La Fed s'engage à soutenir une économie "chancelante"

 |   |  672  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Lors de son audition ce mardi devant le Congrès, Ben Bernanke a prévenu que la Réserve fédérale était prête à prendre de nouvelles mesures pour soutenir une économie "près de chanceler". Son message a permis aux indices Dow Jones et S&P 500 de réduire leurs pertes et au Nasdaq de rebondir.

La Réserve fédérale est prête à prendre de nouvelles mesures pour étayer une économie "près de chanceler", a déclaré mardi le président Ben Bernanke , évoquant clairement la volonté de la banque centrale d'intervenir encore davantage pour éviter que les Etats-Unis retombent dans la récession. Pour autant, il n'est pas question de lancer un nouvel assouplissement quantitatif (QE3), a ajouté Ben Bernanke. "Nous n'excluons jamais rien parce que nous ne savons pas où ira l'économie; nous ne pouvons prédire l'avenir mais nous n'avons pas de projet dans l'immédiat de faire quoi que ce soit en ce sens (d'un QE3)", a-t-il dit.

Ne pas réduire les dépenses trop vite sur le court terme

Evoquant un emploi anémique, une confiance déprimée et les tensions financières en Europe, Bernanke conseille aux parlementaires de ne pas réduire les dépenses trop vite sur le court terme, même s'ils doivent réduire le déficit budgétaire sur le long terme. "Le Comité continuera de surveiller de près les évolutions économiques et est prêt à prendre de nouvelles dispositions si nécessaire pour soutenir une reprise économique plus forte dans un contexte de stabilité des prix", a dit Bernanke , devant la commission économique mixte du Congrès. "Un objectif important est d'éviter toute décision budgétaire qui puisse entraver la reprise économique en cours", a-t-il expliqué.

La crise européenne, un risque pour la croissance américaine

Les propos de Bernanke ont permis à Wall Street de réduire des pertes accumulées dans la crainte persistante de voir la Grèce en situation de défaut. A 17h20 (GMT), le Dow Jones perdait 0,7 % à 10.581, le S&P 500 était à l'équilibre tandis que le Nasdaq gagnait 1%. Bernanke a également observé que les tensions financières de l'Europe constituaient un risque pour la croissance économique des USA, dans la mesure où elles ont altéré le sentiment des entreprises et des ménages. Un secteur immobilier en plein marasme et un crédit raréfié sont d'autres éléments qui entravent une reprise qui soit plus solide, a poursuivi Bernanke , laissant peu d'espoir de voir une amélioration rapide de la situation du marché de l'emploi.
"Les derniers indicateurs, inscriptions au chômage et plans d'embauche orientent vers une probabilité d'une croissance du marché de l'emploi plus molle dans les temps à venir", a-t-il observé.

Le regain d'inflation n'a pas contaminé l'économie

Soulignant que le regain d'inflation observé cette année n'avait pas contaminé l'économie, Bernanke a convenu que les pressions sur les prix resteraient ténues dans un avenir prévisible. De ce fait, la Fed a eu les mains libres pour une nouvelle initiative d'assouplissement monétaire en septembre, lorsqu'elle a annoncé qu'elle vendrait pour 400 milliards de dollars de valeurs du Trésor à court terme pour racheter des effets à long terme, et ce pour peser sur les échéances de ce segment de la courbe des taux. Cette initiative, qui, de l'avis de Bernanke , aboutira à faire baisser les taux longs de 0,20 point environ, laisse certains économistes sceptiques. Ces derniers arguent que le problème n'est pas un manque de crédits pour relancer les prêts et l'investissement mais un manque de demande. De fait, Bernanke admet que cette initiative, équivalente selon lui à réduire le taux des Fed funds d'un demi-point, est importante mais ne constitue pas un "soutien énorme à l'économie".

"La reprise est près de chanceler"

"Cela devrait aider un peu la création d'emploi et la croissance. C'est particulièrement important à présent que l'économie, que la reprise, est près de chanceler. Il faut faire en sorte que la reprise continue et ne retombe pas et que le taux de chômage continue de diminuer", dit-il. Pour juguler la crise financière de 2008-2009, la Fed a ramené les taux à un niveau proche de zéro et son bilan a plus que triplé au record de 2.900 milliards de dollars.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2011 à 11:48 :
Cavalerie, quand tu nous tiens...

Bientôt le dollar ne vaudra même plus le papier sur lequel on l'imprime!!
a écrit le 05/10/2011 à 4:25 :
C'est l'histoire du pompier-pyromane. La FED, qui est une banque privée et n'a rien de fédérale, a largement contribué à la faillite du dollar et des USA par le biais de production ad nihilo de billets de Monopoly sans assise de contrepartie. Il n'y a que les simples pour croire que le PIB grec, qui représentait 2,4 % du PIB européen, menace l'économie US. Non, la FED a tué les USA. C'est un meurtre de sang froid, parfaitement organisé et volontaire.
Réponse de le 05/10/2011 à 8:03 :
Alors pourquoi les USA laissent-ils faire..?? Vous devriez réviser vos cours d'économie au chapitre "association de malfaiteurs".
a écrit le 04/10/2011 à 20:56 :
Baisser les taux n'aura aucun impact dans les circonstance actuelles. Ils sont déjà à un plus bas historique; comment imaginer que les baisser d'avantage aura un impact ? Ce n'est pas la politique monétaire qui apportera des solutions. Il faut réformer massivement le système bancaire qui est totalement pourri et réformer le système fiscal. Et ça risque de ne pas suffire face au développement de la Chine et autres.
Réponse de le 05/10/2011 à 5:51 :
créer un système de monnaie fondante ? (comme en Allemagne avant la guerre ?)
Réponse de le 05/10/2011 à 10:14 :
Les banques ont toujours été pourris, regarder bien l'histoire (après la révolution et autres et oui "déjà" !) quand à la Chine et autres c'est "NOUS" qui les avons créé enfin je veux dire la génération "bousille tout" des 70 (que cela plaise ou non c'est bien le cas), maintenant on vient pleurer sur la décadence de l'Europe, reprenez quelques discours dit "facho, rétrograde,ringard" des années 70/80/90 et vous verrez que TOUT LE MONDE savait très bien ce qui allait se passer mais évidement comme on apprend même plus que le feu "CA BRULE" alors on le découvre bêtement, il n'y a qu'à voir le délire Grec avec les fonctionnaires garantis à vie par la constitution ???? Pendant ce temps on sait très bien qu'il y a un petit gamin Indien qui fabrique des tee-shirts ou autres, alors merci de ne pas s'apitoyer sur notre pauvre petit sort de vieux coloniaux.
a écrit le 04/10/2011 à 20:27 :
je me demande quand même pourquoi y a encore autant d'investisseur croit encore à la solvabilité de ce pays . on voit bien qu'ils sont capable de créer les monnaies et de les répandre n'importe où ils veulent mais ces monnaies reflètent réellement la force et la réalité économique de ce pays ù c'est juste pour stopper l?hémorragie ??
a écrit le 04/10/2011 à 19:55 :
L'idéologie keynesienne me semble plus persistante que le marxisme et elle s'apprête à causer des dégâts d'une ampleur similaire.
Réponse de le 04/10/2011 à 20:45 :
vous n'y connaissez vraiment rien en keynésianisme. Et probablement autant en marxiste. Pour osez comme vous le faite, vous êtes probablement un fanatique de "l'école autrichienne" et de sa consoeur, "l'école de chicago". Bon c'est vrai, on suit leur idéologie depuis le milieu des années 70 mais ce n'est qu'un détail, hein ?
Réponse de le 05/10/2011 à 5:52 :
Merci Greg, rien à dire :)
a écrit le 04/10/2011 à 18:31 :
tant qu'il y aura de l'encre pour imprimer...nous autres allons payer la facture par contre!
Réponse de le 04/10/2011 à 19:54 :
;y'a même plus besoin d'encre, on n'imprime plus , il suffit de cliquer pour créer de la monnaie de singe ... click ...click ... click , vous avez dit QE3, QE4, QE5 ? ... et droit dans le mur
a écrit le 04/10/2011 à 16:28 :
Magnifique discours plein d'emphases et amortisseur de leur situation pour le moins totalement catastrophique. En résumé : "je dois faire tourner la planche à billet pour donner l'illusion que tout peut encore continuer." Reculer pour mieux sauter. Et vous voulez encore "investir"...??? :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :