueur imposée à la Grèce qui est en cause. C'est la façon dont les Grecs la mettent en place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :